Collectif Stop! Trop de Morts : « Les rancœurs s’installent dans le cœur des populations touchées. » dixit Adam Dicko

0

La Maison de la presse a abrité, le samedi, 13 juillet dernier, une conférence de presse pour le lancement du collectif « Stop! Trop de morts ». Cette conférence était animée par Adam Dicko et l’artiste, IsmaÏl Doucouré dit Master Soumi,  porte-parole dudit collectif.

Le collectif stop! Trop de morts a pour objectif de contribuer à faire baisser les tensions nées de la situation que notre pays traverse.

La porte-parole du collectif stop! Trop de morts, Adam Dicko a souligné que c’est par la nécessité d’une prévention des grands idéaux de concorde et d’humanisme que les maliens et maliennes de tous bords, sans distinction d’âge ni de sexe encore moins de croyance, ont initié le collectif Stop! Trop de Morts.

Après une analyse sans complaisance de la situation dans les régions de Ségou et de Mopti, le collectif Stop! Trop de Morts estime que la dimension intercommunautaire de la violence dans certaines localités a déjà pris naissance, les messages de haine et d’appel à la violence, qui circulent sur les réseaux sociaux depuis belle lurette, attestent l’ampleur de cette fracture sociale qui se profile à l’Horizon. Selon lui, les rancœurs prennent corps dans le cœur des populations touchées.

En poursuivant, elle a fait savoir que cette situation interpelle tout le monde que tu sois à Mopti, Ségou ou encore à Bamako avant de préciser que les que les initiateurs du collectif lancent un appel de sursaut d’urgence de toutes les maliennes et de tous maliens en vue de fédérer leurs énergies et ressources.

En vue d’atteindre cet objectif, le collectif  se penche sur trois axes d’intervention tels que la sensibilisation de l’opinion nationale, l’influence politique et le dialogue social.

Pour sa part, IsmaÏl Doucouré dit Master Soumi, a ajouté que chaque citoyen a son rôle à jouer pour l’apaisement de notre pays surtout les artistes ; « que devons-nous faire pour notre pays ?,  a-t-il martelé. Le Mali n’a pas besoin de guerre ni de conflit intercommunautaire ; il a tout juste besoin du développement social.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie. Tous les adhérents à cette initiative comme la présidente du parlement des enfants, le président de Elfarook, Kandia Kouyaté, Nouhoum Togo, pour ne citer que ceux-ci, ont signé de s’engagent à œuvrer pour un Mali uni dans sa diversité.

  1. Tounkara

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here