L’ONU déclasse le cannabis des drogues les plus dangereuses

3
Cette décision pourrait faire considérablement avancer la recherche sur l’usage médical de la marijuana.
 
Ce mercredi, une commission de l’ONU a voté le déclassement du cannabis à usage médical de la liste où il figurait, parmi les drogues les plus dangereuses du monde, dont l’héroïne. Cette décision pourrait permettre de faire considérablement avancer la recherche sur l’usage médical de la marijuana.
 
Initié par la Commission des stupéfiants des Nations Unies, ce vote a été proposé à 53 États-membres, qui ont dû considérer une série de recommandations de l’OMS afin de reclasser le cannabis et ses dérivés. L’attention s’est particulièrement portée sur l’une des propositions qui suggérait de retirer le cannabis du quatrième tableau de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, dans lequel figurent les drogues les plus dangereuses et les plus addictives au monde.
 
Selon les experts, l’approbation de cette recommandation n’aura pas d’implications immédiates qui mèneraient à un relâchement des contrôles internationaux. Chaque gouvernement aura toujours sa propre législation, qui lui permettra de classifier le cannabis comme il l’entend. Toutefois, beaucoup de pays s’inspirent des conventions internationales pour établir leurs lois. Le fait que l’ONU reconnaisse le cannabis comme une drogue moins dangereuse que d’autres est donc une victoire symbolique pour les personnes militant en faveur d’une évolution des politiques antidrogues.
 
«Le monde a changé depuis le début des années 1960,» remarque Alfredo Pascual, journaliste pour le Marijuana Business Daily. Selon lui, jusqu’à présent la classification du cannabis constituait un frein pour la recherche. Le fait que l’ONU déclasse le cannabis permettrait de reconnaître son utilité médicale.
 
«Un cirque diplomatique»
 
La décision a été difficile à prendre. Le vote, initialement prévu en 2019, a d’ailleurs été retardé. Tandis que les États-Unis, les pays européens et d’autres étaient en faveur de la proposition, la Chine, l’Égypte, le Nigeria, le Pakistan et la Russie y étaient opposés.
 
«Cela a été un cirque diplomatique», confie Kenzi Riboulet-Zemouli, chercheur spécialisé dans l’étude des politiques antidrogues, qui a suivi les débats de près. Il explique notamment que certains pays, initialement opposés au déclassement du cannabis, ont depuis changé leur position. Parmi eux, la France.
 
Pour Michael Krawitz, directeur exécutif de l’association Veterans for Medical Cannabis Access, ne pas accepter la recommandation faite par l’ONU revient à nier le droit des citoyens à accéder à des produits thérapeutiques qui peuvent soulager de la douleur.
 
Les personnes qui travaillent pour l’industrie du cannabis thérapeutique espèrent que ce vote permettra aux équipes de recherche d’analyser les bienfaits médicaux de cette drogue et d’avancer dans l’usage du cannabis thérapeutique.
Par: Slate.fr –

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Western civilization need for creation of more legal plus taxable sources of income to help feed living above their instantaneous means lifestyles necessitated decriminalizing cannabis. All along I have held that African governments should make this decision for themselves whether drug be cannabis, cocaine , heroin etc. I also advocate that drugs now illicit if made legal should be under government control as in manufacturing plus sales.
    Latin American immigrant to United States made known to me something at time he shared information I thought so far fetched I did not give it much thought. In light of how legalized plus more potent marijuana is hurting illegally grown marijuana business that international cocaine dealers plus their government level or above American partners had decided to flood United States with cocaine to extent that government will not legalize cocaine as it once did in early 1900s due to it will not be profitable. Thereof by way of stock market laundering cocaine earnings they could continue to buy United States including government.
    I now believe it is possible.
    African governments must control recreational drugs in their nations plus severely punish drug dealers violating drug laws.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

    • Bonsoir

      On s’en serait douté, que c’était des DEALEUROPÉENS…

Comments are closed.