Refus de Passation de service

0
Paierie Générale du Trésor : Ploie sous des milliers de mandats…

En fin carrière, tout agent passe le flambeau. Tel n’est pas le cas du côté des financiers. Aujourd’hui, Beaucoup de services se trouvent bloquer par la faute des financiers, qui refusent de passer le relais à leurs successeurs. «Dans un des services concernés, après être admis à la retraite, le directeur du matériel et des finances  refuse encore de passer le flambeau à son successeur désigné par les autorités compétentes. De ce fait, il a fallu que le chef de service tape du poing sur la table pour que notre directeur du matériel et des finances accepte de programmer la passation de service. Ailleurs, dans un autre service,  le chef du département a ordonné par le billet d’un huissier la fermeture du bureau de son  directeur du matériel et des finances. Ce dernier refusant aussi de céder sa place,  ne s’entendait plus avec les agents de la structure en question.  Tout ça pourquoi ? Pour certaines opinions, ces financiers tentent de passer les marchés publics de l’année en cours avant de rendre le tablier aux successeurs, pour d’autres, c’est pour couvrir encore leurs arrières. Une situation qui interpelle le ministre de l’Economie et des Finances.  En tout cas, si rien n’est fait, plusieurs services sont en arrêt de travail à cause de cette situation», révèle l’Indicateur du renouveau

Trésor public

Le Directeur général des Douanes, Mahamet Doucara compte mobiliser 689,100 milliards Fcfa au titre de l’exercice 2019 contre 641,100 milliards Fcfa en 2018. Ainsi, il décide de verser chaque mois plus de 57 milliards Fcfa au Trésor public. Le nouveau directeur général des Douanes s’engagé  à renflouer la caisse de la nation grâce à un personnel rompu à la tâche. A preuve ! Les bons résultats pointe à l’horizon. Puisque la recette du mois enregistre une progression malgré le débrayage de l’Union nationale des travailleurs du Mali.

Réforme constitutionnelle

Le président des Forces alternatives pour le renouveau et l’émergence (Fare/An ka wuli), Modibo Sidibé, vient d’analyser le processus de réforme constitutionnelle. A en croire à l’ancien Premier ministre, une telle démarche fut  déconseillée à SoumeylouBoubèyeMaïga par les cadres du parti Fare. “La question est que nous n’avons jamais entendu aucune autorité gouvernementale expliquer aux Maliens, quelles sont les clauses de l’accord qui auraient valeurs constitutionnelles ou relèveraient de la matière constitutionnelle”, déclare-t-il.

Appui aux commerçants

Le projet de formalisation des acteurs du commerce de détails bat son plein depuis jeudi. Il coûte 5 milliards 78 millions Fcfa, dont 64,20 % financé par l’Etat. Il promeut le commerce en améliorant le cadre de vie des commerçants. «Ce projet contribuera à améliorer les capacités organisationnelles et productives des commerçants détaillants du Mali en les intégrant dans le circuit formel» a soutenu le PM SoumeylouBoubèyeMaïga.

Les gays au pape

Deux femmes, Samirah et Basch, se sont embrassées vendredi devant une église du centre de la ville de Panama pour envoyer, ont-elles dit, un message de la communauté homosexuelle au pape François: “nous existons!” “On dit que c’est manqué de respect que de nous embrasser devant une église… Pourquoi n’est-ce pas le cas quand ce sont des hétérosexuels?”, a demandé à l’AFP SamirahArmengol, âgée de 39 ans, après un baiser très pudique. “Est-ce que je suis une aberration? Nous existons”, a-t-elle souligné, tandis que des dizaines de milliers de pèlerins du monde entier envahissent Panama jusqu’à dimanche pour les Journées mondiales de la jeunesse. Samirah a expliqué être victime de discrimination, par exemple lorsqu’elle a été mise à la porte de centres commerciaux ou de restaurants pour avoir embrassé sa compagne.

Le « Refus de réfléchir »

“Nous ne devons pas oublier l’Afrique. En effet, nous devons être de plus en plus Africains et de moins en moins Maliens. Raison pour laquelle, nous avons mentionné l’Afrique dans le nom de notre parti. Nous sommes convaincus que l’avenir de notre continent est dans l’intégration africaine. Les valeurs que nous défendons au Mali sont les mêmes que nous devons défendre pour l’Afrique”, déclare Pr Dioncounda Traoré, qui interpelle les intellectuels maliens : “Nous les intellectuels qui sommes venus après les pères des indépendances nous avons été paresseux intellectuellement. Nous avons refusé de réfléchir et nous avons laissé les autres de le faire à notre place. Ainsi, voilà pourquoi ils nous imposent leurs idées et leurs pensées”.

Marche pacifique à Kayes

Environ 200 manifestants issus des associations de jeunes et de femmes ont organisé une marche pacifique mercredi, allant du gouvernorat au Conseil de cercle, dans le but de trouver une issue favorable à la grève des enseignants pour l’ouverture des établissements, a constaté l’Amap. Les organisateurs de la marche estiment que  le conseil de cercle est à la base du blocage des  arriérés de salaires de certains enseignants contractuels  mis à sa disposition par la mairie de la commune urbaine de Kayes. Le président du conseil de cercle,  Dr Modibo Timbo a déclaré  que les enseignements mis à la disposition de la mairie depuis 2015 ne relèvent plus de la compétence du conseil de cercle avant de préciser que son institution a payé régulièrement les contractuels qui relevaient de sa gestion.

Africa talent awards

La deuxième édition du concours dénommé Africa talent awards magnifie l’artiste musicien malien, Sidiki Diabaté, qui rafle à lui seul trois distinctions, dont le grand prix. Il s’agit du prix de l’“Africanité”, le trophée de la “Plus belle voix” et le “Grand prix”. Au mois de février, à Paris, il a reçu “Les Victoires de la Musique” avec Lamomali, dans la catégorie “Musiques du monde”, avec  Toumani et Fatoumata Diawara. A cela s’ajoute le disque d’or et de platine décroché pour son featuring réalisé avec le rappeur français Niska, en 2017 et celui de Lamomali, en 2018. Les organisateurs de cet événement, qui promeut l’excellence en Afrique, décernent des prix dans plus de 28 catégories à 570 artistes de 24 pays du continent.

Crise du football

Le Mali n’a plus de représentant aux compétitions africaines. Après le Djoliba AC, le Stade malien de Bamako quitte le navire. NouhoumDiané explique : «C’est toujours difficile de ne pas atteindre l’objectif fixé non seulement pour le club mais aussi pour l’entraîneur. Cependant, l’objectif pour moi c’était en premier lieu de qualifier le Stade malien pour la Ligue des champions, ce qui a été fait et ensuite entrer en phase de poules de la Coupe Caf. Malheureusement nous n’avons pu atteindre cet objectif. Je suis très déçu par cette élimination. Je pense qu’au regard du match aller déjà, on aurait pu gagner ce match au vu du nombre d’occasions qu’on s’est créées ici Bamako. Pour ce qui est du match retour, nous avons pu faire une excellente première mi-temps et la plupart du temps c’est nous qui faisions le jeu. En seconde période, à quinze minutes de fin de jeu on nous a menés au score donc il fallait prendre des risques et c’est qu’on a fait et cela a permis à l’équipe adversaire de profiter d’un contre pour aller marquer le deuxième but. Sur les deux matches, je dirais simplement que dans le jeu, nous n’avons pas été ridicules mais il y a des détails qui nous ont manqués et à ce niveau les détails sont importants. L’un de ces détails, pour moi, c’est que nous n’avons pas été efficaces».

La Rédaction du Renard

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here