Amara Konaré dit DJ Bamanan : Un jeune artiste plein de talents !

0

Né dans la commune rurale KAMBILA dans le cercle de Kati sous le nom d’Amara KONARE, ce jeune musicien se donnera   d’autres appellations : «DJ BAMANAN, MACKOYE ou encore PAPA AMARA». Il serait rescapé du drame de l’immigration clandestine, qui s’en sort aujourd’hui grâce à la musique. Selon lui, il fait partie des ambassadeurs de la lutte contre l’immigration illégale auprès de la jeunesse malienne.

«C’est en désespoir de cause que j’ai décidé de partir en aventure en janvier 2002. Mon rêve de me rendre en Espagne se brisera au Maroc où, en compagnie de 16 autres immigrants clandestins, notre pirogue fut arrêtée par une patrouille policière. Sur le chemin, j’ai assisté à l’enterrement de 6 de mes camarades dans le Sahara. Bien avant que nous n’accédions à la mer pour embarquer dans la pirogue. Certains d’autres sont décédés dans des conditions très désagréables sur la mer et cela a failli me rendre fou. Aujourd’hui encore, chaque fois que je pense à cette histoire, je pleure au fond de moi-même. Le comble est que les parents de ces jeunes, pour la plupart, ne sauront jamais que leurs enfants ont rendu l’âme dans le désert ou dans la mer. Après avoir échappé à ce que je qualifie de dramatique, je consacre ma vie à la musique. Je sensibilise beaucoup les jeunes par rapport aux risques de l’immigration clandestine. Pour avoir fait 7 années entre 18 pays. Avant de retourner en famille avec seulement deux milles franc (2000 Fcfa). Là-bas, j’ai connu la faim, la prison et j’ai même écrit mon premier Album, «Tounkan (Aventure)» de 8 titres, étant enfermé. Après cet Album, qui a été apprécié à sa juste valeur, j’ai eu à faire des concerts à travers tout le Mali. J’ai également eu à faire des témoignages sur environs 22 Radios de la place sur les risques et les enjeux de l’immigration clandestine ou illégale. J’ai aussi été rapproché par un Réseau d’expatriés avec lesquels j’ai eu à faire des séances de travail. L’album «TOUNKAN» a remporté un grand succès partout dans le pays. Et je suis aujourd’hui très fier. Car, beaucoup de Mamans et de jeunes m’ont approché. Certains d’entre eux ont fait des témoignages intéressants, comme quoi, c’est grâce à mon album «TOUNKAN» qu’ils ont décidé de ne plus partir. Mon combat est celui de la conscientisation de la jeunesse de mon pays, à travers la musique sur les enjeux de l’immigration clandestine, dans la capitale, mais aussi dans tous les huit Régions du Mali et même au-delà. Le seul conseil que je peux donner aux jeunes, c’est de croire en eux, tout en sachant qu’ils peuvent réussir sans parti », a dit avec fierté le jeune artiste musicien, Amara Konaré dit DJ Bamanan Mackoye.

KANTAO Drissa

PARTAGER