Ibrahim Dahirou Dembélé nommé Inspecteur Général des Armées et Services : Le retour de l’ex-junte?

15

Le conseil des ministres du mercredi 15 février dernier a été marqué par la nomination de l’ex chef d’état-major général des armées Ibrahim Dahirou Dembélé au poste d’Inspecteur Général des Armées et Services. Une nomination qui ne cesse de susciter des interrogations sur un possible retour des acteurs clés du coup d’Etat de 2012 sur la scène politique.

Cette nomination d’Ibrahim Dahirou Dembélé intervient moins d’un mois seulement après la levée du contrôle judicaire auquel il était soumis par la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Bamako fin janvier dernier. Il était placé sous contrôle judiciaire dans le cade de l’enquête sur les 21 bérets rouges disparus après le contre coup d’Etat de 2012 ayant opposé les bérets verts (clan favorable à l’ex junte) et les bérets rouges, dirigés par l’ex garde rapproché de l’ancien président ATT. Suite à ces affrontements, des militaires de l’unité d’élite appelée bérets rouges ont été montrés à la télévision comme auteurs du contre coup d’Etat par le clan Amadou Haya Sanogo. Après ils ont disparu. Suite aux différentes dénonciations faites par les proches de ces bérets rouges, des enquêtes ont été ouvertes. Lesquelles sont conduit à l’arrestation de plusieurs responsables de l’ex junte dont le N°1, Amadou Haya Sanogo, inculpé pour complicité d’enlèvement de personnes. Les coaccusés de Amadou Haya Sanaogo dans cette affaire étaient : Fousseyni Diarra dit Fouss, Mamadou Koné, TièmokoAdama Diarra, Lassana Singaré, CheicknaSiby et Issa Tangara (enlèvement et d’assassinat), Bloncoro Samaké, Amassongo Dolo (décédé), Simeon Kéita, Oumarou Sanafo dit Kif Kif, Soïba Diarra, Christophe Dembélé, Amadou Konaré, Mohamed Issa Ouedrago et Ibrahim Boua Koné, avec à leur tête le chef d’orchestre le Général Amadou Haya Sanogo. Yamoussa Camara et Ibrahim Dahirou Dembélé sont accusés de complicité d’enlèvement et d’assassinat.

Leur procès fut ouvert le 30 novembre 2016 à Sikasso à travers un procès spécial avant d’être reporté pour les assises de 2017 sur demande des avocats qui ont demandé de reprendre les autopsies sur les victimes. Le retard pris par cette autopsie a provoqué la colère des accusés qui ont même décrété des grèves de la faim courant 2017. Ces grèves sont été suivies d’une grande marche de leurs proches pour demander la tenue de leur procès dans un bref délai ou de procéder à leur libération, conformément à la loi.

Si les autres doivent encore attendre la reprise du procès, tel n’est pas le cas pour le Général Yamoussa Camara, ancien ministre de la Défense et des Anciens Combattants qui a bénéficié d’une liberté provisoire et Ibrahim Dahirou Dembélé dont le contrôle judiciaire a été levé par la chambre d’Accusation de la Cour d’Appel de Bamako en fin janvier dernier.

Quelques semaines seulement après la levée de son contrôle judicaire par la Chambre d’Accusation de la Cour d’Appel, Ibrahim Dahirou Dembéléa été nommé Inspecteur Général des Armées et Services par le Conseil des ministres le 14 février dernier. Une nomination qui a tout de suite suscité des réactions sur les réseaux sociaux au Mali. Pour certains, c’est le retour de la junte sur la scène politique.

Affaire à suivre

M.D

Commentaires via Facebook :

15 COMMENTAIRES

  1. Vite!
    Vite!
    Zonkeba se dépêche de distribuer au hasard des postes à tous ceux qui pourraient devenir “bavards”!

    Il y peu, SBM bombardé PM pour éviter qu’il lui prenne l’envie de raconter ici où là des “choses” sur le fameux faux marché de défense Kagnassy, maintenant c’est au tour de l’abruti Dahirou pour éviter qu’il lui prenne l’envie de raconter certains “accords” passés avec les voyous de kati…

    Bref, plus les élections approchent, plus Zonkeba est pressé de calmer ceux qui savent DES CHOSES😎, et pire, qui pourraient être tentés de LES…RACONTER !😎😎😎😎😎😎😎😎

    • Ce n’est pas etonnant de ce pouvoir de pourriture ehhh biennn,
      A suivre, c’est le Maliba non!

    • La grande muette: l’armée nationale du Mali. Le Gl Ibrahim Dahirou DEMBELE est un militaire hors paire. Il est connu dans son milieu comme un brave et un connaisseur fait du métier des armes . Aussi le Gl Ibrahim connait le septentrion comme sa chambre a coucher. Le retour de la junte aux affaires surtout dans l’armée nationale du Mali est obligatoire. Lui est loin d’être un amateur , mais un vrai connaisseur de l’outil de défense . La poursuite engagée contre ses membres est un faux procès . C’est bien le colonel Abdine GUINDO qui en plein jour, a tenté d’attaquer la base de la junte , la suite est connue. Ce procès est partial, dans la mesure ou ceux qui ont attaqué sont libres de leur mouvement et les attaqués sont en prison. Mais ! l’armée a ses réalités , les morts sont morts plus rien d’autre. Vouloir empêcher ceux qui sont la crème de l’armée c’est d’œuvrer à dessein pour l’effondrement du Mali. Le Gl Ibrahim Dahirou DEMBELE n’a rien fait , personne d’autre n’a fait quelque chose y compris le Gl Amadou Haya Sanogo qui attend sa libération . Il s’agit ici de l’armée et non de politique n’en déplaise aux détracteurs . Si la junte n’integre pas la chaîne de commencement , les terroristes viendront faire la loi à Bamako .

