Bonne gouvernance : Le FMI salue les efforts du Mali

Le FMI approuve un décaissement de 5,5 millions de dollars au Mali
Christine Lagarde, Directrice General du FMI avec Igor Diarra, le ministre Malien des Finances lors du CMFI.

Au Mali, une bonne nouvelle sur le plan économique. Le Fonds monétaire international vient d’approuver le décaissement de 5,5 millions de dollars, dans le cadre de son programme d’aide au Mali. Près de 30 millions de dollars au total. Le FMI salue à la fois les bonnes performances de l’économie nationale et les efforts réalisés par les autorités en matière de bonne gouvernance. Ce décaissement était programmé, mais entre le FMI et le Mali, rien n’est jamais automatique.

Depuis les scandales de l’avion présidentiel et des contrats opaques du ministère de la Défense, qui avaient conduit le FMI à suspendre ses versements l’année dernière, les évaluations de l’institution financière internationale sont devenues une forme de baromètre de la rigueur et de la gouvernance de l’économie malienne.

Le FMI salue une forte croissance en 2014, 7 %, qui devrait “demeurer robuste” cette année, aux alentours de 5 %, selon les prévisions. Grâce notamment au secteur agricole.

Surtout, le FMI estime que “les efforts” déployés par les autorités pour “améliorer la gestion des finances publiques” sont “encourageants” : une façon de dire qu’après les nombreuses affaires de détournements et de mauvaise gestion, le Mali est sur la bonne voie pour un “usage adéquat de ses ressources publiques”.

Enfin, le FMI exhorte Bamako à améliorer le climat des affaires, à augmenter ses recettes fiscales et à s’attaquer aux faiblesses du secteur financier, et notamment bancaire.

REHABILITATION DE LA LIAISON FERROVIAIRE DAKAR-BAMAKO

Une compagnie chinoise offre ses services

La compagnie nationale des chemins de fer chinois est disposée à offrir son savoir-faire et son expertise au Sénégal, dans le cadre de la réhabilitation de la liaison Dakar-Bamako, a indiqué, samedi à Johannesburg, son vice-président, Weï Wanz.

Les parties sénégalaises et chinoises sont sur le point de finaliser un accord portant sur le projet de réhabilitation de la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako, a laissé entendre M. Wanz.

Il s’adressait à des journalistes sénégalais, au sortir d’une audience avec le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, en marge du Forum de coopération Afrique-Chine.

Ce projet de réhabilitation pourrait connaître un début d’exécution en 2016, selon le responsable chinois.

ECHOS DES REGIONS

Koulikoro : restitution publique du compte administratif 2014

Restitution publique vendredi du compte administratif 2014 de la Commune urbaine de Koulikoro. Sur une prévision de plus d’un milliard 900 millions de F CFA, la commune a exécuté un taux de 38 %. Selon les responsables de la commune, ce déficit dans les réalisations s’explique par la faiblesse du taux de recouvrement des taxes et impôts. Ce taux est estimé à moins de 10 %. La séance a permis de présenter le budget primitif 2016 de la commune. Celui-ci s’élève à plus de 2 milliards de francs CFA.

 

Ansongo : démarrage des travaux de restitution de l’accord d’Alger

Cette rencontre vise à “expliquer aux ruraux les points essentiels de l’accord pour le bien-être des Maliens”. Selon les organisateurs, des activités similaires seront menées dans 11 villages des communes d’Ansongo.

 

Mopti : violences domestiques et sexuelles au crible

“Les violences domestiques et sexuelles” étaient au centre d’une conférence débat jeudi à Mopti. Une initiative de la Clinique juridique qui vise à sensibiliser les populations sur les différentes formes de violence basées sur le genre. La rencontre a réuni les chefs de quartier, des leaders religieux, les ONG, et plus d’une cinquantaine de femmes. Les débats ont permis aux participants de mieux appréhender les notions de violences basées sur le genre.

 

Ségou : journée d’échange des distributeurs d’intrants agricoles

Une journée d’échange et d’information des distributeurs d’intrants agricoles s’est tenue jeudi à Ségou. Cette journée consistait à expliquer à la cinquantaine de participants les différents types d’engrais qui existent sur le marché et leur modalité d’utilisation. La rencontre était organisée par l’ONG Mali Mark, et permettra aux participants d’être informés sur la réglementation et la subvention des engrais.

 

Djenné : rencontre pour identifier et analyser les types de conflits

La commune rurale d’Ouro Aly a abrité vendredi dernier une rencontre intercommunautaire. Organisée par l’Association d’appui pour le développement intégré en collaboration avec l’ONG américaine, Near East Fondation, cette rencontre a réuni toutes les communautés vivant dans la commune. La rencontre visait à amener les participants à identifier et à analyser les types de conflits et les mécanismes communautaires existants en matière de gestion de ces conflits.

 

PARTAGER

100 COMMENTAIRES

  1. Merci pour cette croissance économique de mon pays, cela donne une fierté et montre que le Mali est toujours composée des hommes intègres.

  2. IBK le disais pendant la campagne présidentielle, il disait ainsi qu’il apportera de l’avancement à l’économie du pays. Et grâce à sa bonne gestion, à son leadership et sa bonne choix d’équipe nous sommes en train d’assister à un Mali qui se réveil avec tous les conditions nécessaire qu’il faut.

  3. Au moment que le président IBK est venu, nous avons perdu espoir sur la progression du pays, et maintenant nous assistons à un Mali qui connaît des progrès envers tous ses sens.
    IBK est un bon président qui a su apporter l’essentielle à son pays.

