Modibo Koné alias Wizy Wozo : Quand le Baccalauréat sauve l’artiste de prison !

0

Le mardi 3 Août dernier, sur l’ordre du Procureur près le Tribunal de Grande Instance de la Commune IV, le jeune rappeur Modibo Koné dit ‘’Wizy Wozo’’ a été interpellé pour apologie du viol dans l’une de ses chansons titrée ‘’Anhan’’. Après une nuit de garde à vue à la Brigade d’Investigations Judiciaires (BIJ), il fut libéré le lendemain soit le mercredi 4 Août au motif de lui permettre à faire ses épreuves de Baccalauréat 2021, en attendant son procès.

Le jeune artiste de 19 ans, Wizy Wozo, le rappeur du moment sur les réseaux sociaux, est connu pour ses thèmes abordés dans ses chansons incitant  à la dépravation de nos mœurs et us. Donc, son interpellation du mardi 3 Août à la BIJ pour apologie du viol dans sa chanson ‘’Anhan’’n’a étonné personne. Sur les réseaux sociaux, certains internautes ont apprécié cet ordre du Procureur Idrissa Touré de la Commune IV, vu l’agressivité de ses paroles. « C’est bien fait pour lui »… réagissent ainsi, certains sur facebook, dès l’annonce de la nouvelle d’arrestation du jeune artiste.

Etant donné que la juge, malgré les pouvoirs qui lui sont conférés est appelé à réagir en bon père de famille. Ainsi, en raison du fait que le jeune artiste est candidat aux épreuves du Bac 2021, un examen extrêmement important pour la vie scolaire d’un apprenant, il a donc bénéficié d’une liberté mais en restant toujours poursuivi après une mise en garde du Procureur de la Commune IV, le mercredi 4 Août. Néanmoins, la date de son procès n’est toujours pas connue.

Par ailleurs, selon notre source judiciaire, cette affaire semble être classée car son interpellation était faite pour qu’il puisse mieux choisir ses thèmes et les propos dans ses chansons. Ainsi, l’artiste est désormais libre de ses mouvements, cependant il reste dans les collimateurs de la justice. Espérons que cette nuit passée à la BIJ lui serve de leçons ! La construction du nouveau Mali (Mali Koura) doit passer par là également.

Par Mariam Sissoko

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here