Bonne gouvernance : Le FMI salue les efforts du Mali

100
Le FMI approuve un décaissement de 5,5 millions de dollars au Mali
Christine Lagarde, Directrice General du FMI avec Igor Diarra, le ministre Malien des Finances lors du CMFI.

Au Mali, une bonne nouvelle sur le plan Ă©conomique. Le Fonds monĂ©taire international vient d’approuver le dĂ©caissement de 5,5 millions de dollars, dans le cadre de son programme d’aide au Mali. PrĂšs de 30 millions de dollars au total. Le FMI salue Ă  la fois les bonnes performances de l’Ă©conomie nationale et les efforts rĂ©alisĂ©s par les autoritĂ©s en matiĂšre de bonne gouvernance. Ce dĂ©caissement Ă©tait programmĂ©, mais entre le FMI et le Mali, rien n’est jamais automatique.

Depuis les scandales de l’avion prĂ©sidentiel et des contrats opaques du ministĂšre de la DĂ©fense, qui avaient conduit le FMI Ă  suspendre ses versements l’annĂ©e derniĂšre, les Ă©valuations de l’institution financiĂšre internationale sont devenues une forme de baromĂštre de la rigueur et de la gouvernance de l’Ă©conomie malienne.

Le FMI salue une forte croissance en 2014, 7 %, qui devrait “demeurer robuste” cette annĂ©e, aux alentours de 5 %, selon les prĂ©visions. GrĂące notamment au secteur agricole.

Surtout, le FMI estime que “les efforts” dĂ©ployĂ©s par les autoritĂ©s pour “amĂ©liorer la gestion des finances publiques” sont “encourageants” : une façon de dire qu’aprĂšs les nombreuses affaires de dĂ©tournements et de mauvaise gestion, le Mali est sur la bonne voie pour un “usage adĂ©quat de ses ressources publiques”.

Enfin, le FMI exhorte Bamako Ă  amĂ©liorer le climat des affaires, Ă  augmenter ses recettes fiscales et Ă  s’attaquer aux faiblesses du secteur financier, et notamment bancaire.

REHABILITATION DE LA LIAISON FERROVIAIRE DAKAR-BAMAKO

Une compagnie chinoise offre ses services

La compagnie nationale des chemins de fer chinois est disposée à offrir son savoir-faire et son expertise au Sénégal, dans le cadre de la réhabilitation de la liaison Dakar-Bamako, a indiqué, samedi à Johannesburg, son vice-président, Weï Wanz.

Les parties sénégalaises et chinoises sont sur le point de finaliser un accord portant sur le projet de réhabilitation de la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako, a laissé entendre M. Wanz.

Il s’adressait Ă  des journalistes sĂ©nĂ©galais, au sortir d’une audience avec le chef de l’Etat sĂ©nĂ©galais, Macky Sall, en marge du Forum de coopĂ©ration Afrique-Chine.

Ce projet de rĂ©habilitation pourrait connaĂźtre un dĂ©but d’exĂ©cution en 2016, selon le responsable chinois.

ECHOS DES REGIONS

Koulikoro : restitution publique du compte administratif 2014

Restitution publique vendredi du compte administratif 2014 de la Commune urbaine de Koulikoro. Sur une prĂ©vision de plus d’un milliard 900 millions de F CFA, la commune a exĂ©cutĂ© un taux de 38 %. Selon les responsables de la commune, ce dĂ©ficit dans les rĂ©alisations s’explique par la faiblesse du taux de recouvrement des taxes et impĂŽts. Ce taux est estimĂ© Ă  moins de 10 %. La sĂ©ance a permis de prĂ©senter le budget primitif 2016 de la commune. Celui-ci s’Ă©lĂšve Ă  plus de 2 milliards de francs CFA.

 

Ansongo : dĂ©marrage des travaux de restitution de l’accord d’Alger

Cette rencontre vise Ă  “expliquer aux ruraux les points essentiels de l’accord pour le bien-ĂȘtre des Maliens”. Selon les organisateurs, des activitĂ©s similaires seront menĂ©es dans 11 villages des communes d’Ansongo.

 

Mopti : violences domestiques et sexuelles au crible

“Les violences domestiques et sexuelles” Ă©taient au centre d’une confĂ©rence dĂ©bat jeudi Ă  Mopti. Une initiative de la Clinique juridique qui vise Ă  sensibiliser les populations sur les diffĂ©rentes formes de violence basĂ©es sur le genre. La rencontre a rĂ©uni les chefs de quartier, des leaders religieux, les ONG, et plus d’une cinquantaine de femmes. Les dĂ©bats ont permis aux participants de mieux apprĂ©hender les notions de violences basĂ©es sur le genre.

 

SĂ©gou : journĂ©e d’échange des distributeurs d’intrants agricoles

Une journĂ©e d’échange et d’information des distributeurs d’intrants agricoles s’est tenue jeudi Ă  SĂ©gou. Cette journĂ©e consistait Ă  expliquer Ă  la cinquantaine de participants les diffĂ©rents types d’engrais qui existent sur le marchĂ© et leur modalitĂ© d’utilisation. La rencontre Ă©tait organisĂ©e par l’ONG Mali Mark, et permettra aux participants d’ĂȘtre informĂ©s sur la rĂ©glementation et la subvention des engrais.

 

Djenné : rencontre pour identifier et analyser les types de conflits

La commune rurale d’Ouro Aly a abritĂ© vendredi dernier une rencontre intercommunautaire. OrganisĂ©e par l’Association d’appui pour le dĂ©veloppement intĂ©grĂ© en collaboration avec l’ONG amĂ©ricaine, Near East Fondation, cette rencontre a rĂ©uni toutes les communautĂ©s vivant dans la commune. La rencontre visait Ă  amener les participants Ă  identifier et Ă  analyser les types de conflits et les mĂ©canismes communautaires existants en matiĂšre de gestion de ces conflits.

 

PARTAGER

100 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cette croissance économique de mon pays, cela donne une fierté et montre que le Mali est toujours composée des hommes intÚgres.

  2. IBK le disais pendant la campagne prĂ©sidentielle, il disait ainsi qu’il apportera de l’avancement Ă  l’économie du pays. Et grĂące Ă  sa bonne gestion, Ă  son leadership et sa bonne choix d’équipe nous sommes en train d’assister Ă  un Mali qui se rĂ©veil avec tous les conditions nĂ©cessaire qu’il faut.