  4. Igore Diarra est surtout celui à qui nous devons présenter nos salutations, depuis que cet homme est dans le ministère de l’économie, il ne cesse d’apporter des bonne nouvelles en faveur du pays.

  5. Cet effort fourni de nos agents en économie est à saluer, ils ont rapporté une confiance presque perdu à l’endroit de l’économie de la nation.
    Merci au FMI pour sa bonne fois au Mali.

  6. Le pays reconnaît les avancements remarquables.
    Sa vas aller au Mali, nous avons toujours de l’espoir….

  7. Alors une bonne nouvelle au Mali et à son économie…
    Nous saluons cet effort de nos agents de l’économie malienne.

  8. Voilà une nouvelle à laquelle les maliens ont toujours gratifié depuis qu’Igor Diarra a pris la position de ministre malien de la finance.

  9. Une bonne nouvelle pour le Mali et son économie, nous saluons cet effort de nos économistes et de cette bonne volonté de la FMI en faveur d’un Mali qu’elle a toujours gratifié d’une disponibilité.

  10. « Le redressement de la croissance des recettes fiscales observé en 2015 est particulièrement encourageant, et fait suite à diverses mesures prises par le Ministère de l’économie et des finances plus tôt dans l’année. Il est essentiel d’accroître les recettes fiscales, ainsi que d’améliorer la qualité et l’efficience des dépenses, pour créer un espace supplémentaire qui permettra d’investir dans les infrastructures et d’engager des dépenses sociales à l’appui de la croissance et de la réduction de la pauvreté. Cependant, il sera important à l’avenir que de nouvelles augmentations des recettes proviennent d’un élargissement de l’assiette de l’impôt, notamment grâce à la réduction des exonérations considérables.

  11. Il est important que ce processus soit progressif et que des mécanismes adéquats en matière de transparence et de responsabilisation soient mis en place pour que les ressources transférées aux collectivités locales soient bien utilisées.
    « Il est essentiel d’engager des réformes visant à améliorer le climat des affaires pour rehausser les perspectives économiques du Mali. Le plan d’action des autorités dans le cadre du programme appuyé par le FMI porte sur des domaines où des lacunes ont été observées. Il est crucial d’accomplir des progrès dans ces domaines, notamment dans l’amélioration de la gouvernance et l’allégement de la charge administrative des contribuables, pour accélérer la croissance et créer des emplois, et, en fin de compte, faire reculer la pauvreté. »

  12. « Les efforts que les autorités continuent de déployer pour améliorer la gestion des finances publiques sont encourageants aussi. Il est important de continuer d’apporter des améliorations dans ce domaine afin de contribuer à la discipline budgétaire globale et à l’usage adéquat des ressources publiques.
    « La décentralisation budgétaire devrait améliorer la responsabilisation en matière de dépenses publiques et accroître l’aide accordée aux régions moins favorisées du pays. Il est important que ce processus soit progressif et que des mécanismes adéquats en matière de transparence et de responsabilisation soient mis en place pour que les ressources transférées aux collectivités locales soient bien utilisées.

  13. Les administrateurs souscrivent aux plans des autorités visant à mettre en œuvre progressivement la décentralisation budgétaire en vue d’améliorer la responsabilisation sur le plan des dépenses tout en augmentant l’aide accordée aux régions moins favorisées du pays. Ils soulignent que ce processus doit se dérouler parallèlement à une augmentation des capacités d’administration et d’absorption des collectivités locales, et à la mise en place de mécanismes adéquats en matière de transparence et de responsabilisation.

    • Les administrateurs soulignent que, pour accélérer et pérenniser la croissance à long terme, il conviendra de diversifier les sources de croissance et les secteurs exportateurs. Une amélioration de la réglementation, une baisse des impôts sur le travail, une augmentation du taux d’activité, en particulier des femmes, et une amélioration de la gouvernance faciliteraient l’activité et l’investissement du secteur privé.
      Les administrateurs appellent les autorités à continuer de s’attaquer aux faiblesses du secteur financier afin de promouvoir l’inclusion financière, la stabilité et la croissance. Il s’agit d’assainir le bilan des banques dont les prêts improductifs sont élevés, de réduire la concentration du crédit dans un petit nombre de gros emprunteurs et de renforcer le secteur de la microfinance. Les administrateurs notent avec satisfaction les plans de restructuration de la Banque de l’habitat du Mali, qui devraient réduire les risques budgétaires et rendre l’établissement attrayant pour les investisseurs privés. Ils appellent aussi à continuer de renforcer le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

  14. la sécurité avec l’appui de la communauté internationale.
    Les administrateurs saluent la volonté des autorités de mettre en œuvre une politique économique visant à préserver la stabilité macroéconomique et à promouvoir une croissance solidaire. En particulier, ils souscrivent aux efforts déployés pour accroître les recettes fiscales et améliorer la qualité et l’efficience des dépenses afin de créer un espace permettant d’investir dans les infrastructures de base et d’engager des dépenses sociales. Ils reconnaissent qu’il convient d’élargir l’assiette de l’impôt et de réduire les exonérations pour accroître les recettes. Les administrateurs encouragent aussi les autorités à redoubler d’efforts pour améliorer la gestion des finances publiques afin de faciliter l’usage adéquat des ressources publiques tout en préservant la bonne santé des finances publiques. Une approche prudente en ce qui concerne de nouveaux financements non concessionnels permettra de préserver la viabilité de la dette

  15. Le FMI a, d’autre part noté qu’après une forte croissance de 7 % en 2014, entraînée par le retour à un niveau plus normal de production agricole et une forte reprise du secteur manufacturier, la croissance de l’économie malienne a ralenti en 2015 mais devrait demeurer robuste à court terme (au dessus de 5 %).

