Que sont-ils devenus… Bakary Traoré dit Yachine : En référence au plus grand gardien du but de tous les temps

3

Dans notre pays, des sobriquets comme James Brown, Pelé, Sepp Maïer, Henry Kissinger et Django, etc. sont donnés pour qualifier des personnages qui ont des qualités similaires à ceux dont ils portent le nom. Notre héros de la semaine dans le cadre de la rubrique “Que sont-ils devenus ?”, Bakary Traoré, ancien gardien de but international du Stade malien de Bamako se surnomme Lev Yachine. En référence au portier Russe, précurseur des parades réflexes, des sorties aériennes. Né le 22 octobre 1929, il est décédé le 21 mars 1990. Notre Yachine national faisait le même spectacle que le gardien russe dans ses ramassages aériens et ses interventions avec les poings. Communément appelé Bakary Yachine, l’enfant de Bagadadji a émerveillé le public sportif malien par ses détentes, et les doyens Demba Coulibaly et Djibril Traoré puisaient dans les profondeurs du Larousse Français pour coller des mots justes à ses prouesses. A soixante-quatre ans, il ne souffre d’aucune maladie chronique, mais financièrement il tire le diable par sa queue. Il survit aujourd’hui  grâce à ses amis, qui l’aident à nourrir sa famille. Est-ce suffisant ? Non ! C’est pourquoi nous demandons humblement aux personnes de bonne volonté, aux dirigeants du Stade malien de secourir Bakary Traoré dit Yachine. L’ancien gardien des Aigles dans une grande interview, nous a parlé de sa carrière, de sa situation et de sa retraite. Avec l’espoir que notre appel à l’aide sera entendu, nous donnons le numéro de Bakary Yachine : 75 39 26 07 pour toutes fins utiles. Notons que le colonel Malamine Konaré (fils de l’ancien président Alpha Oumar Konaré), après un tel appel à la solidarité, était intervenu pour secourir un autre ancien joueur du Stade malien de Bamako, Yacouba Traoré dit Yaba. C’est cela aussi l’une des facettes de la rubrique “Que sont-ils devenus ?”

Au risque de nous répéter Bakary Yachine était un excellent de gardien de but, dont les prises de balles exprimaient ses atouts et sa grandeur. Il avait le secret de défier toute une équipe durant quatre-vingt-dix minutes, par ses arrêts spectaculaires et détentes de sauvetage dans les moments cruciaux du match. Il affirme aujourd’hui qu’aucun attaquant du Mali ne lui a coupé son sommeil, fussent-ils Beïdy Sidibé dit Baraka, Antoine Sah du Réal, Abdoulaye Koumaré dit Müller, Ousmane Diallo dit Petit Sory, Seyba Coulibaly du Djoliba, qui avaient le don d’inscrire au moins un but par match.

C’est au niveau fondamental qu’il prit le surnom de Yachine, au cours d’un match inter classes. Après avoir marqué un but, il décide de garder les buts et réalise le match parfait, dont la fin est marquée par les félicitations de son maître qui dit : “tu es fort comme Lev Yachine”. Voilà que Bakary Traoré prend ce sobriquet pour de bon, à partir de 1965.

Dans les clubs de quartier, Aiglons de Missira, et Asec de Bagadadji, il étale son talent. Né de parents stadistes, son intégration dans le centre de formation des Blancs est un non-événement.  C’est plutôt la suite logique des liens forts qu’entretenait le président Binkè Fousseyni Diarra avec son père.

Bakary Yachine rejoint les cadets du Stade malien de Bamako lors de la saison 1972-1973. De la catégorie junior en 1975, il est admis chez les séniors, pour suppléer Modibo Doumbia dit Modibo Dix. Parce que Moctar Sidibé, le gardien titulaire, venait de transférer au Djoliba. Les supporters découvrent un jeune portier très beau dans ses tenues, sur le banc de touche du Stade. Qui pouvait être ce jeunot ? Quand l’occasion lui a été donnée de s’affirmer,  Bakary Yachine a saisi la perche pour dire que désormais le Mali pouvait compter sur son potentiel.  Deux ans seulement après sa titularisation, il est sélectionné en équipe nationale à la faveur du tournoi de la Cédéao en 1979 au Nigeria. Mais il rate la Coupe Cabral organisée à Bamako en 1980. La raison ? Dans une de ses parades, il tombe et se casse la clavicule.

Enfant légitime et bouc émissaire des Blancs

Bakary Yachine dit haut et fort qu’il est un enfant légitime du Stade malien de Bamako. Comme nous avons l’habitude d’affirmer, il fait partie des joueurs que nous avons connus, à travers nos tours dans les internats et terrains d’entraînement des différents clubs de Bamako. Mais il est regrettable que nous ayons appris dans notre adolescence qu’il fut un joueur corrompu. Ce samedi quatre juin, nous avons eu l’occasion de lui poser la question sur ce match de la finale de Coupe du Mali de 1983.

Il a été accusé d’avoir relâché le ballon pour permettre Abdoulaye Koumaré dit Müller de marquer dès la 12e minute, consacrant du coup la victoire du Djoliba. La spécificité de cette finale réside dans le fait que des supporters du Djoliba avaient aussi accusé leur portier Sory Kourouma de corruption. Mais voici tout le détail : à la veille de la finale Remetter est informé de l’accident de son taxi par son chauffeur.

