Après 3 mois de résidence surveillée : Bah N’Daw et Moctar Ouane libres de tout mouvement

0

L’ancien Président de la transition, Bah N’Daw et l’ancien Premier ministre, Moctar Ouane sont désormais libres de leur mouvement.  Le gouvernement malien a pris la décision, le 27 août 2021, de lever toutes les mesures restrictives concernant les deux personnalités. Dans un communiqué rendu public, le 27 août 2021, le gouvernement malien indique que cela a été rendu possible grâce à la mission de bons offices du Comité local de suivi de la Transition comprenant la CEDEAO, l’Union africaine, les Nations Unies. « C’est avec soulagement que j’ai accueilli l’annonce, cet après-midi, de la levée par le Gouvernement des mesures restrictives qui nous avaient été imposées au Président Bah Ndaw et à moi-même depuis le 28 mai 2021. Je me réjouis de recouvrer un droit essentiel consacré dans notre Constitution, celui d’aller et de venir », a souligné Moctar Ouane tout juste après la décision.

« Dans le cadre des engagements pris avec la CEDEAO et conformément à la volonté des plus hautes autorités du Mali de contribuer à un apaisement du climat politique, le Gouvernement a accueilli favorablement la mission de bons offices du Comité local de suivi de la Transition comprenant la CEDEAO, l’Union africaine, les Nations Unies à l’effet de trouver une solution à la situation des anciens Président et Premier ministre de la Transition », révèle le communiqué du Gouvernement relatif à la décision de la levée des mesures de surveillance spéciales concernant les anciens Président et Premier ministre de la Transition. A l’issue de ces échanges, ajoute le communiqué, le Gouvernement se félicite de l’issue heureuse des démarches menées par ledit Comité ayant abouti à la décision de la levée des mesures de surveillance spéciales qui étaient mises en place. Le Gouvernement du Mali, tout en remerciant les membres du Comité local de suivi de la Transition pour leur contribution, renouvelle son engagement et sa disponibilité à tout mettre en œuvre pour la réussite du processus de Transition en cours dans notre pays.

Le Comité local de suivi de la Transition (CLST) a aussi fait un communiqué, le 27 août 2021, pour se féliciter de la décision du Gouvernement de lever toutes les mesures restrictives concernant l’ancien Président de la Transition, Bah N’DAW, et l’ancien Premier ministre, Moctar OUANE. En outre, il s’est félicité des dispositions prises par le Gouvernement pour assurer à ces personnalités le bénéfice des droits attachés à leur statut d’ancien Chef de l’Etat et d’ancien Premier ministre. « C’est avec soulagement que j’ai accueilli l’annonce, cet après-midi, de la levée par le Gouvernement des mesures restrictives qui nous avaient été imposées au Président Bah Ndaw et à moi-même depuis le 28 mai 2021.

En ce jour heureux, je voudrais rendre grâce à Dieu et me réjouir du privilège qu’il m’a accordé de servir mon pays, du 26 septembre 2020 au 24 mai 2021, en qualité de Premier ministre. Je me réjouis de recouvrer un droit essentiel consacré dans notre Constitution, celui d’aller et de venir », a souligné l’ancien Premier ministre, Moctar Ouane. Il a remercié les Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Président de la Commission de l’Union africaine et le Secrétaire général des Nations unies et leurs représentants à Bamako regroupés au sein du Comité local de suivi de la Transition (CLST) d’avoir obtenu ce résultat. « Au cours des trois mois de restrictions, j’ai bénéficié du soutien permanent dudit Comité  et souhaiterais exprimer ma gratitude à chacun de ses membres. Leur engagement et leur expérience de la diplomatie ont abouti au dénouement d’une situation difficile. Cette expérience vécue renforce ma conviction profonde dans la nécessité du rassemblement des filles et fils du Mali : « Unis nous sommes plus forts ». Aujourd’hui plus que jamais, nous avons l’ardente obligation d’œuvrer à maintenir notre vaisseau amiral, le Mali, hors des flots hostiles », a souligné Moctar OUANE.

Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here