    L’institution a enfin recommandé à Bamako d’améliorer le climat des affaires, d’augmenter ses recettes fiscales et de s’attaquer aux faiblesses du secteur financier.

  16. Le FMI a également indiqué que son conseil d’administration a approuvé le décaissement d’un montant de 5,5 millions de dollars au Mali, ce qui porte le montant total des décaissements au titre de la FEC à environ 30 millions de dollars. Ce nouveau financement était prévu par l’accord relatif à la FEC conclu en les deux parties décembre 2013. Mais son versement n’était pas automatique. Depuis les scandales de l’achat par Bamako d’un nouvel avion présidentiel pour 40 millions de dollars en pleine crise économique et des contrats opaques du ministère de la Défense, qui avaient conduit le FMI à suspendre ses versements en juin 2014, l’institution conditionne le décaissement de nouveaux prêts au Mali par le respect des normes de bonne gouvernance. – See more at: http://fr.africatime.com/mali/articles/mali-le-fmi-juge-encourageants-les-efforts-des-autorites-en-matiere-de-gestion-des-finances#sthash.2jXNkbnK.dpuf

  17. L’application de l’accord d’Alger est la seule porte de sortie pour le Mali. Certes on a des hommes aguerri et qui sont prêts à mourir pour la cause du pays. Mais il faut reconnaitre que les équipements militaires sont insuffisants.

  18. Le Mali est dans une situation assez délicate que seul un accord peut le sauver. Le gouvernement malien a bien fait d’entamer le processus de cet accord.

  19. L’application de l’accord de paix et de réconciliation est le souci primordial de nos gouvernants. Car cet accord prône le retour définitive de la paix, la cohésion sociale, la fraternité bref la réconciliation sera universel sur toute l’étendue du territoire malien.

  20. Mamadou Igor Diarra, ministre de l’Economie et des Finances, invité du Forum de la presse : «Le Mali est économiquement sur la bonne voie…»Posted by la si on 05/08/2015 Mamadou Igor Diarra, ministre de l’Economie et des Finances, invité du Forum de la presse : «Le Mali est économiquement sur la bonne voie…»2015-08-05T00:01:42+00:00 under Economie malienne
    La première participation du ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Igor Diarra, au Forum de la presse a eu lieu le vendredi 31 juillet 2015, à la Maison de la presse. Le débat portait sur la situation économique du Mali, l’état d’exécution du budget 2015, les mesures préconisées au niveau du ministère des Finances pour la relance de l’économie malienne. Les questions étaient posées au ministre par nos confrères Seydou Baba Traoré de l’Ortm, Ibrahima Fall d’Actu-économie, et Ibrahima Coulibaly du journal La Nouvelle Tribune.
    Mamadou Igor Diarra
    Le ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra a précisé, dans ses éléments de réponse, pour ce qui est de la situation économique du pays, que l’économie et le système financier étaient tombés trop bas et que chaque jour apportait son lot de combats. « Nous remercions le gouvernement précédent, car le pays venait de s’acquitter des arriérés de 2011-2013 avec le concours des partenaires, qui a été d’un apport capital», a lancé le ministre. Tout en soulignant aussi que des mesures ont été prises pour réduire le train de vie de l’Etat de 10%, en injectant plus de 100 milliards de Fcfa sur le marché.
    S’agissant de l’état du budget 2015, le ministre a rappelé que la révision de la Loi des finances a été faite suite à l’achat de l’avion présidentiel, des équipements militaires, sans oublier la Loi d’orientation militaire votée à l’Assemblée nationale. «Donc, l’Etat se doit de se donner les moyens, tout cela n’étant pas prévu dans le budget annuel, d’amener un surplus de 200 milliards de Fcfa, pendant que l’Etat a, en ce moment, dans le compte de son trésor la somme de 80 milliards de Fcfa. Pour la mise en œuvre de l’accord avant l’apport des partenaires, il incombe au gouvernement de créer les conditions adéquates lui permettant de tenir ses engagements. Par contre, le budget 2016 sera plus ambitieux en matière d’investissements. Il nous faut être économiquement indépendants pour surmonter certaines de nos difficultés financières. C’est le lieu de féliciter la douane pour avoir dépassé le seuil de 1000 milliards de Fcfa», a déclaré le ministre des Finances.
    Parlant des mesures entreprises par le ministère des Finances, M. Diarra a interpellé les sociétés de téléphonie à s’acquitter de leurs dus au gouvernement, puisqu’il s’agit de l’argent des contribuables maliens qui est mis, jour et nuit, dans leurs sociétés. «La fiscalité au Mali, comme dans la sous-région, est vraiment complexe : moins de 10% des entreprises payent 90% de leurs taxes au Mali. Cela n’est plus soutenable. Le suivisme fiscal doit être une obligation pour tous. Les banques sont aussi concernées dans cette logique pour le développement. Comme dans tous les pays développés, les citoyens contribuent aux dépenses publiques en s’acquittant de leurs impôts. Et pour une meilleure contribution des populations, il est convenu que plus les gens tarderont à s’acquitter de leurs impôts, plus les pénalités s’ensuivront», a déclaré le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadou Igor Diarra.
    Et au ministre Diarra de rassurer que le pays est économiquement sur la bonne voie puisque «le Mali est troisième pays d’avenir économiquement prometteur dans l’Union économique monétaire ouest-africaine»…
    Gabriel TIENOU
    http://bamada.net/mamadou-igor-diarra-ministre-de-leconomie-et-des-finances-invite-du-forum-de-la-presse-le-mali-est-economiquement-sur-la-bonne-voie

