Plan d’action du gouvernement présenté : La corde musicale de Choguel K. Maiga

0

Mobiliser 2050 milliards pour la mise en œuvre du Plan d’Action du gouvernement (PAG), ne sera pas chose aisée pour le chef du gouvernement, Choguel K Maiga.

 C’est un Choguel Maiga d’un blanc vêtu et décontracté qui s’est présenté, vendredi 30 juillet 2021 devant les membres du CNT pour présenter le Plan d’Action du gouvernement, décliné en 4 axes.

Pour le chef du gouvernement, le Plan d’Action du gouvernement de transition traduit la Vision du chef de l’Etat « pour redresser notre pays, asseoir les bases de la Refondation, prendre en charge les aspirations profondes  de notre peuple au changement en vue de réaliser le développement, social et culturel ». Ce Plan dira t-il, comporte 4 axes déclinés en 9 objectifs assortis d’un chronogramme détaillé de mise en œuvre, avec un coût estimatif de 2050 milliards de F CFA.

Les quatre axes prioritaires du PAG sont : le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; les reformes politiques et institutionnelles ; l’organisation des élections générales ; la promotion de la bonne gouvernance.

L’urgence parmi les priorités dégagés est l’organisation des élections générales notamment celles relatives à la présidentielle et les législatives. Sur les trois autres axes, il pourrait faire bouger les lignes sans pourtant atteindre l’objectif assigné.

Où trouver cette manne financière ?

Le Premier ministre a annoncé la bagatelle somme de 2050 milliards F CFA pour la mise en œuvre correcte du PAG.

Aussi, a-t-il promis de dégager près de 100 milliards de F CFA « qui seront réalloués aux secteurs prioritaires ».

Où est ce qu’il va mobiliser ce montant qui avoisine le budget 2021 ? Pas évident, surtout quand on sait que le pays connait des difficultés financières et qu’il n’arrive à couvrir les besoins élémentaires.

A priori, il faut dire que les 2050 milliards sont difficilement mobilisable dans la mesure les indicateurs du pays sont presqu’au rouge dû à l’impact de la pandémie du Covid 19.

Selon l’Analyse rapide des impacts socio-économiques du COVID-19 au Mali réalisée par les Nations Unies en 2020, la pandémie du COVID-19 a profondément affecté le Mali. Les effets escomptés portent sur : une diminution de la croissance économique de 80% en 2020 ; la contraction de l’économie qui affecte la capacité de l’Etat à mobiliser les ressources domestiques nécessaires à son développement ; la chute de l’économie ; la baisse des investissements ; l’insoutenabilité de la dette qui passera de 39% à 45% du PIB ; la baisse du taux de pression fiscale de 15,5% à 13,3% entraînant un manque à gagner de 230 milliards de F CFA pour l’Etat en 2020.

Gageons que le Premier ministre parvienne à mobiliser les sous pour la bonne marche de la transition qui aboutira certainement à l’organisation de l’élection présidentielle et législatives de février 2022.

Mohamed Keita

 

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here