Grève incessante des enseignants : l’AEEM décrète 72 h de grève

0

L’association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) observe depuis hier  une grève de 72 h qui prendra fin au  mercredi 27 février 2019 dans tous les établissements maliens. Chose qui mobilisera la participation des établissements  secondaires, fondamentaux et supérieurs du pays.

Le secrétaire général de l’association des élèves et étudiants du Mali AEEM dans son ordre de mission fait savoir les causes de la grève. Il s’agit d’inviter le gouvernement ainsi que les syndicats enseignants à se trouver un terrain d’entente. Outre cela, la coordination nationale fait mention de l’occupation illicite d’un espace universitaire par le maire de la commune V.  L’AEEM se dit prêt à entamer d’autres actions si la situation n’est pas débloquée au plutôt possible.

AEFENAM invite les autorités de l’ENA à l’impartialité lors du recrutement des élèves fonctionnaires

Suite à la démission du directeur général de l’Ecole Nationale d’Administration du Mali, l’amicale des anciens élèves  fonctionnaires de l’Ecole Nationale d’Administration du Mali (AEFENAM) prend acte de la confirmation de la démission et de la nomination d’un nouveau directeur à la tête de l’ENA. Dans un communiqué de presse en date du 23 février 2019, l’AEFENAM prend en témoin  la communauté  nationale et internationale qu’elle suit de près et avec beaucoup d’intérêt l’engagement de l’administration de l’ENA dans le processus de recrutement de la 5e promotion. Enfin, l’amicale prie les plus hautes autorités du pays à tout mettre en œuvre pour consolider les acquis en matière de recrutement des fonctionnaires par la voie de l’ENA à l’instar des promotions précédentes.

 Le ministère de l’économie et des finances prêt à retenir sur les salaires des enseignants grévistes

Dans une lettre du ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé, au ministre de l’Éducation nationale, AbinouTemé, en date du 21 février 2019, il est question de rétention sur les salaires des enseignants du fondamental et du secondaire à partir de ce mois de février. Comme cause, le ministre explique dans sa lettre qu’il agit d’une application de la loi N°87-47/AN-RM du 10 aout 1987 « relative au droit de grève dans les services publics ». « Des dispositions sont en cours pour émettre des ordres de recettes sur les jours de grèves au titre des mois écoulés », précise ladite lettre.

19e Édition  du forum de Bamako

Le président de la République s’est longuement étendu sur l’immigration

Ouvert le 21 février 2019 au Centre International de Conférence de Bamako sous la présidence du Premier ministre, en présence des proches collaborateurs du Président de la République, la rencontre 2019 du forum de Bamako a pris fin ce samedi 23 février 2019. À cette occasion,  le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, a reçu les organisateurs et les participants au palais Présidentiel de Koulouba. Au cours des échanges entre le Président, les organisateurs et les participants au forum, le chef de l’État s’est prononcé sur les problématiques liées à la migration.

« Nous discutons avec les différents amis dans le respect strict des politiques nationales souveraines, et nous tâchons d’avancer en ayant comme critère absolu la dignité des nôtres, ça, c’est un critère absolu, la dignité de nos enfants. Et, au-dedans, nous tâchons de faire en sorte que nous soyons de plus en plus capables des propositions et des projets qui les retiennent au pays, c’est cela aussi le problème. Il est évident que tout est à faire dans ce pays-là; mais pour cela, il faut la paix… La grande tâche pour le moment, c’est la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation, sans la mise en œuvre de cet accord pour la paix et la réconciliation dans ses pleins effets, la paix ne sera pas une réalité, et il faut faire des routes, il faut désenclaver, des produits qui viennent d’ailleurs, nous n’en sommes pas fiers , donc nous pensons aujourd’hui que la grande tâche sera qu’au fur et à mesure , nous soyons capables d’industrialisation », a-t-il expliqué.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here