Succession de Bally Idrissa Sissoko à la tête de l’Ortm : Makanfing Konaté dans la mare aux crocodiles

0

Depuis le limogeage de Bally Idrissa Sissoko à la tête de l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (Ortm), un appel à candidatures a été lancé pour assurer sa succession. Du coup, ce sont environ 22 candidats qui se sont présentés dans le starting-block. Parmi eux figure le jeune journaliste-reporter d’images Makanfing Konaté, qui entend bâtir un «autre Ortm» en mettant l’humain au cœur de sa vision.

 

Cette information a été donnée aux journalistes par le postulant Makanfing Konaté au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le 26 février 2016 à la Maison de la presse. Détenteur d’un Master II en journalisme-reporter d’images de l’Ecole supérieure de journalisme de Paris et agent de l’Ortm depuis décembre 1997, il se dit convaincu «d’être ce capitaine qui saura allier les enjeux technologiques de l’heure avec les attentes des travailleurs de l’Ortm». Il fonde son projet de Directeur général de l’Ortm «sur des hommes et des femmes qui ne rêvent que de servir leur pays».

 

«Aujourd’hui, je me porte candidat au poste de Directeur général de l’Ortm, après avoir passé 19 ans dans la maison, avec des réalisations, des œuvres remarquables et des missions hors du commun. J’ai aussi participé au succès de la maison ; j’ai également écouté le personnel, entendu ses cris de détresse, vécu ses angoisses et ses frustrations. J’ai bonne conscience des difficultés techniques et des problèmes de matériels et de ressources humaines. L’Ortm a besoin d’un capitaine d’équipe et non d’un général d’armée. Un capitaine qui sache motiver ses agents, leur déléguer des pouvoirs et leur faire confiance. Je pense être ce capitaine raison pour laquelle j’ai déposé ma candidature», a précisé M. Konaté.

Parlant d’énormes vices qui empêchent l’Ortm de répondre valablement et convenablement aux atteintes des Maliens, Makanfing Konaté a cité les brimades et injustices dont sont victimes certains agents de Bozola à cause de leur conviction pour la bonne marche de la boîte. «Un autre Ortm est possible. Un Ortm qui aiderait les Maliens à penser et à agir autrement ;  un autre Ortm pour véhiculer une image positive du Mali», a-t-il soutenu.  Avant d’ajouter que tout le monde se plaint de l’Ortm : du président de la République en passant par les ministres et députés ainsi que le citoyen lambda. «Il faut que cette image négative change et si je deviens Directeur général de l’Ortm, je travaillerais avec une équipe dynamique permettant de renverser cette tendance», a-t-il promis.

«Nous voulons réformer l’institutionnel. L’institutionnel comme nous le faisons au Mali ne valorise pas. Quand vous discutez avec les téléspectateurs ou avec des partenaires, ils vous disent qu’ils ont l’impression que le journal télé, c’est du folklore», a critiqué Makanfing Konaté. Il faut aujourd’hui, soutient-il, un Ortm qui puisse aider les Maliens à penser et à agir autrement. De ce fait, il ambitionne de faire de l’Ortm, une structure qui véhicule une image positive du Mali, et rehausse le niveau de la démocratie et de la gouvernance, favorise l’expression plurielle essentielle à l’essor d’une démocratie républicaine.
La satisfaction morale des travailleurs de l’Ortm est également au cœur de son projet. « Cette satisfaction passe par l’amélioration des conditions de vie, de travail, des outils de travail», a-t-il expliqué.

 

En ce qui concerne les grands axes du candidat Konaté, ils tournent autour du développement rural, de la gouvernance, de la santé et du bien-être, de l’éducation, de la promotion des langues nationales et du patrimoine culturel, de la promotion de l’emploi et des jeunes, de la promotion de la diaspora, de l’essor économique et de la géostratégie.
Pour ce qui est des réformes structurelles envisagées, il a évoqué la création de cinq pôles de production qui peuvent être appelés des départements : le département de la Radio nationale (Radio Mali et Chaîne II), le département de la Radio et de la Télévision rurale (Radio rurale et les 8 stations régionales), le département de la Télévision nationale (la première chaîne et TM2), le département des langues nationales et le département du web.

Comme on le voit, ce sont là de belles ambitions, mais Makanfing Konaté, à travers sa «vision révolutionnaire», aura du mal à être retenu, surtout quand on sait qu’on dit de lui qu’il est «un rebelle» à l’Ortm et qu’il n’est pas dans les grâces du pouvoir en place. En tout cas, il aura osé en se jetant dans cette «mare à crocodiles» qu’est cette boîte.

 

Bruno E. LOMA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER