Bokari Treta face à la presse : «Notre objectif est d’obtenir 5 000 conseillers, 350 maires et réélire IBK»

2

Après son élection à la tête du Rassemblement pour le Mali (RPM) à l’issue du 4ème congrès ordinaire, Bokari Tréta a animé sa première conférence de presse le 8 novembre dernier. Au cours de ladite rencontre, il a parlé de la situation sécuritaire, de l’Accord pour la paix avant d’afficher les ambitions de son parti pour les élections communales, locales, régionales et la présidentielle de 2018.

Cette conférence de presse qui se veut une prise de contact avec les médias pour donner régulièrement des informations saines sur la vie du RPM et, dans une moindre mesure, sur la gestion du pouvoir, a été aussi une occasion pour le Président du RPM d’afficher les ambitions de son parti.             Parlant du 4ème congrès ordinaire du RPM, le président Tréta a salué les congressistes pour leur sens de la responsabilité qui a permis à ces assisses de déjouer les pronostics apocalyptiques. Ce congrès, dit-il, a été un congrès fédérateur qui a rétabli la cohésion et l’unité du parti.  Pour ce qui est du menu, explique-t-il,  « les travaux de notre 4e Congrès ordinaire ont porté essentiellement sur l’adoption du rapport d’activités du Bureau Politique national sortant; des propositions d’amendements aux statuts et règlement intérieur; la stratégie électorale en vue des élections communales, locales, régionales et générales de 2018; le rapport du BPN relatif à l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale; l’évaluation du bilan du RPM de 2013 à 2016 ». Le Congrès, dit-il, a aussi engagé la direction du parti à privilégier, en toute circonstance, l’esprit de collégialité et le consensus autour des grandes questions qui concernent la vie du parti et celle de la nation et à soutenir le processus de réforme constitutionnelle. Il a engagé et encouragé  la direction du parti à entreprendre des discussions avec les partis politiques de la CMP dont Tréta assure la présidence depuis le lundi 7 novembre 2016   en vue de la constitution d’un regroupement politique plus cohérent et plus viable pour la consolidation du processus démocratique dans notre cher pays. Au chapitre de l’accord pour la paix, le RPM encourage la mise en place urgente du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) préalable au retour des réfugiés, au cantonnement et au DDR.  Invite  les partis signataires de l’Accord  à être très vigilants et plus exigeants sur la problématique de la naissance de nouveaux mouvements; insiste sur la résolution pacifique des conflits communautaires, notamment le cas de Kidal dont la persistance constitue une entrave à la bonne mise en œuvre de l’Accord, d’une part, et sur le retour de l’administration et des services sociaux de base, d’autre part. Concernant la situation sécuritaire, le conférencier se félicite des progrès enregistrés et reconnus au plan du processus de paix grâce à l’accompagnement de la communauté internationale. S’insurgeant contre les détracteurs du régime, il déclare : « Sur le plan national, actualité oblige, notre parti estime que l’instrumentalisation outrancière de l’insécurité dans un dessein politicien dont l’objectif n’est que d’entretenir de manière irresponsable la peur au sein de l’opinion mais aussi de réussir par le biais de la désinformation à faire capoter le sommet France-Afrique prévu en janvier dans notre pays. L’insécurité n’est pas bamakoise, elle n’est pas l’apanage de notre seul pays. Elle est malheureusement partout. Faut-il s’y résigner ? A l’instar de tous les autres pays du monde, le Mali sous le président IBK fait d’une priorité absolue son combat et son éradication ». Pour lui, les efforts déployés dans le cadre de la restructuration du secteur de la sécurité (RSS), comme dans celui de la reconstruction de notre armée parlent d’eux-mêmes. Jamais dans l’histoire de notre un tel investissement n’a été consenti, ajoute-il. «Le Rassemblement pour le Mali encourage le gouvernement qui a son soutien total et sans équivoque de poursuivre ses efforts d’investissement afin de consolider les résultats déjà appréciables sur le terrain de défense de l’unité nationale, de la souveraineté nationale, de l’intégrité territoriale, de protection ainsi que la quiétude des populations et de leurs biens», indique Tréta.

Communales : les ambitions revues à la hausse

Dans son adresse, le nouveau patron du RPM se réjoui de l’organisation des élections communales tant attendues par la population et les partenaires du Mali. A l’instar des autres formations politiques du pays, dira Dr Bokari Tréta, le RPM nourrit des ambitions légitimes. Au compte de ces consultations de proximité, sur 688 communes où se tiendront ces élections, le RPM   est en lice dans 682 communes. Il  occupe la tête de liste dans 528 circonscriptions. Ce qui poussera Tréta à revoir à la hausse les ambitions de son parti. De 3 500, il souhaite obtenir 5 000 conseillers. « L’objectif électoral de notre parti est d’obtenir la majorité absolue des conseillers municipaux du pays à l’issue de cette consultation de proximité : 5000 conseillers, 350 mairies. Nous le pouvons, et le devons », déclarera-t-il.  Partant, il a appelé   les militants et sympathisants du parti   à se mobiliser massivement pour faire de ces communales un triomphe pour le RPM, mais aussi apporter un démenti cinglant à tous ceux qui veulent prendre en otage l’attente légitime des populations sous le prétexte d’une insécurité qu’ils agitent et instrumentalisent pour des desseins inavoués. Saisissant cette tribune, Dr Bokari Tréta a annoncé que l’autre ambition du RPM et non la moindre est la réélection du Président de la République en 2018. Et les présentes élections de proximité constituent un grand test pour eux.

Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Bokari Treta face à la presse : «Notre objectif est d’obtenir 5 000 conseillers, 350 maires et réélire IBK». Courage et bonne chance au RPM.

Comments are closed.