5e congres ordinaire du MPR : Les vérités de Choguel Maïga

2

Profitant de la cérémonie d’ouverture du 5e congrès ordinaire de son parti  ce samedi 10 décembre, le président du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR),  Choguel K. Maïga, a assené ses vérités concernant la réconciliation. Et de déclarer : L’exil forcé de l’ancien président Amadou Toumani Touré ne sert en rien les intérêts supérieurs de la nation. Au contraire une organisation ordonnée de la Cédéao qui avait supervisé son départ en exil, grandirait notre pays.

 Le président du MPR, Choguel K. Maïga, a craché ses vérités concernant surtout la réconciliation et estimé que “l’exil forcé de l’ancien président Amadou Toumani Touré ne sert en rien les intérêts supérieurs de la nation. Au contraire une organisation ordonnée de la Cédéao qui avait supervisé son départ en exil, grandirait notre pays”. Il a profité de la cérémonie d’ouverture du 5e congrès ordinaire de son parti tenu ce samedi 10 décembre,  pour assener cette vérité.

“Sans réconciliation, pas d’union nationale. Or, sans union nationale pas de solutions viables au principal danger qui guette notre pays : le risque réel de remise en cause de son unité et sa partition”, a expliqué Choguel K. Maïga. Pour lui, les hautes autorités du Mali “pourraient prendre deux initiatives qui sont de nature à décrisper la situation politique”.

La première de cette initiative, a expliqué M. Maïga, concerne l’ancien président de la République Amadou Toumani Touré : “Nous pensons sincèrement qu’aujourd’hui, sauf pour raison de sécurité personnelle, son exil forcé ne sert en rien les intérêts supérieurs de la nation. Au contraire une organisation ordonnée de la Cédéao qui avait supervisé son départ en exil, grandirait notre pays”, a dit le président du parti MPR parlant toujours de la première initiative.

Quant à la deuxième initiative, et toujours selon Dr. Choguel K. Maïga, elle concerne la gestion des conséquences du conflit sanglant ayant opposé des composantes de l’armée malienne suite au contre coup d’Etat d’avril 2012. Aux dires de l’ancien ministre de la Communication, ces événements ont laissé une profonde déchirure au sein de l’armée : “La justice a été saisie des suites de cette affaire, un procès est en cours. Quelle que soit l’issue du procès, après le verdict, nous estimons que le président de la République pourrait prendre des initiatives fortes allant dans le sens de l’apaisement total et d’une réconciliation définitive au sein de notre armée”.

L’ancien ministre de la Communication a assuré que ces questions peuvent trouver des solutions définitives pour favoriser l’avènement d’une atmosphère d’apaisement général, de confiance et de pardon réciproques dans la société malienne.

Toutefois, le président du MPR a conclu par réitérer son soutien aux actions du président de la République.

Nabila

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Ah le vérificateur certifié de tentes est de retour pour raconter encore les conneries dont lui seul a le secret. Parce que le premier souci des maliens est le retour de Tountourou ? Parce que le retour de Tountourou permettra de régler les problèmes de sécurité nationale, garantira la souveraineté et l’intégrité du Mali? Après la vérification des tentes Chakal Koukala vient encore de se trouver une cause utile à défendre.

  2. Choguel prépare le terrain et parle à la place de son ancien recruteur: IBK.

    Il introduit en brandissant ce que beaucoup de maliens ont publiquement dit: le retour d’ATT nécessaire à la paix.

    Il profite pour passer la commission d’IBK, la pilule que le président IBK compte faire avaler de plus aux maliens: ibk compte gracier son complice Sanogo après sa condamnation inévitable.
    Si ce message passe, alors IBK est sûr qu’il n’ y aura aucun risque de gracier le criminel Sanogo.
    Si les maliens le rejettent, alors IBK cherchera un autre moyen d’aider son ami criminel.

    Vous êtes prévenus de la prochaine grâce qui sera accordée par IBK à son complice dans le crime contre le Mali: Sanogo.
    Une chose est certaine: l’impunité ne fera pas le Mali et IBK sera compromis.
    Pitié pour les maliens; ils sont tombés tellement bas qu’ils ne voient rien venir et plus rien ne les dérange.

Comments are closed.