      • Personne ne peut s’opposer a la venue de la junte au devant de la scene politique. Ils sont valeureux, regorgent des competences immenses. Meme si IBK refuse d’admettre que l’origine de son pouvoir est la junte militaire. Il a compris que l’armee malienne est entre les mains de ceux la qu’il a bien voulu rouler dans la farine. Le Gl Ibrahim Dahirou DEMBELE est en terrain connu, il apportera sa touche pour le bonheur du Mali.

  2. IBK je te dis que “tu ne voies pas les oreilles du cheval qui va te terrasser” c’est un proverbe Bambabra qui le dit.

  3. De toutes les façons, il s’agit là d’un officier sans grande valeur et qui a fait parti d’un coup d’état de moindre valeur qui a arrêté le pays pendant plus d’un an avec des conséquences incommensurables qui continuent de torturer notre pays. Cet homme a des crimes inscrits sur sa conscience cela est indéniable même si IBK trouve que ceux-ci sont insignifiants, Allah jugera sa aucune partialité et cela très bientôt. Aucun crime ne restera impuni devant Allah le tout puissant, ce qui s’est fait ici par IBK est un jugement des hommes qui a toujours été un jugement partial et entaché d’injustice.

    • Coulibaly Yacouba
      “De toutes les façons, il s’agit là d’un officier sans grande valeur et qui a fait parti d’un coup d’état de moindre valeur”

      Exact. Mais pour ibk, c’est aussi (Et SURTOUT !) un témoin très gênant des accords secrets que Zonkeba à passé avec la junte!!!

      Et un témoin, ÇA PEUT A TOUT MOMENT RETROUVER LA MÉMOIRE ET…L’USAGE DE LA PAROLE 😎😎😎😎😎

  4. Le General est de retour.
    Vive le General DD.
    De qui se moque-t-on???
    I like that….

  5. IBK a un nouveau conseillé !
    De ATT à Dahirou, IBK a compris que ses promesses aux gens qui ont fait le putsch sont très fâché (Sinko, …) et s’il ne change pas, c’est des éléments perturbants vont tout faire pour empêcher ce 2 eme mandat !
    Mais malheureusement je crois que c’est trop tard !

  6. Le pouvoir d’Ibk montre,à suffisance,que son pouvoir n’ émane pas du peuple,mais de la junte.
    Il a fait le choix de placer aux commandements de l’ ARMÉE MALIENNE ,depuis son entrée en fonction,les officiers supérieurs qui ont soutenu les vagabonds putschistes qui se sont attaqués à la démocratie malienne .
    Des incapables qui sont honnis par les hommes de troupe qui savent qu’ ils ne sont dans L’ARMÉE que pour s’enrichir.
    IBK a tourné le dos au peuple qui a été manipulé pour lui accorder sa confiance.
    L’ avancement de grade suivi de sa nomination à un poste important de l’ ARMÉE de l’ ancien chef d’État major du putschiste ,alors qu’il n’a pas encore fini avec la justice dans une affaire concernant le massacre des soldats maliens est la preuve éclatante qu’ IBK a une dette à payer et le signe d’un DEAL passé.
    SANOGO étant très surveillé par les organisations internationales,il faut lui donner une garantie que le président tient à tenir ses promesses à travers son chef d’État major.
    Le principal fossoyeur des IDÉAUX de MARS 1991 a CHOISI son camp,celui de l’ exercice solitaire du pouvoir sacrifiant le soutien du peuple.
    Ça a toujours été sa conviction d’où une amitié soudée avec ses principaux défenseurs que son BONGO,EYADEMA ,MOUSSA TRAORÉ .
    Le peuple doit récupérer son pouvoir,par tous les moyens,en voix de confiscation.

  7. MD honte à toi dans ton entréprise satanique, ce Dembélé dont il est question dans ton chou gras n’est-il Malien pas au même titre que toi et tes moins que nuls d’employeurs?
    Être placé sous contrôle judiciaire signifie-t-il être coupable ou être inculpé? Cet état de fait lui denie-t-il sa citoyennité ou encore moins sa valeur intrinsèque ? Notre pays a bésoin de tous ses dignes fils pour son érection, or à te lire et à te comprendre on voit que toi et tes patrons voulez d’un Mali où il faut faire la promotion des opportunistes impénitents mûs seulement par l’atteinte de leurs objectifs quittes à emprunter la voie dont tu es un chantre. Que non, le Mali avance désormais, ceux qui ne l’ont pas compris doivent se réveiller enfin et apercevoir la réalité en face.

  8. Quelle nomination insolente ! Quel sera le prochain kata de ce régime en perdition ? Libération de Sanogo pour lui confier le Ministère de la Défense ? En tout cas rien n’est de trop pour jeter de l’ombre sur ce phénomène Sinko qui n’en est pas un. Le régime semble ne pas être conscient qu’il fait la promotion du coup d’État. Hier c’était Moussa TRAORÉ Grand Républicain, aujourd’hui les cambrioleurs du Trésor public sont inspecteur général des armées ou militaire le plus gradé du MALI, qu’attendent les autres troufions pour se faire Grand ? 😀😀😀

    • Et pendant ce temps, ce pusillanime arrête des gendarmes aux fronts réclamant simplement une impartialité dans le traitement !

    • Moi je te dis que bientôt Sanogo sera nommé Maréchal et déclaré héros national.

Comments are closed.