En bon dirigeant, le vieux Mody Sylla du Stade malien qui a appris cette nouvelle répare le véhicule sans arrière-pensées. Ce geste a été assimilé à un acte de corruption et Sory Kourouma dit avoir été interpellé. Il a fallu le témoignage de Mamadou Kagnassy (un dirigeant du Djoliba)  pour qu’il soit blanchi. N’eussent été les interventions de Karounga Kéïta dit Kéké et certains joueurs, Sory avait décidé de quitter l’internat pour ne pas jouer cette finale en 1983.

Paradoxalement c’est Bakary Yachine qui est accusé d’avoir vendu ce match. Que s’était-il passé ? Il fait une révélation sur une autre finale de Coupe du Mali,  qui a eu ses ramifications sur celle de 1983. “Tout est parti de cette finale de Coupe du Mali de 1982 entre le Stade malien et l’AS Biton de Ségou. J’ai été accusé d’avoir rencontré la veille du match le dirigeant ségovien, Amary N’Daou. Et que celui-ci m’a remis trois millions  pour me corrompre.

Le jour du match au moment de faire le classement, l’entraîneur Mamadou Kéita dit Capi me fit cette révélation sous la forme d’une trahison de l’équipe. Face à tels propos je me suis emporté bruyamment et décidé de rentrer à la maison. Les autres joueurs et plus précisément Issa Bakayoko m’ont demandé de tempérer mes ardeurs, et qu’on en reparlerait après la finale. Malgré tout j’étais excédé, et à 11 h 30, discrètement, j’ai quitté l’internat pour me réfugier chez un ami. Les dirigeants m’ont cherché partout. En vain. Finalement, l’encadrement opte pour le plan B, qui consistait à se rabattre sur Modibo Dix. Malheureusement, l’année suivante, j’ai encaissé un but et la précision est que Müller a joué de la main pour me chiper le ballon. Puisqu’on m’attendait au tournant, les rumeurs de corruption ont refait surface.

Je suis un enfant du Stade, comment je peux trahir ce club pour une somme d’argent qui n’assurera pas mon indépendance durant ma vie?”

Précarité

Alors commencèrent les petites incompréhensions entre Bakary Yachine et certains dirigeants stadistes. C’est ainsi qu’il décide de mettre fin prématurément à sa carrière après le premier doublé du club en juin 1984. Amary N’Daou dont le nom avait été trempé dans cette affaire de corruption tenait aussi à débaucher le joueur. Il ne manqua pas d’astuce pour le convaincre de son engagement, à laver l’affront, la calomnie dont il a été victime. Il demandera le soutien des parents de l’ancien gardien de but des Blancs. Bakary Yachine quitta le Stade malien en 1985 avec un parcours de trois finales de coupes du Mali (1979, 1983, 1984) dont une remportée (1984), un titre de champion (1984), une sélection continue dans l’équipe nationale.

Il a transféré à l’AS Biton où Amary N’Daou lui remit une moto, assurera la prise en charge de sa famille à Bamako et le tout soutenu par un logement et un salaire à Ségou. Il y a passé deux saisons (1985-1987), avant de revenir à l’AS Real sur intervention de son mentor, Seydou Traoré dit Guatigui. Avec les Scorpions, il a mis fin sa carrière au bout de cinq ans (1987-1992), parce que l’âge ne lui permettait plus de faire des détentes.

Bakary Yachine met à profit sa retraite footballistique pour entraîner les gardiens de différents clubs : l’AS Réal, l’ASB, les Onze Créateurs et le Stade malien de Bamako. Cela fait dix ans qu’il a tout arrêté et affirme avoir pris ses distances avec son club de cœur. Parce qu’il a été chassé par un homme dont nous taisons le nom. Comment cela peut-il arriver ? Nous avons tellement insisté que Bakary Yachine finit par nous demander de lui désigner un seul ancien joueur du Stade malien de Bamako, qui est aujourd’hui autour de l’équipe. Et cela pour des raisons qui sont connues de tous.

L’ancien gardien international des Blancs de Bamako, âgé de soixante-quatre ans est marié et père de cinq enfants. Dans la vie il aime le football, la musique, déteste la calomnie pour en avoir été victime ; la fausseté et l’hypocrisie.

O. Roger

Tél (00223) 63 88 24 23

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. Décédé en 1190 selon le journaliste et fin de sa carrière de footballeur en 1992 . Allez-y comprendre.
    Mr les journalistes il faut se relire avant toute publication cela va de votre crédibilité. Bien sûre que l’erreur est humaine et on vous le concède volontiers. J’ose croire que ce n’est qu’une faute d’écriture et non une méconnaissance de l’histoire . Excusez moi si ma remarque ait pu blesser quelqu’un, ce n’était qu’une remarque pas méchante pour le rayonnement de nos éditorialistes .
    Nous sommes lus partout dans le monde et je vous tire le chapeau.

    • Je pense que c’est vous qui devez apprendre à lire attentivement avant de faire des remarques. D’abord vous parlez de 1190. Où avez vous vu 1190? Il faut lire “Né le 22 octobre 1929, il est décédé le 21 mars 1990”. Ici l’auteur de l’article parle du grand gardien russe Lev Yachine, qui est considéré comme le plus grand gardien de tous les temps. Quant à notre Bakary TRAORÉ dit “Yachine”, il est né en 1957 et Dieu merci, il est bien portant à 64 ans. Bref, relisez attentivement l’article!

  2. Ces anciens footballeurs et sportifs doivent arriver à s’ entendre pour former un bloc sur le plan national avec les conséquences qui suivront , être utiles et mériter des droits surtout que le sport en particulier le football nourrit son homme actuellement ! Ils pourraient même réclamer des droits aux instances instances internationales qui tirent profit des sportifs !

Répondre à Sangre Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here