  21. « Au Mali, une bonne nouvelle sur le plan économique. Le Fonds monétaire international vient d’approuver le décaissement de 5,5 millions de dollars, dans le cadre de son programme d’aide au Mali. Près de 30 millions de dollars au total. Le FMI salue à la fois les bonnes performances de l’économie nationale et les efforts réalisés par les autorités en matière de bonne gouvernance. Ce décaissement était programmé, mais entre le FMI et le Mali, rien n’est jamais automatique »
    Waouuuuuuuuuuuu, quelle nouvelle, nos dirigeants ont tapés fort. Bravo à IBK et son gouvernement.
    « Au Mali, une bonne nouvelle sur le plan économique. Le Fonds monétaire international vient d’approuver le décaissement de 5,5 millions de dollars, dans le cadre de son programme d’aide au Mali. Près de 30 millions de dollars au total. Le FMI salue à la fois les bonnes performances de l’économie nationale et les efforts réalisés par les autorités en matière de bonne gouvernance. Ce décaissement était programmé, mais entre le FMI et le Mali, rien n’est jamais automatique »
    Waouuuuuuuuuuuu, quelle nouvelle, nos dirigeants ont tapés fort. Bravo à IBK et son gouvernement. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  22. Je suis ravi de cette nouvelle, le Mali a pu relever ce défi grâce aux efforts déployés par nos gouvernants.

  23. Je salue les efforts fournis par nos dirigeants, dire que le Fond Monétaire Internationale est fier de la relance économique de notre pays est tout à fait réjouissante.

  24. Bravo à nos gouvernants, cette nouvelle est soulageant. Avec la venue d’Ibrahim Boubacar Keita au pouvoir, beaucoup de chose ont changés.

  25. Pour ma part, je pense que le prêt du FMI à l’endroit de notre pays est le fruit d’un travail de longue haleine. En effet, le pouvoir actuel s’est toujours montré disposer à mettre en pratique les recommandations faites par cette institution en vue d’une gestion transparente des finances publiques. Cela a donné l’octroi de ce prêt.

  26. Le ministre Igor relève des défis et il convient de l’en féliciter car ces actions au coté du gouvernement en faveur du pays se multiplient au fil des jours. Merci pour le travail abattu et je souhaite que tu puisses redoubler d’ardeur pour fournir encore plus de résultats.

  27. Le Fonds monétaire international (FMI) a jugé, dans un communiqué publié le 3 décembre, «encourageants» les efforts déployés par les autorités pour améliorer la gestion des finances publiques. «Les efforts que les autorités continuent de déployer pour améliorer la gestion des finances publiques sont encourageants. Il est important de continuer d’apporter des améliorations dans ce domaine afin de contribuer à la discipline budgétaire globale et à l’usage adéquat des ressources publiques», a précisé le fonds dans ce communiqué publié suite à l’achèvement de la quatrième revue des résultats enregistrés par le Mali dans le cadre d’un programme économique appuyé par un accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). – See more

  28. Je salue le FMI qui soutient notre pays dans son programme de développement et je souhaite que la répercussion de ces financements soient perceptibles sur la population de notre pays.

  29. Notre pays renoue enfin avec la bonne gouvernance.
    Cela est à mettre à l’actif du président IBK et aussi de tous ses collaborateurs.
    C’est pourquoi nous leur disons merci pour tout ce qu’ils font pour donner une bonne image à notre pays en matière de bonne gouvernance.

  30. La gestion communautaire des conflits est un moyen efficace qui permet de résoudre de façon durable les conflits et de renforcer la cohésion sociale car elle implique less populations dans les problèmes qui les concernent et prends en compte leurs préoccupations.
    Nos gouvernants ont tout intérêt à utiliser ce genre de méthode de conflits.

  31. L’approbation du FMI pour le décaissement de 5,5 milliards de francs en faveur de notre pays est le fruit d’énormes efforts consentis par le pouvoir en place. Ce prêt permettra de renforcer les chantiers de développement amorcer par le gouvernement. Tous nos remerciements aux FMI.

  32. Lorsque les institutions financières internationales reconnaissent les exploits pour la bonne gouvernance dans un pays,il faut comprendre que les dirigeants de ce pays ne jouent pas avec cette action noble.
    Notre président fait un bon travail et le monde entier s’en aperçoit.
    Du courage à notre président et bonne continuation dans ce sens.

  33. “Surtout, le FMI estime que les efforts déployés par les autorités pour améliorer la gestion des finances publiques sont encourageants.” 😀 😀 😀 😀 😀
    Ce passage prouve que le Mali est en marche en déplaise aux détracteurs.
    VIVE LE MALI!
    VIVE LE FMI!

  34. L’ONG Mali Mark fait bien d’instruire nos parents sur l’utilisation des engrais car beaucoup de personnes utilisent ces engrais comme bon leur semble et ils sont donc confrontés à des problèmes de santé dues à cette mauvaise utilisation et ou à la perte de leurs récoltes du fait de la mauvaise utilisation de ces produits.
    Cette rencontre permettra donc d’aider les uns et les autres à une bonne utilisation des engrais et au bon choix à faire en matières de ces produits.

  35. Un travail bien fait se récompense toujours.
    C’est ce qui se matérialise par ce décaissement du FMI de cette belle sommes en faveur de notre pays.
    Le Président IBK continuera toujours de bien diriger le Mali pou quer que cette bonne gouvernance soit continuelle pour le bien des Maliens.
    Vive le Mali,vive IBK…

  36. Je pense que cette initiative est à saluer car elle permet d’expliquer les accords d’Alger aux populations. Je les encourage dans leur initiative qui va dans la droite ligne de la cohésion sociale et de la paix.

  37. L’initiative de la clinique juridique est louable car il y a beaucoup de personnes( plus généralement les hommes) pensent que le fait d’avoir épouser une femme fait d’elle son esclave et la soumet donc à des traitements inhumains; ce qui n’est pas normal. Il faut donc situer les responsabilités et montrer les dispositions de la loi en cette matière pour que chacun puisse savoir se tenir.

  38. “Le FMI salue à la fois les bonnes performances de l’économie nationale et les efforts réalisés par les autorités en matière de bonne gouvernance”.
    😆 😀 😀 😀 😀 😀
    Ces propos viennent témoigner de la bonne gouvernance sous le pouvoir IBK,n’en déplaisent aux jaloux..
    Merci président pour votre travail.

  39. Je pense que la réhabilitation de l’axe ferroviaire Bamako-Dakar est la bienvenue. En effet, elle est à point nommé car elle soulagera les usagers de cette voie ferroviaire.

  40. La restitution des travaux des accords d’Alger à la population est une très bonne chose car elle permettra à la population d’éclaircir certaines zones d’ombres et de s’approprier l’accord pour aider dans sa mise en application.

  41. Je souhaite que la réhabilitation de l’axe ferroviaire Bamako- Dakar puisse se faire car elle permettra de renforcer les échanges commerciaux entre nos deux pays et aussi facilitera le déplacement des populations vers ce pays voisin qui est un partenaire commercial pour notre pays.

  42. Que certaines personnes aigries reconnaissent cet exploit ou pas,cela n’a aucune importance.
    Le plus important,c’est que les maliens capables de discernement voient et sentent tout ce que ce pouvoir fait pour notre bien être.
    Merci président…

  43. Ce décaissement de plusieurs millions de nos francs vient confirmer la bonne gouvernance du président IBK.
    Cette belle somme somme permettra à notre pays de faire des financement dans des milieux comme la santé,l’éducation et surtout la sécurité.
    Vive le Mali.

  44. Je pense que ce prêt permettra à notre pays de couvrir son déficit budgétaire. Ce décaissement de fonds par le FMI à l’endroit de notre pays est le fruit d’un travail de longue haleine sous l’impulsion de notre ministre des finances Igor.
    VIVE LE MALI!!
    VIVE LE FMI!!

  45. Finis les périodes où le Trésor Public s’était mué en mafia pour finalement payer les différents mandats. Le pays est liquide. Les salaires, récemment majorés, sont versés régulièrement, très tôt d’ailleurs.

  46. Le président IBK est un homme qui travaille efficacement pour le rayonnement de son pays.
    C’est avec joie que nous constatons que cet exploit est reconnu à l’international et aboutit à un prêt très considérable pour permettre de renforcer notre budget.
    Merci président et bonne continuation..

  47. Le déficit budgétaire global de notre pays sera contenu à court terme pour amorcer une baisse à moyen terme, tout en gardant la dette publique inférieure à 40% du PIB. Cela prouve que notre économie se porte bien et j’en suis fier. J’encourage le ministre des finances à redoubler d’effort pour que notre économie aille de mieux en mieux. Merci au FMI pour ce prêt.

  48. Oui, bonne gouvernance, parce que le Mali s’acquitte ses dettes intérieures pour relancer l’économie, avec le payement aux banques et aux particuliers de la somme de 500 milliards de nos francs en l’espace de six mois.

  49. Sous le pouvoir du président les institutions financières internationales n’ont jamais cessé d’apporter leur soutien à notre pays.
    Nous souhaitons que ce soutien continue pour permettre à notre pays de sortir du trou dans lequel les anciens locataires de Koulouba nous ont laissé..
    Vive le Mali économiquement fort…

  50. Oui, bonne gouvernance, avec des projets structurants pour sortir des villages du noir, de l’obscurité, avec tout l’impact que l’électrification peut apporter, en termes de développement, de sécurité et de joie de vivre dans une agglomération !!

  51. Les autorités maliennes ont continué à prendre les mesures nécessaires afin d’atteindre les objectifs établis par le programme d’appui du FMI qui ont permises l’octroie de ce prêt. C’est une preuve que le gouvernement s’est engagé à rendre notre économie performante. Je félicite le chef du gouvernement et son équipe pour ces mesures en vue de renforcer l’économie.

  52. Oui, bonne gouvernance, parce que le Mali est un pays où le climat des affaires est propice, un pays prisé par les investisseurs, qui se bousculent au portillon. Le Représentant de la Banque Mondiale pour les opérations au Mali vient de confirmer que les clignotants à Bamako sont au vert et son institution encourage les porteurs de projets à venir au Mali !

  53. La croissance devrait rester robuste à court terme à plus de 5%. Pour ma part, je pense que ce pourcentage prouve que notre économie est au beau fils. Ce décaissement permettra d’améliorer notre croissance économique voire l‘amélioration du niveau de vie des citoyens.

