Front pour la Démocratie et la République (FDR) : Pourquoi IBK et les siens réclament le départ du gouverneur du District

0

C’est par la voix de Tiébilé Dramé, Premier vice-président du FDR et surtout leader du PARENA que la tête du gouverneur du District, Ibrahim Féfé Koné, a été réclamée. Cette revendication est bien fondée puisque le gouverneur de Bamako est présent à toutes les rencontres propagandistes de soutien à ATT. Une telle personnalité qui a montré sa préférence est vraiment disqualifiée pour arbitrer entre les différents candidats à la présidentielle et aux législatives. Ibrahim Féfé Koné doit partir de lui-même pour favoriser un climat de sérénité et de confiance entre les autorités en charge de l’organiser des élections.

Le FDR demande la démission du gouverneur du District pour le rôle néfaste qu’il joue dans l’organisation des élections générales. Il est inadmissible qu’un administrateur de haut rang, en l’occurrence un gouverneur, prenne faits et causes pour un candidat et de façon ostentatoire. Cela est un recul grave. Nous invitons les responsables en charge d’organiser les élections de respecter le serment de leur profession, en observant la neutralité requise en pareille situation. Nous invitons tous les préfets et gouverneurs à se démarquer de la méthode du gouverneur du District de Bamako qui a prouvé plus d’une fois qu’il est partisan» a déclaré Tiébilé Dramé, le samedi 3 mars, au cours de la conférence de presse qu’il a animée avec IBK, président du FDR.

En réalité, le FDR a parfaitement raison. Alors directeur de cabinet du gouverneur du District, Natié Pléah, devenu plus tard ministre de la Jeunesse et des Sports, et gouverneur par intérim, Féfé Koné s’est défoncé comme un beau diable pour parrainer des clubs de soutien à ATT par-ci, financer des associations qui portent le nom d’ATT par-là et mettre en jeu des coupes ATT partout. Comme si cela ne suffisait pas, il est présent à deux mois de l’élection présidentielle à tous les meetings de soutien des clubs et associations d’ATT.

Sa dernière sortie date du 18 février, lors du meeting de soutien de la jeunesse du Mouvement Citoyen. On le voyait sur le petit écran applaudissant des deux mains. Alors comment faire confiance à une telle personnalité, qui a en charge l’organisation des élections générales dans le District de Bamako. C’est bien Féfé Koné qui doit nommer les présidents et assesseurs des bureaux de vote. C’est encore lui le responsable administratif de l’organisation de la présidentielle et des législatives.

Une telle personnalité, conformément à son serment, doit observer la neutralités vis-à-vis des différentes parties. Tel n’est pas son cas. Il est partisan de façon avérée. Et tout indique que les membres des bureaux de vote (présidents et assesseurs) seront composés exclusivement des dirigeants du Mouvement Citoyen et des clubs et associations qui portent le nom d’ATT.

Est-il nécessaire de rappeler que le ministre Kafougouna Koné, ami personnel d’ATT n’a jamais été aperçu dans de telles activités ? Il a une haute vision de ses responsabilités. Est-il encore nécessaire de rappeler que l’ancien gouverneur de Ségou Abdoulaye Balobo Maïga, bien qu’étant responsable de la section ADEMA de Douentza a été relevé de ses fonctions par le président Konaré pour avoir participé au deuxième congrès de l’ADEMA, tenu 1999 ?

Ibrahim Féfé Koné, administrateur civil de son état, est-il incapable de comprendre que quand on occupe une telle responsabilité, on ne doit pas prendre partie ou montrer de façon ostentatoire sa préférence.

Il récolte, aujourd’hui, ce qu’il a semé : son image et sa réputation sont désormais entachées.

Chahana TAKIOU

Commentaires via Facebook :

PARTAGER