  3. Au moment que le président IBK est venu, nous avons perdu espoir sur la progression du pays, et maintenant nous assistons à un Mali qui connaßt des progrÚs envers tous ses sens.
    IBK est un bon prĂ©sident qui a su apporter l’essentielle Ă  son pays.

  4. Igore Diarra est surtout celui Ă  qui nous devons prĂ©senter nos salutations, depuis que cet homme est dans le ministĂšre de l’économie, il ne cesse d’apporter des bonne nouvelles en faveur du pays.

  5. Cet effort fourni de nos agents en Ă©conomie est Ă  saluer, ils ont rapportĂ© une confiance presque perdu Ă  l’endroit de l’économie de la nation.
    Merci au FMI pour sa bonne fois au Mali.

  6. Le pays reconnaĂźt les avancements remarquables.
    Sa vas aller au Mali, nous avons toujours de l’espoir
.

  7. Alors une bonne nouvelle au Mali et Ă  son Ă©conomie

    Nous saluons cet effort de nos agents de l’économie malienne.

  8. VoilĂ  une nouvelle Ă  laquelle les maliens ont toujours gratifiĂ© depuis qu’Igor Diarra a pris la position de ministre malien de la finance.

  9. Une bonne nouvelle pour le Mali et son Ă©conomie, nous saluons cet effort de nos Ă©conomistes et de cette bonne volontĂ© de la FMI en faveur d’un Mali qu’elle a toujours gratifiĂ© d’une disponibilitĂ©.

  10. « Le redressement de la croissance des recettes fiscales observĂ© en 2015 est particuliĂšrement encourageant, et fait suite Ă  diverses mesures prises par le MinistĂšre de l’économie et des finances plus tĂŽt dans l’annĂ©e. Il est essentiel d’accroĂźtre les recettes fiscales, ainsi que d’amĂ©liorer la qualitĂ© et l’efficience des dĂ©penses, pour crĂ©er un espace supplĂ©mentaire qui permettra d’investir dans les infrastructures et d’engager des dĂ©penses sociales Ă  l’appui de la croissance et de la rĂ©duction de la pauvretĂ©. Cependant, il sera important Ă  l’avenir que de nouvelles augmentations des recettes proviennent d’un Ă©largissement de l’assiette de l’impĂŽt, notamment grĂące Ă  la rĂ©duction des exonĂ©rations considĂ©rables.

  11. Il est important que ce processus soit progressif et que des mécanismes adéquats en matiÚre de transparence et de responsabilisation soient mis en place pour que les ressources transférées aux collectivités locales soient bien utilisées.
    « Il est essentiel d’engager des rĂ©formes visant Ă  amĂ©liorer le climat des affaires pour rehausser les perspectives Ă©conomiques du Mali. Le plan d’action des autoritĂ©s dans le cadre du programme appuyĂ© par le FMI porte sur des domaines oĂč des lacunes ont Ă©tĂ© observĂ©es. Il est crucial d’accomplir des progrĂšs dans ces domaines, notamment dans l’amĂ©lioration de la gouvernance et l’allĂ©gement de la charge administrative des contribuables, pour accĂ©lĂ©rer la croissance et crĂ©er des emplois, et, en fin de compte, faire reculer la pauvretĂ©. »

  12. « Les efforts que les autoritĂ©s continuent de dĂ©ployer pour amĂ©liorer la gestion des finances publiques sont encourageants aussi. Il est important de continuer d’apporter des amĂ©liorations dans ce domaine afin de contribuer Ă  la discipline budgĂ©taire globale et Ă  l’usage adĂ©quat des ressources publiques.
    « La dĂ©centralisation budgĂ©taire devrait amĂ©liorer la responsabilisation en matiĂšre de dĂ©penses publiques et accroĂźtre l’aide accordĂ©e aux rĂ©gions moins favorisĂ©es du pays. Il est important que ce processus soit progressif et que des mĂ©canismes adĂ©quats en matiĂšre de transparence et de responsabilisation soient mis en place pour que les ressources transfĂ©rĂ©es aux collectivitĂ©s locales soient bien utilisĂ©es.

  13. Les administrateurs souscrivent aux plans des autoritĂ©s visant Ă  mettre en Ɠuvre progressivement la dĂ©centralisation budgĂ©taire en vue d’amĂ©liorer la responsabilisation sur le plan des dĂ©penses tout en augmentant l’aide accordĂ©e aux rĂ©gions moins favorisĂ©es du pays. Ils soulignent que ce processus doit se dĂ©rouler parallĂšlement Ă  une augmentation des capacitĂ©s d’administration et d’absorption des collectivitĂ©s locales, et Ă  la mise en place de mĂ©canismes adĂ©quats en matiĂšre de transparence et de responsabilisation.

    • Les administrateurs soulignent que, pour accĂ©lĂ©rer et pĂ©renniser la croissance Ă  long terme, il conviendra de diversifier les sources de croissance et les secteurs exportateurs. Une amĂ©lioration de la rĂ©glementation, une baisse des impĂŽts sur le travail, une augmentation du taux d’activitĂ©, en particulier des femmes, et une amĂ©lioration de la gouvernance faciliteraient l’activitĂ© et l’investissement du secteur privĂ©.
      Les administrateurs appellent les autoritĂ©s Ă  continuer de s’attaquer aux faiblesses du secteur financier afin de promouvoir l’inclusion financiĂšre, la stabilitĂ© et la croissance. Il s’agit d’assainir le bilan des banques dont les prĂȘts improductifs sont Ă©levĂ©s, de rĂ©duire la concentration du crĂ©dit dans un petit nombre de gros emprunteurs et de renforcer le secteur de la microfinance. Les administrateurs notent avec satisfaction les plans de restructuration de la Banque de l’habitat du Mali, qui devraient rĂ©duire les risques budgĂ©taires et rendre l’établissement attrayant pour les investisseurs privĂ©s. Ils appellent aussi Ă  continuer de renforcer le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

  14. la sĂ©curitĂ© avec l’appui de la communautĂ© internationale.
    Les administrateurs saluent la volontĂ© des autoritĂ©s de mettre en Ɠuvre une politique Ă©conomique visant Ă  prĂ©server la stabilitĂ© macroĂ©conomique et Ă  promouvoir une croissance solidaire. En particulier, ils souscrivent aux efforts dĂ©ployĂ©s pour accroĂźtre les recettes fiscales et amĂ©liorer la qualitĂ© et l’efficience des dĂ©penses afin de crĂ©er un espace permettant d’investir dans les infrastructures de base et d’engager des dĂ©penses sociales. Ils reconnaissent qu’il convient d’élargir l’assiette de l’impĂŽt et de rĂ©duire les exonĂ©rations pour accroĂźtre les recettes. Les administrateurs encouragent aussi les autoritĂ©s Ă  redoubler d’efforts pour amĂ©liorer la gestion des finances publiques afin de faciliter l’usage adĂ©quat des ressources publiques tout en prĂ©servant la bonne santĂ© des finances publiques. Une approche prudente en ce qui concerne de nouveaux financements non concessionnels permettra de prĂ©server la viabilitĂ© de la dette

  15. Le FMI a, d’autre part notĂ© qu’aprĂšs une forte croissance de 7 % en 2014, entraĂźnĂ©e par le retour Ă  un niveau plus normal de production agricole et une forte reprise du secteur manufacturier, la croissance de l’économie malienne a ralenti en 2015 mais devrait demeurer robuste Ă  court terme (au dessus de 5 %).