  54. Moi je pense que ce soutien permanent des grandes institutions financières à notre pays est dû au leadership du président IBK.
    Ce leadership fait qu’il inspire confiance et cela rejaillit sur notre pays.
    Merci au président pour tout ce qu’il fait pour notre pays.

  55. Je remercie le FMI pour cet acte posé en faveur de notre pays. Cela réaffirme la confiance que cette institution financière place à notre patrie. Je félicite le gouvernement pour ce travail réalisé sans lequel ce décaissement n’aurait pas lieu.
    VIVE LE MALI!!

  56. Je salue cette action du FMI en faveur de mon pays et je pense que ces fonds permettront d’atteindre des objectifs que ce sont fixés nos autorités. Merci à Christine Lagarde et à toute son équipe pour ce geste.

  57. Oui, bonne gouvernance, parce que le Mali bouge. Malgré les difficultés conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux!

  58. Des gens ont crié partout dans ce pays que nos autorités ne bénéficiaient plus de la confiance qu FMI et voici ce que le FMI dit. Donc moi je ne sais pas quoi penser de ces gens que je considère comme des menteurs et des ennemis de ce pays. 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
    Que vont-ils bien nous dire après cette décision du FMI? :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    LE MALI AVANCE!

  59. Oui, bonne gouvernance, parce que, sur le marché de l’emploi, les horizons sont prometteurs. Déjà, 36% des 200 000 emplois promis par IBK pour ce quinquennat sont pourvus. A ce rythme, il n’y aura pas de doute que l’homme de parole respectera ses engagements.

  60. Oui, bonne gouvernance, parce que notre armée nationale, auparavant dans un dénuement total, est en train d’être équipée, doucement mais sûrement. Avec la Loi de programmation militaire, soit 1500 milliards de nos francs sur 5 ans. Ses primes et autres avantages ont également connu une hausse sensible.

  61. Merci IBK! Merci pour votre utilité à votre peuple, merci pour les routes, les logements sociaux, le désenclavement intérieur du pays, les centres de santé, les instituts et centres de formation. Merci pour votre respect envers le peuple. Merci pour tout et, surtout, beaucoup de courage.
    Vous en aurez besoin, IBK, parce qu’il se trouvera toujours des hommes et des femmes qui tourneront en dérision vos projets, vos réalisations, votre engagement, votre détermination.
    Courage IBK. N’écoutez pas ceux qui travestissent vos paroles. Faites votre le poème de Kipling et travaillez en âme et en conscience. Vivement l’An III d’IBK!

    • Combien de personnes voudront bien reconnaitre ces exploits??? 8) 8) 8) 8) 8) 8) 8)
      Ils ont (une haine pour ne pas dire une jalousie) maladive envers les autorités de ce pays qui voient leurs efforts couronnés de succès. 😛 😛 😛 😀 😀 😀 😛 😀
      Mais nous constatons les avancées et c’est le plus important; le reste on s’en fout! 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

  62. Nous avons cru en lui, plus de 77% des maliens l’ont choisi pour leur sortir de la merde dans laquelle ils étaient plongé depuis plus de 20ans, il l’a fait !!! Nous le voulions pour mettre le pays sur la bonne voie de développement, il est en train de mettre en place une solide base de développement pour notre pays, de quoi avons besoin encore !!!

  63. IBK est celui dont le MALI avait besoin pour se relancer économiquement, sur la scène internationale, pour entamer un procédure de développement durable, pour permettre au MALI de préserver son intégrité territoriale et de faire régner la paix et la sécurité dans notre pays !!! Et il est en train d’accomplir ces différentes tâches à merveille !!!

  64. Tôt ou tard la vérité triomphera voilà encore une preuve. On dénonce partout qu’il y’a la corruption mais malgré tout cela les partenaires du Mali sont toujours à notre cheval, ils sont toujours prêts à nous aider. Un seul mot pour les détracteurs d’IBK « le chi-en aboie mais la caravane passe »

  65. Bravo à monsieur le ministre de la finance, ces gestes du FMI viennent de démentir tous les mensonges qui circulent chaque jour contre IBK. Merci à FMI.

  66. Nous saluons le financement que l’état veut apporter à nos projets
    cela permettra aux jeunes d’entreprendre afin de renforcer l’économie

  67. Parlez ?
    vos bouches sont fermées à jamais
    IBK et son équipe dynamique et très dévouée sont là pour travailler
    c’est critique stérile vous savez faire
    TCHRUUUUUR

  68. Merci le ministre pour les reformes
    vraiment le peuple vous salue
    merci IBK
    le peuple vous salue
    le développement est enfin là

  69. Bravo une fois encore à monsieur le ministre de la finance et au président de la république. Vous êtes les hommes de la situation.

  70. Nous devons de loin vraiment avec la crise socio-politique qui avait affaiblit toute l’économie est enfin un mauvais souvenir dans le bonheur de tout peuple

  71. Voilà encore les fruits de la diplomatie malienne. Merci au FMI et à tous les partenaires financiers de notre pays. L’espoir est vraiment permis avec IBK et monsieur Mamadou Igor Diarra à la finance.

