Diaspora malienne : Les explications du président du CSDM, Mohamed Chérif Haïdara, sur les législatives

0

A cause des contraintes administratives et constitutionnelles, la diaspora malienne ne pourra pas élire des députés à l’Assemblée nationale le 29 mars prochain. Par contre, le ministre chargé de l’administration du territoire a donné des assurances au président du conseil supérieur de la diaspora malienne, Mohamed Chérif Haïdara,  à propos de la participation de la diaspora aux législatives liée à la réalisation de certaines réformes.   

Maliweb.net-  Interrogé, le Président du CSDM donne des explications aux maliens établis à l’extérieur par rapport à la rencontre avec le Ministre de l’Administration territoriale. « Nous  savons tous  que compte tenu des contraintes constitutionnelles, la diaspora malienne ne pourra pas participer aux élections législatives annoncées pour el 29 mars », a, d’emblée, introduit  Mohamed Chérif Haïdara. Lequel soutient avoir demandé au ministre chargé de l’administration de rassurer les maliens établis à l’étranger du moment où ils pourront élire des représentants à l’hémicycle.

En réponse, selon lui,  le ministre a proposé la mise en place de deux commissions qui auront pour mission de  définir le mode de scrutin, le découpage et le recensement des maliens de l’étranger et la distribution des cartes viendrait après. Le Président du CSDM de poursuivre que toutes ces activités seront mises en œuvre bientôt pour permettre à la diaspora malienne d’avoir une visibilité à l’Assemblée nationale.

A l’en croire,  il est difficile de voter sur la base de la liste électorale  qui a permis d’élire le Président de la République en 2018. « Sur plus de 8,6 millions d’électeurs, la diaspora n’est que  452 900 électeurs, alors que les  maliens établis à l’étrangers se comptent à des millions d’âmes», a informé notre interlocuteur, qui  soutient qu’un travail a été déjà engagé dans ce cadre pour résoudre ce problème.  «  Cela a été décidé dans les résolutions du dialogue national inclusif, et si les ateliers annoncés se tiennent, on pourra dégager un chronogramme  cohérent et correct pour la bonne participation de la diaspora malienne aux élections législatives », insiste-t-il.

Quid des opérations des législatives  2020, il rétorquera que le bon déroulement des scrutins du 29 mars prochain dépendra de beaucoup de facteurs.  Parmi eux,  il a indiqué qu’il va falloir que les maliens fassent un sacrifice et que les partenaires fournissement beaucoup d’efforts sur le terrain pour le retour de la paix. « On a eu 153 morts de la MINUSMA, 44 de l’union européenne, 1, 2 milliards de dollars  des Nations Unies et 700 millions d’euros de l’UE  dépensés par an  au Mali.  Les maliens doivent démontrer en allant chercher tous leurs cartes d’électeurs pour voter le jour des scrutins. On ne demande à personne de contribuer à l’effort de guerre, on demande juste à chaque citoyen  d’exercer son droit constitutionnel pour élire des députés qui vont contrôler l’action du gouvernement », a expliqué Mohamed Chérif Haïdara.

SiakaDIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here