Le monde de l’éducation, du sport, de la culture… en deuil : Notre père, Abdoualye Diarra dépose définitivement la craie

0

Né vers 1936 à Sansanding, notre père, professeur d’enseignement secondaire général de son état, Abdoulaye Diarra, a tiré sa révérence. Il repose désormais au cimetière de Markala.  

Nous nous sommes fait le devoir de rappeler le parcours scolaire et universitaire de l’enseignant dans l’âme.  Ainsi, il a fréquenté l’Ecole Rurale de Sansanding, cercle de Ségou (1944-1950), l’Ecole Régionale de Ségou (1950-1951) où il obtient un Certificat d’Etude Primaire Elémentaire, le Cours Normal de garçons de Sévaré (1951-1956) pour le Brevet Elémentaire de Capacité (BE) et un Certificat de fin d’Etude des cours normaux (1956-1957) au 5ème A.F.P de Katibougou.

Aussi, le 15 octobre 1957, il a été agréé dans le cadre supérieur de l’enseignement en qualité d’instituteur adjoint stagiaire. 1957-1958, il a effectué son Service militaire obligatoire (Classe 1956) N°MLE 73093 au Peloton Spécial (P.S) du Bataillon Autonome du Soudan Est (B.A.S.E) de Ségou.

Le 22 janvier 1958, il a obtenu son Certificat d’Aptitude au grade de Caporal d’infanterie de marine, Certificat d’Aptitude au grade de sergent (10/03/1958), Désigné pour le renforcement temporaire de la garnison de Kati (14/09/1958), Désigné pour participer au Championnat d’Athlétisme d’A.O.F à Dakar (Du 08/07/1958 au 16/07/1958). Le 1er aout 1958, il a été libéré du service actif et R.D.C (Rayé De Contrôle) des présents de la C.T.S (Compagnie de Transition de Soudan).

Rappelons qu’il a également obtenu le Certificat élémentaire d’aptitude pédagogique (1958), Certificat de bonne de conduite, reçu après libération du service militaire (2 ans après), le Certificat d’Aptitude Pédagogique (1961), Brevet Supérieur de Capacité (1961).

Pour les stages de perfectionnement, il a reçu la formation des Maîtres du second cycle (français) à Bamako ; la Méthodologie de la BELC à Bamako ainsi que de nombreux stages et séminaires à Ségou et à Bamako.

S’agissant de ses expériences professionnelles, il a été Instituteur adjoint stagiaire (1957), Instituteur adjoint (1958), Formateur au Centre de Rééducation des Délinquants Primaires de Sotuba/Bamako (1958-1959), Instituteur à l’Ecole de Medina – Koura/Bamako (1959-1961), Instituteur ordinaire (1962), Instituteur au Cours Secondaire Bouyagui Fadiga/Bamako et Délégué du personnel au sein du conseil d’administration (1961-1965), Maître du Second Cycle à l’Ecole Fondamentale de Markala (1965), Maître du Second Cycle de classe exceptionnelle (1973) et la même année il a obtenu le grade de professeur de l’enseignement secondaire général par qualification professionnelle, directeur adjoint de l’Ecole fondamentale second cycle – Markala II A (1979), directeur de l’Ecole fondamentale second cycle – Markala II A (1980), directeur de l’Ecole fondamentale second cycle – Markala “Groupe Central” (1986), Conseiller pédagogique à l’Inspection d’Enseignement fondamental Ségou II avec résidence à Markala (1990-1994). Après plusieurs années passées au service de l’éducation, il a fait valoir ses droits à la retraite le 1er janvier 1995.

Par ailleurs, il était membre du Bureau malien des droits d’auteurs en qualité d’écrivain depuis le 15 juin 2004. Il est également auteur de plusieurs ouvrages, notamment “Markala, mon arrondissement” (version française) ; “Anw Ka Markala, mon arrondissement” (version bambara) ; Sansanding “Sizanni-Mangôni” (version bambara) ; Sansanding “Sizanni-Mangôni” (version française) ; Sizanni-Massadian Sidibé, un homme de bien (version française) ; le Guide de l’enseignant débutant (version française) ; les Contes et légendes de mon terroir (version française) ainsi que des pièces de théâtre comme “La voix de la conscience” (version française) ; “Le salaire de l’exode” (version française) ; ” A qui la faute ?” (version française).

Il a également organisé une Conférence sur la baisse de niveau de nos élèves (version française) qui a abordé les causes, les conséquences, les remèdes. Il a rédigé aussi le monde de l’éducation, face à son devoir (en audio), volume 1 et 2 (version française et bambara).

Par rapport à ses fonctions extrascolaires, l’illustre disparu a été, entre autres, secrétaire du Syndicat national de l’éducation et de la culture (Snec) de Markala, le président de l’Association des parents d’élève (APE) du groupe scolaire Sé Dembélé de Kirango/Markala, le Conseiller de village è Kirango/Markala, le secrétaire général du comité Us-Rda de Kirango/Markala, le secrétaire politique de la sous-section Us-Rda de Markala, le secrétaire politique de la section Us-Rda de Ségou.

Abdoulaye Diarra était un animateur pédagogique du monde de l’éducation à la Radio Jamakan-Markala et des débats politiques à la Radio Bèdjè – Markala.

Aussi, il était encadreur des étudiants préparant leur mémoire de fin d’études et des chercheurs américains et français et le secrétaire général de l’Espérance Club de Markala pendant 15 ans, le directeur de la troupe artistique de Markala pendant 15 ans, le président de l’Association des personnes âgées de Markala.

Sur le plan sportif, il a obtenu quatre médailles d’or en athlétisme au pentathlon militaire de Kati en 100m, 200m, 400m, 800m en 1958.           

 Boubacar PAÏTAO

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here