Nord-Mali : quand OXFAM en rajoute à la crise

0

Paradoxal ! Une Organisation non-gouvernementale (ONG), qui a pour mission de lutter contre l’injustice, la pauvreté, est en train de les installer au nord particulièrement à Gao.

En effet, OXFAM, car c’est d’elle qu’il s’agit, à travers ses dirigeants locaux et nationaux, se comporte en véritable négrier au nord. Aucune considération pour les populations, les prestataires courent tous les jours derrière le paiement de commandes passées en bonne et due forme. Il s’agit, notamment, de sociétés de location de voiture, de gardiennage et de nettoyage, de radios de la place.

Sur place, à Gao, on pense que le problème se situe, aussi, au niveau de Bamako, où les signataires sont toujours absents, jamais disponibles, négligents et, à la limite, irrespectueux vis-à-vis des populations et prestataires du nord.

Les mêmes prestataires pensent que le responsable de Gao, un certain Boua Sidibé, couvre ceux de Bamako et ment en vue de garder son poste. Il viole sans hésitation les contrats qui stipulent, pour certains, que «la facture est déposée le 17 du mois et le paiement se fait avant le 25».

Malgré ces dispositions contractuelles, certaines structures attendent, depuis près de 6 mois, le paiement de leurs dus. Autre souci, nous a-t-on dit, OXFAM n’a pas de comptable à Gao et celui de Bamako n’a aucune considération pour les dossiers septentrionaux. Tout cela se passe au vu et au su du responsable national Diawary Bouaré.

D’autres comportements, à la limite de l’indécence, sont reprochés à cette ONG qui n’a pas laissé de bons souvenirs dans d’autres pays. On se souvientdes scandales en Haïti et ailleurs.Nous y reviendrons.

 M.T

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here