    L’institution a enfin recommandĂ© Ă  Bamako d’amĂ©liorer le climat des affaires, d’augmenter ses recettes fiscales et de s’attaquer aux faiblesses du secteur financier.

  16. Le FMI a Ă©galement indiquĂ© que son conseil d’administration a approuvĂ© le dĂ©caissement d’un montant de 5,5 millions de dollars au Mali, ce qui porte le montant total des dĂ©caissements au titre de la FEC Ă  environ 30 millions de dollars. Ce nouveau financement Ă©tait prĂ©vu par l’accord relatif Ă  la FEC conclu en les deux parties dĂ©cembre 2013. Mais son versement n’était pas automatique. Depuis les scandales de l’achat par Bamako d’un nouvel avion prĂ©sidentiel pour 40 millions de dollars en pleine crise Ă©conomique et des contrats opaques du ministĂšre de la DĂ©fense, qui avaient conduit le FMI Ă  suspendre ses versements en juin 2014, l’institution conditionne le dĂ©caissement de nouveaux prĂȘts au Mali par le respect des normes de bonne gouvernance. – See more at: http://fr.africatime.com/mali/articles/mali-le-fmi-juge-encourageants-les-efforts-des-autorites-en-matiere-de-gestion-des-finances#sthash.2jXNkbnK.dpuf

  17. L’application de l’accord d’Alger est la seule porte de sortie pour le Mali. Certes on a des hommes aguerri et qui sont prĂȘts Ă  mourir pour la cause du pays. Mais il faut reconnaitre que les Ă©quipements militaires sont insuffisants.

  18. Le Mali est dans une situation assez dĂ©licate que seul un accord peut le sauver. Le gouvernement malien a bien fait d’entamer le processus de cet accord.

  19. L’application de l’accord de paix et de rĂ©conciliation est le souci primordial de nos gouvernants. Car cet accord prĂŽne le retour dĂ©finitive de la paix, la cohĂ©sion sociale, la fraternitĂ© bref la rĂ©conciliation sera universel sur toute l’étendue du territoire malien.

  20. Mamadou Igor Diarra, ministre de l’Economie et des Finances, invitĂ© du Forum de la presse : «Le Mali est Ă©conomiquement sur la bonne voie »Posted by la si on 05/08/2015 Mamadou Igor Diarra, ministre de l’Economie et des Finances, invitĂ© du Forum de la presse : «Le Mali est Ă©conomiquement sur la bonne voie »2015-08-05T00:01:42+00:00 under Economie malienne
    La premiĂšre participation du ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Igor Diarra, au Forum de la presse a eu lieu le vendredi 31 juillet 2015, Ă  la Maison de la presse. Le dĂ©bat portait sur la situation Ă©conomique du Mali, l’état d’exĂ©cution du budget 2015, les mesures prĂ©conisĂ©es au niveau du ministĂšre des Finances pour la relance de l’économie malienne. Les questions Ă©taient posĂ©es au ministre par nos confrĂšres Seydou Baba TraorĂ© de l’Ortm, Ibrahima Fall d’Actu-Ă©conomie, et Ibrahima Coulibaly du journal La Nouvelle Tribune.
    Mamadou Igor Diarra
    Le ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra a prĂ©cisĂ©, dans ses Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse, pour ce qui est de la situation Ă©conomique du pays, que l’économie et le systĂšme financier Ă©taient tombĂ©s trop bas et que chaque jour apportait son lot de combats. « Nous remercions le gouvernement prĂ©cĂ©dent, car le pays venait de s’acquitter des arriĂ©rĂ©s de 2011-2013 avec le concours des partenaires, qui a Ă©tĂ© d’un apport capital», a lancĂ© le ministre. Tout en soulignant aussi que des mesures ont Ă©tĂ© prises pour rĂ©duire le train de vie de l’Etat de 10%, en injectant plus de 100 milliards de Fcfa sur le marchĂ©.
    S’agissant de l’état du budget 2015, le ministre a rappelĂ© que la rĂ©vision de la Loi des finances a Ă©tĂ© faite suite Ă  l’achat de l’avion prĂ©sidentiel, des Ă©quipements militaires, sans oublier la Loi d’orientation militaire votĂ©e Ă  l’AssemblĂ©e nationale. «Donc, l’Etat se doit de se donner les moyens, tout cela n’étant pas prĂ©vu dans le budget annuel, d’amener un surplus de 200 milliards de Fcfa, pendant que l’Etat a, en ce moment, dans le compte de son trĂ©sor la somme de 80 milliards de Fcfa. Pour la mise en Ɠuvre de l’accord avant l’apport des partenaires, il incombe au gouvernement de crĂ©er les conditions adĂ©quates lui permettant de tenir ses engagements. Par contre, le budget 2016 sera plus ambitieux en matiĂšre d’investissements. Il nous faut ĂȘtre Ă©conomiquement indĂ©pendants pour surmonter certaines de nos difficultĂ©s financiĂšres. C’est le lieu de fĂ©liciter la douane pour avoir dĂ©passĂ© le seuil de 1000 milliards de Fcfa», a dĂ©clarĂ© le ministre des Finances.
    Parlant des mesures entreprises par le ministĂšre des Finances, M. Diarra a interpellĂ© les sociĂ©tĂ©s de tĂ©lĂ©phonie Ă  s’acquitter de leurs dus au gouvernement, puisqu’il s’agit de l’argent des contribuables maliens qui est mis, jour et nuit, dans leurs sociĂ©tĂ©s. «La fiscalitĂ© au Mali, comme dans la sous-rĂ©gion, est vraiment complexe : moins de 10% des entreprises payent 90% de leurs taxes au Mali. Cela n’est plus soutenable. Le suivisme fiscal doit ĂȘtre une obligation pour tous. Les banques sont aussi concernĂ©es dans cette logique pour le dĂ©veloppement. Comme dans tous les pays dĂ©veloppĂ©s, les citoyens contribuent aux dĂ©penses publiques en s’acquittant de leurs impĂŽts. Et pour une meilleure contribution des populations, il est convenu que plus les gens tarderont Ă  s’acquitter de leurs impĂŽts, plus les pĂ©nalitĂ©s s’ensuivront», a dĂ©clarĂ© le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Igor Diarra.
    Et au ministre Diarra de rassurer que le pays est Ă©conomiquement sur la bonne voie puisque «le Mali est troisiĂšme pays d’avenir Ă©conomiquement prometteur dans l’Union Ă©conomique monĂ©taire ouest-africaine» 
    Gabriel TIENOU
    http://bamada.net/mamadou-igor-diarra-ministre-de-leconomie-et-des-finances-invite-du-forum-de-la-presse-le-mali-est-economiquement-sur-la-bonne-voie

  21. « Au Mali, une bonne nouvelle sur le plan Ă©conomique. Le Fonds monĂ©taire international vient d’approuver le dĂ©caissement de 5,5 millions de dollars, dans le cadre de son programme d’aide au Mali. PrĂšs de 30 millions de dollars au total. Le FMI salue Ă  la fois les bonnes performances de l’économie nationale et les efforts rĂ©alisĂ©s par les autoritĂ©s en matiĂšre de bonne gouvernance. Ce dĂ©caissement Ă©tait programmĂ©, mais entre le FMI et le Mali, rien n’est jamais automatique »
    Waouuuuuuuuuuuu, quelle nouvelle, nos dirigeants ont tapés fort. Bravo à IBK et son gouvernement.
    « Au Mali, une bonne nouvelle sur le plan Ă©conomique. Le Fonds monĂ©taire international vient d’approuver le dĂ©caissement de 5,5 millions de dollars, dans le cadre de son programme d’aide au Mali. PrĂšs de 30 millions de dollars au total. Le FMI salue Ă  la fois les bonnes performances de l’économie nationale et les efforts rĂ©alisĂ©s par les autoritĂ©s en matiĂšre de bonne gouvernance. Ce dĂ©caissement Ă©tait programmĂ©, mais entre le FMI et le Mali, rien n’est jamais automatique »
    Waouuuuuuuuuuuu, quelle nouvelle, nos dirigeants ont tapĂ©s fort. Bravo Ă  IBK et son gouvernement. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  22. Je suis ravi de cette nouvelle, le Mali a pu relever ce défi grùce aux efforts déployés par nos gouvernants.

  23. Je salue les efforts fournis par nos dirigeants, dire que le Fond Monétaire Internationale est fier de la relance économique de notre pays est tout à fait réjouissante.

  24. Bravo Ă  nos gouvernants, cette nouvelle est soulageant. Avec la venue d’Ibrahim Boubacar Keita au pouvoir, beaucoup de chose ont changĂ©s.

  25. Pour ma part, je pense que le prĂȘt du FMI Ă  l’endroit de notre pays est le fruit d’un travail de longue haleine. En effet, le pouvoir actuel s’est toujours montrĂ© disposer Ă  mettre en pratique les recommandations faites par cette institution en vue d’une gestion transparente des finances publiques. Cela a donnĂ© l’octroi de ce prĂȘt.

  26. Le ministre Igor relĂšve des dĂ©fis et il convient de l’en fĂ©liciter car ces actions au cotĂ© du gouvernement en faveur du pays se multiplient au fil des jours. Merci pour le travail abattu et je souhaite que tu puisses redoubler d’ardeur pour fournir encore plus de rĂ©sultats.

  27. Le Fonds monĂ©taire international (FMI) a jugĂ©, dans un communiquĂ© publiĂ© le 3 dĂ©cembre, «encourageants» les efforts dĂ©ployĂ©s par les autoritĂ©s pour amĂ©liorer la gestion des finances publiques. «Les efforts que les autoritĂ©s continuent de dĂ©ployer pour amĂ©liorer la gestion des finances publiques sont encourageants. Il est important de continuer d’apporter des amĂ©liorations dans ce domaine afin de contribuer Ă  la discipline budgĂ©taire globale et Ă  l’usage adĂ©quat des ressources publiques», a prĂ©cisĂ© le fonds dans ce communiquĂ© publiĂ© suite Ă  l’achĂšvement de la quatriĂšme revue des rĂ©sultats enregistrĂ©s par le Mali dans le cadre d’un programme Ă©conomique appuyĂ© par un accord triennal au titre de la facilitĂ© Ă©largie de crĂ©dit (FEC). – See more

  28. Je salue le FMI qui soutient notre pays dans son programme de développement et je souhaite que la répercussion de ces financements soient perceptibles sur la population de notre pays.

  29. Notre pays renoue enfin avec la bonne gouvernance.
    Cela est Ă  mettre Ă  l’actif du prĂ©sident IBK et aussi de tous ses collaborateurs.
    C’est pourquoi nous leur disons merci pour tout ce qu’ils font pour donner une bonne image Ă  notre pays en matiĂšre de bonne gouvernance.

  30. La gestion communautaire des conflits est un moyen efficace qui permet de résoudre de façon durable les conflits et de renforcer la cohésion sociale car elle implique less populations dans les problÚmes qui les concernent et prends en compte leurs préoccupations.
    Nos gouvernants ont tout intĂ©rĂȘt Ă  utiliser ce genre de mĂ©thode de conflits.

  31. L’approbation du FMI pour le dĂ©caissement de 5,5 milliards de francs en faveur de notre pays est le fruit d’Ă©normes efforts consentis par le pouvoir en place. Ce prĂȘt permettra de renforcer les chantiers de dĂ©veloppement amorcer par le gouvernement. Tous nos remerciements aux FMI.

  32. Lorsque les institutions financiĂšres internationales reconnaissent les exploits pour la bonne gouvernance dans un pays,il faut comprendre que les dirigeants de ce pays ne jouent pas avec cette action noble.
    Notre prĂ©sident fait un bon travail et le monde entier s’en aperçoit.
    Du courage à notre président et bonne continuation dans ce sens.

  33. “Surtout, le FMI estime que les efforts dĂ©ployĂ©s par les autoritĂ©s pour amĂ©liorer la gestion des finances publiques sont encourageants.” 😀 😀 😀 😀 😀
    Ce passage prouve que le Mali est en marche en déplaise aux détracteurs.
    VIVE LE MALI!
    VIVE LE FMI!

