Lutte contre le terrorisme : « La Minusma et le G5 ne sont pas suffisants… », selon Ouattara

0

Le président ivoirien Alassane Ouattara a estimé jeudi, à l’issue d’une rencontre avec son homologue sénégalais Macky Sall, que les forces onusiennes et du G5 Sahel n‘étaient pas suffisantes pour lutter contre le djihadisme qui s‘étend au Sahel et dans l’Afrique de l’Ouest.
« La Minusma (Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation pour le Mali) et le G5 Sahel ne suffisent pas. Nous devons trouver des moyens de coordination plus élargis et plus efficaces pour aider ces pays voisins (Mali, Burkina, Niger) à combattre le terrorisme », a affirmé M. Ouattara, lors d’une courte déclaration. Le président sénégalais a lui estimé qu’il fallait “développer des solidarités, mais également des synergies en matière de renseignements et de coopération sécuritaire” entre les pays dans un “contexte marqué par l’insécurité et la présence grandissante des forces du mal”.

La Côte d’Ivoire a été touchée le 13 mars 2016 par une attaque djihadiste : des assaillants avaient ouvert le feu sur la plage dans la ville balnéaire de Grand-Bassam, près d’Abidjan, faisant 19 morts. Les autorités ont affirmé avoir déjoué plusieurs tentatives depuis. Les forces militaires onusiennes de la Minusma (13.000 hommes) et du G5 Sahel (4.000 hommes), qui peine à fonctionner en raison de manque de ressources, ainsi que l’opération militaire française Barkhane (4.500 hommes) n’arrivent pas à enrayer la multiplication des attaques jihadistes.

Terrorisme :

Opération de l’Armée

L’armée a déclaré, le jeudi dernier, avoir “neutralisé plusieurs terroristes” lors d’un vaste balayage près de deux villages où 41 personnes ont été massacrées cette semaine sous les violences ethniques.

Un soldat est mort dans l’opération “actuellement en cours dans les forêts de Yoro, Gangafani 2, Bodel et Homobongo”, selon un communiqué de l’armée.

“Des bases terroristes ont été détruites. Des perquisitions sont en cours lors de cette opération, qui a permis de neutraliser plusieurs terroristes”, a déclaré un soldat.

L’armée utilise le terme neutralisé pour désigner les victimes, tant fatales que graves.
Les villages de Gangafani 2 et de Yoro, appartenant à l’ethnie Dogo, ont été attaqués lundi dernier.

Quarante et une personnes sont mortes selon l’ONU mais le gouvernement malien a annoncé un bilan provisoire de 38 morts. L’ONU a déclaré que plus de 750 personnes avaient fui les villages où des survivants et des responsables ont déclaré que des hommes armés Fulani étaient arrivés à moto avant de massacrer des personnes pour “se venger” de soupçons de collaboration avec l’armée malienne.

CEDEAO :

La future monnaie devrait s’appeler Eco

Envisagée pour 2020, la future monnaie commune aux 16 pays de l’espace CEDEAO devrait s’appeler Eco. C’est l’une des premières informations qui ressort de la réunion ministérielle de l’institution sous-régionale, tenue lundi et mardi derniers à Abidjan.

« A l’issue des échanges, un consensus s’est dégagé sur la dénomination Eco comme monnaie unique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) », a annoncé Adama Koné, le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances. Et de préciser que ce consensus sera désormais porté à la connaissance et à l’appréciation des chefs d’État et de gouvernement lors du sommet prévu à Abuja le 29 juin prochain.

A propos du symbole de la future monnaie, le ministre a indiqué qu’aucun « accord n’a pu être trouvé et il a été recommandé d’approfondir les réflexions sur le symbole associé au nom Eco ». Eco a devancé au choix, deux autres propositions Afri et Kola, sur l’ensemble des 13 propositions qui ont été présentées aux ministres. Son choix reposait sur les critères préalablement définis lors de l’appel à projet, lancé il y a plusieurs mois : l’identité de la CEDEAO (40%), la signification (25%), la facilité de prononciation (20%) et la créativité (15%).

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here