  72. merci Mossad. des sommes pour rien. dans des pays comme le nôtre, où on demande: ” à augmenter ses recettes fiscales et à s’attaquer aux faiblesses du secteur financier.”
    c’est vrai que l’augmentation des recettes doit engendre la croissance, mais, le problème reste la gestion de nos pays. la banque mondiale a publiquement reconnu qu’elle a échoué, a même accusé les économistes (y a elle associé des psychologues, des spécialistes de l’environnement, je ne sais quoi encore) de lui avoir induit en erreur, mais, elle n’a pas fait mieux après ce mea-culpa.
    depuis, elle n’a pas changé pourtant de fusil d’épaule.
    depuis plus de 10 ans que le taux de croissance en Afrique affiche le satisfecit, mais la vie du citoyen n’a pas changé. oui pour l’injonction des fonds dans nos économies, mais, elle doit être accompagnée de développement, mais, plus de 10 ans de croissance, qui ne profite qu’à une classe voleuse, les fonds méritent de rester au fonds monétaire international.
    avancer de façon péremptoire que Igor est le meilleur ministre du mali, est une insulte à Igor lui même et à toute la nation.
    le mali existera au delà des hommes.
    sommes-nous à la 1ère injonction du FMI dans notre économie? non.
    mr Igor est pour moi un fierté, nous sommes de la même promotion en terminale au lycée askia mohamed et en set, mais, le mali a connu beaucoup de ministres de finance de talent. il faut se rappeler du drissa keita, alhousseiny touré et même soumaila cissé, etc. tous ont marqué leur temps.
    les satisfécits du FMI n’ont jamais changé le meilleur être du citoyen. la Grèce en est la dernière illustration de ce chao imposé au peuple par l’octroi des fonds du FMI, pourtant, fonds appartenus des pays, dans la douleur.
    les états doivent s’imposer la rigueur et la bonne gouvernance, seules voies les menant dans la croissance et la prospérités tant souhaitées. tout le reste inutile et nuisible au peuple.

  73. Autant de réformes qui ont apporté une bouffée d’oxygène à notre économie. L’annulation des 45 milliards de F CFA [68,6 millions d’euros] de dette avec la France, le retour de l’aide au développement, ainsi que la signature de nombreuses conventions de financement portant sur la réalisation d’un grand nombre de projets illustrent ce retour de confiance de nos partenaires.

    Le compte courant de la balance des paiements s’est considérablement amélioré ces douze derniers mois, ce qui traduit le gain de compétitivité de l’économie malienne

  74. Nul ne peut contre la volonté du tout puissant. Voilà la preuve, ils racontent tout sur la gouvernance d’IBK mais le FMI vient de démentir tous les mensonges. IBK vous êtes la solution, merci à vous et monsieur le ministre de la finance.

  75. Actuellement notre pays a l’un des meilleurs ministres de la finance qu’il ne l’avait jamais eu depuis son indépendance. Bravo monsieur le ministre de la finance !!!

  76. Où sont les détracteurs d’IBK qui aboient chaque jour sur lui par égoïsme seulement sans raison valable ? Je pense que le FMI ne finance jamais les pays mal-gouvernés, ni les pays qui marchent la corruption. Ces gestes montrent que notre pays est bien gouverné et que la corruption est bien combattue comme l’avait promis IBK. Merci IBK !!!

  77. Notre pays est à cheval avec tous ses amis financiers, ils ont dit qu’ils sont tous prêts à financer notre pays grâce aux bonnes gestions du pays et aux bonnes visions politique d’IBK.

  78. Encore un coup de pari réussi par IBK et son jeune talentueux et dynamique ministre des finances Igor.
    Nous sommes satisfait de ses efforts inlassables pour le redressement de notre économie

  79. C’est la récompense d’un travail de longue halène car il avait affirmé que le taux de croissance prévu pour 2016 s’établirait à 5,4 %. Une projection rendue largement possible par la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le rétablissement progressif de la sécurité

  80. IBK s’est fixé un objectif dont pour atteindre cet objectif il faut faire appel à des hommes compétents et dynamiques tel que THIAM, IGOR DIARRA, le DG de la douane et autres.
    Abat la corruption et c’est le Mali qui gagne.
    Ils sont à saluer le travail abattu

  81. C’est un travail de fond qui est en train d’être pour le bien -être des maliens
    cela est à saluer et que les nombreux voyages ont porté des fruits qui sont d’ailleurs juteux.
    Merci IBK pour avoir renouveler la confiance avec les différents partenaires

  82. Le pouvoir IBK est digne de confiance et il ne joue pas avec l’image du Mali donc je pense qu’il ne cesserai de continuer dans cette veine.
    Il a pour devis le Mali d’abord. Un Mali développé et émergent

  83. Le Représentant du FMI au Mali, a martelé haut et fort qu’avec l’avènement d’IBK au pouvoir, «le Mali a décollé». Merci IBK et bonne chance pour le reste.

  84. Malgré les difficultés conjoncturelles, le Mali progresse, avec un taux de croissance de 7,2%, contre 1,7% au moment où IBK venait aux affaires, en septembre 2013. Qui dit mieux

  85. La gouvernance du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta a été porteuse d’espoirs. On a vu plusieurs promesses se réaliser et plusieurs projets financés. Le FMI, après sa 4ème revue à laquelle elle a félicité le gouvernement malien à travers son ministre de l’économie et des finances de l’Etat, vient encore de saluer nos autorités. Cela est une première au Mali. 💡 💡 😆 😆 😆

  86. Les maliens sont tous heureux d’entendre la clôture du programme d’aide du FMI à notre pays. Le fond monétaire international s’est montré content du décaissement de , millions content de cette. Nous félicitons le ministre de l’économie, l’ensemble du gouvernement ainsi que le président de la république pour ce résultat. 😳 😳 😆 😆 😆

  87. Mamadou Igor Diarra a fait un bon travail. Il ne ménage aucun effort pour la relance de l’économie malienne. Cette rencontre a été l’occasion pour le FMI de se montrer satisfait au Mali. Cela est une chance pour les maliens. 🙄 🙄 🙄 😳 😳 😳