  34. L’ONG Mali Mark fait bien d’instruire nos parents sur l’utilisation des engrais car beaucoup de personnes utilisent ces engrais comme bon leur semble et ils sont donc confrontĂ©s Ă  des problĂšmes de santĂ© dues Ă  cette mauvaise utilisation et ou Ă  la perte de leurs rĂ©coltes du fait de la mauvaise utilisation de ces produits.
    Cette rencontre permettra donc d’aider les uns et les autres Ă  une bonne utilisation des engrais et au bon choix Ă  faire en matiĂšres de ces produits.

  35. Un travail bien fait se récompense toujours.
    C’est ce qui se matĂ©rialise par ce dĂ©caissement du FMI de cette belle sommes en faveur de notre pays.
    Le Président IBK continuera toujours de bien diriger le Mali pou quer que cette bonne gouvernance soit continuelle pour le bien des Maliens.
    Vive le Mali,vive IBK…

  36. Je pense que cette initiative est Ă  saluer car elle permet d’expliquer les accords d’Alger aux populations. Je les encourage dans leur initiative qui va dans la droite ligne de la cohĂ©sion sociale et de la paix.

  37. L’initiative de la clinique juridique est louable car il y a beaucoup de personnes( plus gĂ©nĂ©ralement les hommes) pensent que le fait d’avoir Ă©pouser une femme fait d’elle son esclave et la soumet donc Ă  des traitements inhumains; ce qui n’est pas normal. Il faut donc situer les responsabilitĂ©s et montrer les dispositions de la loi en cette matiĂšre pour que chacun puisse savoir se tenir.

  38. “Le FMI salue Ă  la fois les bonnes performances de l’économie nationale et les efforts rĂ©alisĂ©s par les autoritĂ©s en matiĂšre de bonne gouvernance”.
    😆 😀 😀 😀 😀 😀
    Ces propos viennent tĂ©moigner de la bonne gouvernance sous le pouvoir IBK,n’en dĂ©plaisent aux jaloux..
    Merci président pour votre travail.

  39. Je pense que la rĂ©habilitation de l’axe ferroviaire Bamako-Dakar est la bienvenue. En effet, elle est Ă  point nommĂ© car elle soulagera les usagers de cette voie ferroviaire.

  40. La restitution des travaux des accords d’Alger Ă  la population est une trĂšs bonne chose car elle permettra Ă  la population d’Ă©claircir certaines zones d’ombres et de s’approprier l’accord pour aider dans sa mise en application.

  41. Je souhaite que la rĂ©habilitation de l’axe ferroviaire Bamako- Dakar puisse se faire car elle permettra de renforcer les Ă©changes commerciaux entre nos deux pays et aussi facilitera le dĂ©placement des populations vers ce pays voisin qui est un partenaire commercial pour notre pays.

  42. Que certaines personnes aigries reconnaissent cet exploit ou pas,cela n’a aucune importance.
    Le plus important,c’est que les maliens capables de discernement voient et sentent tout ce que ce pouvoir fait pour notre bien ĂȘtre.
    Merci président


  43. Ce décaissement de plusieurs millions de nos francs vient confirmer la bonne gouvernance du président IBK.
    Cette belle somme somme permettra Ă  notre pays de faire des financement dans des milieux comme la santĂ©,l’éducation et surtout la sĂ©curitĂ©.
    Vive le Mali.

  44. Je pense que ce prĂȘt permettra Ă  notre pays de couvrir son dĂ©ficit budgĂ©taire. Ce dĂ©caissement de fonds par le FMI Ă  l’endroit de notre pays est le fruit d’un travail de longue haleine sous l’impulsion de notre ministre des finances Igor.
    VIVE LE MALI!!
    VIVE LE FMI!!

  45. Finis les pĂ©riodes oĂč le TrĂ©sor Public s’était muĂ© en mafia pour finalement payer les diffĂ©rents mandats. Le pays est liquide. Les salaires, rĂ©cemment majorĂ©s, sont versĂ©s rĂ©guliĂšrement, trĂšs tĂŽt d’ailleurs.

  46. Le président IBK est un homme qui travaille efficacement pour le rayonnement de son pays.
    C’est avec joie que nous constatons que cet exploit est reconnu Ă  l’international et aboutit Ă  un prĂȘt trĂšs considĂ©rable pour permettre de renforcer notre budget.
    Merci président et bonne continuation..

  47. Le dĂ©ficit budgĂ©taire global de notre pays sera contenu Ă  court terme pour amorcer une baisse Ă  moyen terme, tout en gardant la dette publique infĂ©rieure Ă  40% du PIB. Cela prouve que notre Ă©conomie se porte bien et j’en suis fier. J’encourage le ministre des finances Ă  redoubler d’effort pour que notre Ă©conomie aille de mieux en mieux. Merci au FMI pour ce prĂȘt.

  48. Oui, bonne gouvernance, parce que le Mali s’acquitte ses dettes intĂ©rieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois.

  49. Sous le pouvoir du prĂ©sident les institutions financiĂšres internationales n’ont jamais cessĂ© d’apporter leur soutien Ă  notre pays.
    Nous souhaitons que ce soutien continue pour permettre à notre pays de sortir du trou dans lequel les anciens locataires de Koulouba nous ont laissé..
    Vive le Mali Ă©conomiquement fort


  50. Oui, bonne gouvernance, avec des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscuritĂ©, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de dĂ©veloppement, de sĂ©curitĂ© et de joie de vivre dans une agglomĂ©ration !!

  51. Les autoritĂ©s maliennes ont continuĂ© Ă  prendre les mesures nĂ©cessaires afin d’atteindre les objectifs Ă©tablis par le programme d’appui du FMI qui ont permises l’octroie de ce prĂȘt. C’est une preuve que le gouvernement s’est engagĂ© Ă  rendre notre Ă©conomie performante. Je fĂ©licite le chef du gouvernement et son Ă©quipe pour ces mesures en vue de renforcer l’économie.

  52. Oui, bonne gouvernance, parce que le Mali est un pays oĂč le climat des affaires est propice, un pays prisĂ© par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le ReprĂ©sentant de la Banque Mondiale pour les opĂ©rations au Mali vient de confirmer que les clignotants Ă  Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets Ă  venir au Mali !

