Rapport de la Banque mondiale : L’économie malienne résiste bien

0

Le Mali, L’Ethiopie, le Kenya, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, le Sénégal et la Tanzanie, à en croire cette institution, “continuent de montrer une résilience économique, aidés en cela par la demande intérieure”. La Banque mondiale rappelle que ces pays qui ont affiché des taux de croissance annuels supérieurs à 5,4 % entre 2015 et 2017, concentrent près de 27 % de la population de la région et représentent 13 % de son Produit intérieur brut (PIB) total. Ce rapport note que la croissance économique en Afrique subsaharienne est en train de rebondir en 2017, après avoir enregistré en 2016, son niveau le plus bas depuis plus de deux décennies. “La région montre des signes de reprise et la croissance devrait y atteindre 2,6 % en 2017. Cette reprise reste néanmoins faible, et la croissance économique ne devrait se situer que légèrement au-dessus de la croissance démographique, soit un rythme qui entrave les efforts en faveur de l’emploi et de la réduction de la pauvreté”, ajoute le rapport. Le Nigéria, l’Afrique du Sud et l’Angola sont les principales économies du continent “qui enregistrent un rebond après le ralentissement brutal de 2016, mais ce redressement est lent en raison d’un ajustement insuffisant par rapport à la baisse des prix des matières premières et à l’incertitude des politiques”. En outre, plusieurs pays exportateurs de pétrole de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac) sont confrontés à des difficultés économiques. Commentant ce rapport au cours d’une discussion avec des journalistes de plusieurs capitales africaines, l’économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Afrique, Albert Zeufack, a souligné : “ les pays procèdent à des ajustements budgétaires, nous devons faire en sorte que la conjoncture demeure propice à l’investissement afin que les pays d’Afrique subsaharienne connaissent une reprise plus forte”. Dans l’ensemble, le rapport appelle à la mise en œuvre urgente de réformes visant à améliorer les institutions qui promeuvent la croissance du secteur privé, de développer les marchés financiers locaux, améliorer les infrastructures et renforcer la mobilisation des ressources intérieures.

*********

Boubacar Ould Hamadi et Hamoudi Sidi Ahmed Aggada investis respectivement chef des autorités intérimaires de Tombouctou et de Taoudénit

Après plusieurs reports, l’installation des autorités intérimaires dans les régions du nord du Mali est arrivée à son terme le jeudi 20 avril 2017. Et cela, avec l’installation de Boubacar Ould Hamadi qui a été investi comme président du Conseil régional de Tombouctou et Hamoudi Sidi Ahmed Aggada comme chef des autorités intérimaires de Taoudénit. Selon nos sources, la cérémonie qui s’est déroulée sans incident, a été présidée par M. Alhassane Ag Hamed Moussa, le nouveau ministre de la Décentralisation et de la Fiscalité locale. Il faut rappeler que le président des autorités intérimaires dans la région de Kidal a pris fonction le 28 février 2017 et celui de Gao et Ménaka le 2 mars 2017. Il importe de retenir également que l’installation des autorités intérimaires dans les cinq régions nord du Mali est prévue par l’Accord pour la Paix et la Réconciliation. Et selon les termes de cet Accord, elles devront gérer lesdits régions, en attendant l’élection des Assemblées régionales dotées de plus de pouvoirs.

******

Le nouvel Ambassadeur d’Espagne au Mali reçu par le Ministre Abdoulaye DIOP

Le nouvel Ambassadeur du Royaume d’Espagne au Mali, SEM Miguel Gomez de Aranda Villen a été reçu en audience le jeudi 20 avril 2017 par SEM Abdoulaye DIOP, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Le diplomate espagnol a présenté au Ministre DIOP les copies figurées de ses lettres de créance.

Au cours de l’entretien, il a été question du renforcement des liens d’amitié et de coopération entre nos deux pays dans les domaines de la sécurité, de la migration, du genre, de la jeunesse et de l’agriculture, entre autres.

********

Le Mouvement national des enseignants pour le Mali invite le Gouvernement à poursuivre les efforts afin de mettre les FAMA dans les conditions idoines

 Suite à l’attaque des Forces armées du Mali, le mardi 18 avril 2017 au camp militaire de Gourma Rharous dans la région de Tombouctou, le Mouvement National des enseignants pour le Mali (MONEC) par la voix de son président M. Siaka Hamidou Traoré, a fait un communiqué de presse condamnant l’acte avec la dernière rigueur. Après avoir présenté ses condoléances aux familles endeuillées et exprimé son soutien et sa solidarité aux FAMA, le communiqué du MONEC, dont copie nous est parvenue, invite par ailleurs le Gouvernement à poursuivre les efforts engagés afin de mettre les Forces armées maliennes dans les conditions idoines autant que possible. Cela pour leur permettre de défendre le Peuple malien et l’intégrité du territoire. Pour rappel, l’attaque du camp de Gourma Rharous a couté la vie à 4 soldats, 16 autres ont été blessés.

La rédaction

Commentaires via Facebook :

PARTAGER