  88. Les différents chiffres donnés par le FMI sont des chiffres pouvant donner un plus à l’économie malienne. Cela veut dire que la gestion des affaires sous Ibrahim Boubacar Keïta est bonne. Sinon le FMI ne blague pas avec les fraudes. 😳 😳 🙄 🙄 🙄

  89. Le résultat obtenu s’explique par la bonne gestion du budget de 2015. Ce budget permettra de pousser l’économie de notre pays vers une éventuelle relance d’ici l’année 2016. On constate aussi le fait que le ministre de l’économie et des finances, Mamadou Igor Diarra, a fait une prévision de 1000 milliards de budget de l’Etat d’ici 2016. ❓ ❓ 😛 😛 😛

  90. Les maliens n’ont jamais eu un ministre de l’économie et des finances de l’Etat aussi vaillant que Mamadou Igor Diarra. Depuis qu’il a occupé cette poste, le Mali ne fait que du succès sur la scène internationale et à l’intérieur du pays. ➡ ➡ 😛 😛 😛

  91. SI Mamadou Igor Diarra reste au ministère de l’économie et des finances de l’Etat, nous pourront espérer à un Mali émergent. Je sais aussi qu’il ne partira pas du gouvernement sans rendre ou faire ce qu’il a à faire pour ce pays. IBK a besoin aussi des ministres travailleurs. ❓ ❓ ❓ 😛 😛 😛 🙄 🙄 🙄

  92. Igor est sans doute un homme intègre. Cette nation a besoin de son aide. IL a fait de notre économie l’une des plus stables de l’Afrique de l’Ouest. Vraiment nous l’encourageons. Grâce à lui, le FMI trouvera le courage de prêter de l’argent à notre pays. 😀 😀 😛 😛 😛

  93. Malgré, la crise multidimensionnelle dont vient de traversée le pays, un tellement résultat n’était pas obligatoire à débloquer. IBK et son ministre Mahamadou I Diarra arrivent à redresser le pays le pays d’une manière incroyable et remarquable. 😛 😛 😛 😀 😀 😀

  94. Les autorités maliennes sont à saluer pour tous les efforts qu’elles déploies pour la bonne gouvernance dans notre pays. Grâce à leur assiduité, le Fond Monétaire International vient de saluer ces efforts. Nous sommes sans doute convaincus qu’elles peuvent faire encore plus. 😛 😛 😀 😀 😀

  95. Bonne gouvernance : Le FMI salue les efforts du Mali
    Par L’Indicateur du Renouveau

    Du n’importe quoi!

    Tout à coup bon élève selon des critères dont la définition et la description croissent excessivement entre le temps où ils sont fixés et le moment où ils sont appliqués. Un progrès dans une cellule cancéreuse infectée et importée aux âmes de honnêtes gens, qui ne demandent qu’à vivre dans la dignité et dans l’indépendance!

    Difficile pour nos gouvernants d’expliquer ce mécanisme à la population toujours la victime expiatoire d’un système symbole d’un des pires démons de la civilisation humaine. Difficile de l’expliquer quand ces mêmes dirigeants se rendent complices de ce jeu de dupes qui ne dit pas son nom. Et que dire de ce désendettement des pays africains annoncé dans le rapport du FMI en 2005 qui devrait en principe amorcer un nouveau départ dans la croissance des pays subsahariens dits pauvres?

    La réalité dix ans après, nos pays consacrent quatre fois plus de fonds au remboursement de leur dette qu’aux dépenses d’éducation, de santé, de défense et autres domaines. Parler de croissance dans ce rapport de force, il ne pourrait y avoir un quelconque dans un climat de sécurité comme dans l’est dans notre pays. La croissance a lieu dans un climat de sécurité (lutte contre la corruption) qui engendre à son tour confiance et favorise investiments, donc emplois et performances! Les bonnes performances de l’économie nationale supposent des injections de capitaux frais dont toute entreprise a besoin dans les phases d’investissement et de croissance. Depuis quand y a t il eu une telle stimulation de cette dynamique et de son envergure au niveau national?

    Que devrait comprendre le citoyen normal par “améliorer le climat des affaires, augmenter les recettes fiscales, s’attaquer aux faiblesses du secteur financier, et notamment bancaire”? Ce sont effectivement des défis “formidables” à relever, seulement la détermination de ces institutions financières à jeter les fondements d’une croissance robuste et partagée, et à gagner le combat contre la pauvreté dans nos pays n’a jamais été de nature à retablir progressivement nos économies, procurer la confiance aux initiatives de l’entreprenariat africain.
    Les perspectives macroéconomiques à moyen terme sont données toujours favorables, mais les taux de croissance du PIB réel (de 5,1% au lieu de 6,6% pour le Mali en 2014 ) restent insignifiants parce que nos secteurs agricole et tertiaire par exemple sont affectés, dépendants des aléas climatiques, non soutenus par les secteurs miniers à cause de la volatilité des cours de l’or, principal produit à l’exportation à côté du coton, ajoutée à cela la fragilité de la situation sécuritaire, humanitaire dans le pays.

    • Mossad, si l’information etait, je cite: “Mauvaise gourvenance , le FMI interrompt son financement au Mali” qu’est ce que vous diriez SVP?

      • Il ne dirait que les mêmes conneries car son intention n’est pas de comprendre mais de crier au scandale là où il n’y a pas lieu. 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.