  53. La croissance devrait rester robuste Ă  court terme Ă  plus de 5%. Pour ma part, je pense que ce pourcentage prouve que notre Ă©conomie est au beau fils. Ce dĂ©caissement permettra d’amĂ©liorer notre croissance Ă©conomique voire l‘amĂ©lioration du niveau de vie des citoyens.

  54. Moi je pense que ce soutien permanent des grandes institutions financiÚres à notre pays est dû au leadership du président IBK.
    Ce leadership fait qu’il inspire confiance et cela rejaillit sur notre pays.
    Merci au prĂ©sident pour tout ce qu’il fait pour notre pays.

  55. Je remercie le FMI pour cet acte posĂ© en faveur de notre pays. Cela rĂ©affirme la confiance que cette institution financiĂšre place Ă  notre patrie. Je fĂ©licite le gouvernement pour ce travail rĂ©alisĂ© sans lequel ce dĂ©caissement n’aurait pas lieu.
    VIVE LE MALI!!

  56. Je salue cette action du FMI en faveur de mon pays et je pense que ces fonds permettront d’atteindre des objectifs que ce sont fixĂ©s nos autoritĂ©s. Merci Ă  Christine Lagarde et Ă  toute son Ă©quipe pour ce geste.

  57. Oui, bonne gouvernance, parce que le Mali bouge. MalgrĂ© les difficultĂ©s conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment oĂč IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!

  58. Des gens ont crié partout dans ce pays que nos autorités ne bénéficiaient plus de la confiance qu FMI et voici ce que le FMI dit. Donc moi je ne sais pas quoi penser de ces gens que je considÚre comme des menteurs et des ennemis de ce pays. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
    Que vont-ils bien nous dire aprÚs cette décision du FMI? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    LE MALI AVANCE!

  59. Oui, bonne gouvernance, parce que, sur le marchĂ© de l’emploi, les horizons sont prometteurs. DĂ©jĂ , 36% des 200 000 emplois promis par IBK pour ce quinquennat sont pourvus. A ce rythme, il n’y aura pas de doute que l’homme de parole respectera ses engagements.

  60. Oui, bonne gouvernance, parce que notre armĂ©e nationale, auparavant dans un dĂ©nuement total, est en train d’ĂȘtre Ă©quipĂ©e, doucement mais sĂ»rement. Avec la Loi de programmation militaire, soit 1500 milliards de nos francs sur 5 ans. Ses primes et autres avantages ont Ă©galement connu une hausse sensible.

  61. Merci IBK! Merci pour votre utilité à votre peuple, merci pour les routes, les logements sociaux, le désenclavement intérieur du pays, les centres de santé, les instituts et centres de formation. Merci pour votre respect envers le peuple. Merci pour tout et, surtout, beaucoup de courage.
    Vous en aurez besoin, IBK, parce qu’il se trouvera toujours des hommes et des femmes qui tourneront en dĂ©rision vos projets, vos rĂ©alisations, votre engagement, votre dĂ©termination.
    Courage IBK. N’écoutez pas ceux qui travestissent vos paroles. Faites votre le poĂšme de Kipling et travaillez en Ăąme et en conscience. Vivement l’An III d’IBK!

    • Combien de personnes voudront bien reconnaitre ces exploits??? 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
      Ils ont (une haine pour ne pas dire une jalousie) maladive envers les autoritĂ©s de ce pays qui voient leurs efforts couronnĂ©s de succĂšs. 😛 😛 😛 😀 😀 😀 😛 😀
      Mais nous constatons les avancĂ©es et c’est le plus important; le reste on s’en fout! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  62. Nous avons cru en lui, plus de 77% des maliens l’ont choisi pour leur sortir de la merde dans laquelle ils Ă©taient plongĂ© depuis plus de 20ans, il l’a fait !!! Nous le voulions pour mettre le pays sur la bonne voie de dĂ©veloppement, il est en train de mettre en place une solide base de dĂ©veloppement pour notre pays, de quoi avons besoin encore !!!

  63. IBK est celui dont le MALI avait besoin pour se relancer Ă©conomiquement, sur la scĂšne internationale, pour entamer un procĂ©dure de dĂ©veloppement durable, pour permettre au MALI de prĂ©server son intĂ©gritĂ© territoriale et de faire rĂ©gner la paix et la sĂ©curitĂ© dans notre pays !!! Et il est en train d’accomplir ces diffĂ©rentes tĂąches Ă  merveille !!!

  64. TĂŽt ou tard la vĂ©ritĂ© triomphera voilĂ  encore une preuve. On dĂ©nonce partout qu’il y’a la corruption mais malgrĂ© tout cela les partenaires du Mali sont toujours Ă  notre cheval, ils sont toujours prĂȘts Ă  nous aider. Un seul mot pour les dĂ©tracteurs d’IBK « le chi-en aboie mais la caravane passe »

  65. Bravo à monsieur le ministre de la finance, ces gestes du FMI viennent de démentir tous les mensonges qui circulent chaque jour contre IBK. Merci à FMI.

  66. Nous saluons le financement que l’état veut apporter Ă  nos projets
    cela permettra aux jeunes d’entreprendre afin de renforcer l’économie

  67. Parlez ?
    vos bouches sont fermées à jamais
    IBK et son équipe dynamique et trÚs dévouée sont là pour travailler
    c’est critique stĂ©rile vous savez faire
    TCHRUUUUUR

  68. Merci le ministre pour les reformes
    vraiment le peuple vous salue
    merci IBK
    le peuple vous salue
    le développement est enfin là

  69. Bravo une fois encore Ă  monsieur le ministre de la finance et au prĂ©sident de la rĂ©publique. Vous ĂȘtes les hommes de la situation.

  70. Nous devons de loin vraiment avec la crise socio-politique qui avait affaiblit toute l’économie est enfin un mauvais souvenir dans le bonheur de tout peuple

  71. Voilà encore les fruits de la diplomatie malienne. Merci au FMI et à tous les partenaires financiers de notre pays. L’espoir est vraiment permis avec IBK et monsieur Mamadou Igor Diarra à la finance.

  72. merci Mossad. des sommes pour rien. dans des pays comme le nĂŽtre, oĂč on demande: ” Ă  augmenter ses recettes fiscales et Ă  s’attaquer aux faiblesses du secteur financier.”
    c’est vrai que l’augmentation des recettes doit engendre la croissance, mais, le problĂšme reste la gestion de nos pays. la banque mondiale a publiquement reconnu qu’elle a Ă©chouĂ©, a mĂȘme accusĂ© les Ă©conomistes (y a elle associĂ© des psychologues, des spĂ©cialistes de l’environnement, je ne sais quoi encore) de lui avoir induit en erreur, mais, elle n’a pas fait mieux aprĂšs ce mea-culpa.
    depuis, elle n’a pas changĂ© pourtant de fusil d’Ă©paule.
    depuis plus de 10 ans que le taux de croissance en Afrique affiche le satisfecit, mais la vie du citoyen n’a pas changĂ©. oui pour l’injonction des fonds dans nos Ă©conomies, mais, elle doit ĂȘtre accompagnĂ©e de dĂ©veloppement, mais, plus de 10 ans de croissance, qui ne profite qu’Ă  une classe voleuse, les fonds mĂ©ritent de rester au fonds monĂ©taire international.
    avancer de façon pĂ©remptoire que Igor est le meilleur ministre du mali, est une insulte Ă  Igor lui mĂȘme et Ă  toute la nation.
    le mali existera au delĂ  des hommes.
    sommes-nous Ă  la 1Ăšre injonction du FMI dans notre Ă©conomie? non.
    mr Igor est pour moi un fiertĂ©, nous sommes de la mĂȘme promotion en terminale au lycĂ©e askia mohamed et en set, mais, le mali a connu beaucoup de ministres de finance de talent. il faut se rappeler du drissa keita, alhousseiny tourĂ© et mĂȘme soumaila cissĂ©, etc. tous ont marquĂ© leur temps.
    les satisfĂ©cits du FMI n’ont jamais changĂ© le meilleur ĂȘtre du citoyen. la GrĂšce en est la derniĂšre illustration de ce chao imposĂ© au peuple par l’octroi des fonds du FMI, pourtant, fonds appartenus des pays, dans la douleur.
    les Ă©tats doivent s’imposer la rigueur et la bonne gouvernance, seules voies les menant dans la croissance et la prospĂ©ritĂ©s tant souhaitĂ©es. tout le reste inutile et nuisible au peuple.

  73. Autant de rĂ©formes qui ont apportĂ© une bouffĂ©e d’oxygĂšne Ă  notre Ă©conomie. L’annulation des 45 milliards de F CFA [68,6 millions d’euros] de dette avec la France, le retour de l’aide au dĂ©veloppement, ainsi que la signature de nombreuses conventions de financement portant sur la rĂ©alisation d’un grand nombre de projets illustrent ce retour de confiance de nos partenaires.

    Le compte courant de la balance des paiements s’est considĂ©rablement amĂ©liorĂ© ces douze derniers mois, ce qui traduit le gain de compĂ©titivitĂ© de l’économie malienne

  74. Nul ne peut contre la volontĂ© du tout puissant. VoilĂ  la preuve, ils racontent tout sur la gouvernance d’IBK mais le FMI vient de dĂ©mentir tous les mensonges. IBK vous ĂȘtes la solution, merci Ă  vous et monsieur le ministre de la finance.

  75. Actuellement notre pays a l’un des meilleurs ministres de la finance qu’il ne l’avait jamais eu depuis son indĂ©pendance. Bravo monsieur le ministre de la finance !!!

  76. OĂč sont les dĂ©tracteurs d’IBK qui aboient chaque jour sur lui par Ă©goĂŻsme seulement sans raison valable ? Je pense que le FMI ne finance jamais les pays mal-gouvernĂ©s, ni les pays qui marchent la corruption. Ces gestes montrent que notre pays est bien gouvernĂ© et que la corruption est bien combattue comme l’avait promis IBK. Merci IBK !!!

  77. Notre pays est Ă  cheval avec tous ses amis financiers, ils ont dit qu’ils sont tous prĂȘts Ă  financer notre pays grĂące aux bonnes gestions du pays et aux bonnes visions politique d’IBK.

  78. Encore un coup de pari réussi par IBK et son jeune talentueux et dynamique ministre des finances Igor.
    Nous sommes satisfait de ses efforts inlassables pour le redressement de notre Ă©conomie

  79. C’est la rĂ©compense d’un travail de longue halĂšne car il avait affirmĂ© que le taux de croissance prĂ©vu pour 2016 s’établirait Ă  5,4 %. Une projection rendue largement possible par la signature de l’accord pour la paix et la rĂ©conciliation au Mali, le rĂ©tablissement progressif de la sĂ©curitĂ©

  80. IBK s’est fixĂ© un objectif dont pour atteindre cet objectif il faut faire appel Ă  des hommes compĂ©tents et dynamiques tel que THIAM, IGOR DIARRA, le DG de la douane et autres.
    Abat la corruption et c’est le Mali qui gagne.
    Ils sont Ă  saluer le travail abattu

  81. C’est un travail de fond qui est en train d’ĂȘtre pour le bien -ĂȘtre des maliens
    cela est Ă  saluer et que les nombreux voyages ont portĂ© des fruits qui sont d’ailleurs juteux.
    Merci IBK pour avoir renouveler la confiance avec les différents partenaires

  82. Le pouvoir IBK est digne de confiance et il ne joue pas avec l’image du Mali donc je pense qu’il ne cesserai de continuer dans cette veine.
    Il a pour devis le Mali d’abord. Un Mali dĂ©veloppĂ© et Ă©mergent

  83. Le ReprĂ©sentant du FMI au Mali, a martelĂ© haut et fort qu’avec l’avĂšnement d’IBK au pouvoir, «le Mali a dĂ©collé». Merci IBK et bonne chance pour le reste.

  84. MalgrĂ© les difficultĂ©s conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment oĂč IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux

  85. La gouvernance du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar KeĂŻta a Ă©tĂ© porteuse d’espoirs. On a vu plusieurs promesses se rĂ©aliser et plusieurs projets financĂ©s. Le FMI, aprĂšs sa 4Ăšme revue Ă  laquelle elle a fĂ©licitĂ© le gouvernement malien Ă  travers son ministre de l’économie et des finances de l’Etat, vient encore de saluer nos autoritĂ©s. Cela est une premiĂšre au Mali. 💡 💡 😆 😆 😆

  86. Les maliens sont tous heureux d’entendre la clĂŽture du programme d’aide du FMI Ă  notre pays. Le fond monĂ©taire international s’est montrĂ© content du dĂ©caissement de , millions content de cette. Nous fĂ©licitons le ministre de l’Ă©conomie, l’ensemble du gouvernement ainsi que le prĂ©sident de la rĂ©publique pour ce rĂ©sultat. 😳 😳 😆 😆 😆

  87. Mamadou Igor Diarra a fait un bon travail. Il ne mĂ©nage aucun effort pour la relance de l’économie malienne. Cette rencontre a Ă©tĂ© l’occasion pour le FMI de se montrer satisfait au Mali. Cela est une chance pour les maliens. 🙄 🙄 🙄 😳 😳 😳

  88. Les diffĂ©rents chiffres donnĂ©s par le FMI sont des chiffres pouvant donner un plus Ă  l’économie malienne. Cela veut dire que la gestion des affaires sous Ibrahim Boubacar KeĂŻta est bonne. Sinon le FMI ne blague pas avec les fraudes. 😳 😳 🙄 🙄 🙄

  89. Le rĂ©sultat obtenu s’explique par la bonne gestion du budget de 2015. Ce budget permettra de pousser l’économie de notre pays vers une Ă©ventuelle relance d’ici l’annĂ©e 2016. On constate aussi le fait que le ministre de l’économie et des finances, Mamadou Igor Diarra, a fait une prĂ©vision de 1000 milliards de budget de l’Etat d’ici 2016. ❓ ❓ 😛 😛 😛

  90. Les maliens n’ont jamais eu un ministre de l’économie et des finances de l’Etat aussi vaillant que Mamadou Igor Diarra. Depuis qu’il a occupĂ© cette poste, le Mali ne fait que du succĂšs sur la scĂšne internationale et Ă  l’intĂ©rieur du pays. ➡ ➡ 😛 😛 😛

  91. SI Mamadou Igor Diarra reste au ministĂšre de l’économie et des finances de l’Etat, nous pourront espĂ©rer Ă  un Mali Ă©mergent. Je sais aussi qu’il ne partira pas du gouvernement sans rendre ou faire ce qu’il a Ă  faire pour ce pays. IBK a besoin aussi des ministres travailleurs. ❓ ❓ ❓ 😛 😛 😛 🙄 🙄 🙄

  92. Igor est sans doute un homme intĂšgre. Cette nation a besoin de son aide. IL a fait de notre Ă©conomie l’une des plus stables de l’Afrique de l’Ouest. Vraiment nous l’encourageons. GrĂące Ă  lui, le FMI trouvera le courage de prĂȘter de l’argent Ă  notre pays. 😀 😀 😛 😛 😛

  93. MalgrĂ©, la crise multidimensionnelle dont vient de traversĂ©e le pays, un tellement rĂ©sultat n’était pas obligatoire Ă  dĂ©bloquer. IBK et son ministre Mahamadou I Diarra arrivent Ă  redresser le pays le pays d’une maniĂšre incroyable et remarquable. 😛 😛 😛 😀 😀 😀

  94. Les autoritĂ©s maliennes sont Ă  saluer pour tous les efforts qu’elles dĂ©ploies pour la bonne gouvernance dans notre pays. GrĂące Ă  leur assiduitĂ©, le Fond MonĂ©taire International vient de saluer ces efforts. Nous sommes sans doute convaincus qu’elles peuvent faire encore plus. 😛 😛 😀 😀 😀

  95. Bonne gouvernance : Le FMI salue les efforts du Mali
    Par L’Indicateur du Renouveau

    Du n’importe quoi!

    Tout Ă  coup bon Ă©lĂšve selon des critĂšres dont la dĂ©finition et la description croissent excessivement entre le temps oĂč ils sont fixĂ©s et le moment oĂč ils sont appliquĂ©s. Un progrĂšs dans une cellule cancĂ©reuse infectĂ©e et importĂ©e aux Ăąmes de honnĂȘtes gens, qui ne demandent qu’à vivre dans la dignitĂ© et dans l’indĂ©pendance!

    Difficile pour nos gouvernants d’expliquer ce mĂ©canisme Ă  la population toujours la victime expiatoire d’un systĂšme symbole d’un des pires dĂ©mons de la civilisation humaine. Difficile de l’expliquer quand ces mĂȘmes dirigeants se rendent complices de ce jeu de dupes qui ne dit pas son nom. Et que dire de ce dĂ©sendettement des pays africains annoncĂ© dans le rapport du FMI en 2005 qui devrait en principe amorcer un nouveau dĂ©part dans la croissance des pays subsahariens dits pauvres?

    La rĂ©alitĂ© dix ans aprĂšs, nos pays consacrent quatre fois plus de fonds au remboursement de leur dette qu’aux dĂ©penses d’Ă©ducation, de santĂ©, de dĂ©fense et autres domaines. Parler de croissance dans ce rapport de force, il ne pourrait y avoir un quelconque dans un climat de sĂ©curitĂ© comme dans l’est dans notre pays. La croissance a lieu dans un climat de sĂ©curitĂ© (lutte contre la corruption) qui engendre Ă  son tour confiance et favorise investiments, donc emplois et performances! Les bonnes performances de l’économie nationale supposent des injections de capitaux frais dont toute entreprise a besoin dans les phases d’investissement et de croissance. Depuis quand y a t il eu une telle stimulation de cette dynamique et de son envergure au niveau national?

    Que devrait comprendre le citoyen normal par “amĂ©liorer le climat des affaires, augmenter les recettes fiscales, s’attaquer aux faiblesses du secteur financier, et notamment bancaire”? Ce sont effectivement des dĂ©fis “formidables” Ă  relever, seulement la dĂ©termination de ces institutions financiĂšres Ă  jeter les fondements d’une croissance robuste et partagĂ©e, et Ă  gagner le combat contre la pauvretĂ© dans nos pays n’a jamais Ă©tĂ© de nature Ă  retablir progressivement nos Ă©conomies, procurer la confiance aux initiatives de l’entreprenariat africain.
    Les perspectives macroĂ©conomiques Ă  moyen terme sont donnĂ©es toujours favorables, mais les taux de croissance du PIB rĂ©el (de 5,1% au lieu de 6,6% pour le Mali en 2014 ) restent insignifiants parce que nos secteurs agricole et tertiaire par exemple sont affectĂ©s, dĂ©pendants des alĂ©as climatiques, non soutenus par les secteurs miniers Ă  cause de la volatilitĂ© des cours de l’or, principal produit Ă  l’exportation Ă  cĂŽtĂ© du coton, ajoutĂ©e Ă  cela la fragilitĂ© de la situation sĂ©curitaire, humanitaire dans le pays.

    • Mossad, si l’information etait, je cite: “Mauvaise gourvenance , le FMI interrompt son financement au Mali” qu’est ce que vous diriez SVP?

      • Il ne dirait que les mĂȘmes conneries car son intention n’est pas de comprendre mais de crier au scandale lĂ  oĂč il n’y a pas lieu. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.