Cheick Modibo Diarra aux militants du Rpdm : «Le bien public est sacré»

0
Dr Cheick Modibo Diarra, ancien Premier ministre et président du RPDM
Dr Cheick Modibo Diarra, ancien Premier ministre et président du RPDM

Dans le cadre de la redynamisation des structures de base de son parti, le Rassemblement pour le développement du Mali (RPDM), Dr. Cheick Modibo Diarra a pris contact avec la section de la Commune III. Au cours de ces d’échanges, il a décliné sa vision politique pour un Mali émergent. C’était le dimanche dernier au Carrefour des jeunes.

Cette visite de prise de contact avec la section RPDM de la commune III a  enregistré  la présence des  membres du bureau politique national, des notabilités ainsi que des militants du parti de la section de la commune III. Prenant la parole, Abdoulaye Tounkara, président de la section III a estimé qu’avec  l’avènement de la démocratie, notre pays a atteint l’apogée de la déraison politique. « Nous avons assisté à l’émergence des médiocres artificiellement  hissés au rang de meilleurs et célébrés à l’égal de l’honnête citoyen »,  a-t-il soutenu. Et d’ajouter que tous les problèmes de notre pays n’ont pas commencé maintenant, ils sont la conséquence de la mauvaise gestion de  certains  qui se disent être des opposants, capables d’apporter des solutions aux problèmes qu’ils ont eux- mêmes créés. Toutefois, il a réitéré l’attachement de la population au projet de société du parti. Il n’a pas tari d’éloges envers le président du parti. « Vous êtes de ceux qui sont entrés dans la politique par les valeurs, sans aucune ambition de réussite personnelle », a-t-il ajouté. Pour témoigner leur confiance, la section III a tenu à lui remettre symboliquement une statuette de l’hippopotame. « Nous vous confions le Mali pour nous sortir de l’ornière », clamera la section III.  Recevant cette statuette symbolisant notre pays, Dr. Cheick Modibo Diarra a estimé  que le  Mali est un pays de renommée internationale. Car, précisera –t-il, jusqu’à cette période aucune grande œuvre de l’humanité n’a été réalisée sans la présence d’un Malien. A ses dires, l’heure n’est plus à se glorifier de nos illustres ancêtres. « Soundjata, Biton et autres ont travaillé pour marquer les annales de l’histoire. Il est grand temps que nous œuvrons tous pour écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays afin que  les générations futures s’en souviennent ».Toutefois, il fera remarquer  qu’un parti politique n’a d’autre objectif que la conquête et l’exercice du pouvoir.

La vision de l’astrophysicien pour le Mali

Par ailleurs, Dr. Cheick Modibo Diarra a dressé le portrait robot d’un Mali émergent

«Je vois d’abord un Mali réconcilié avec son histoire, sa culture,  en paix avec lui-même et avec le reste du monde. Je vois un Mali dans lequel la sécurité alimentaire  sera garantie pour tous. Je vois un Mali où tous les citoyens, jeunes et moins jeunes, auront accès à une éducation de  qualité toute leur vie durant avec à la clé un emploi dont le seul critère d’accès  sera la compétence. Je vois un Mali où tout le monde aura accès à des soins de santé .Mieux que cela, un Mali qui a une politique de santé publique permettant d’éviter aux gens de tomber malades avant qu’ils aillent à l’hôpital. Je vois un Mali où les générations vivantes garderont jalousement  leurs environnements pour les transmettre aux générations futures. Je vois également un Mali où il fait bon vivre. Un Mali qui contribue à toutes les grandes œuvres de l’humanité.  Un Mali qui n’est pas là à tendre la main pour demander de l’aide mais qui participe à la solidarité mondiale. C’est ce Mali dont je rêve ».  Partant, il a invité les militants du parti  à resserrer les rangs afin de  vulgariser la vision du parti à travers le pays. « Notre ambition est de faire du RPDM  avant 2017  la première force politique du pays. Avant cette période, il faut qu’on fasse en sorte que le seul crédo que les gens auront du parti soit, entre autres : des gens travailleurs, intègres,  compétents, qui pourront assurer la sécurité alimentaire, la sécurité des personnes et de leurs biens,  offriront des soins de qualité et une éducation de qualité,  assureront le retour et la respectabilité du Mali sur la scène internationale», a -t-il affirmé. Et d’ajouter que le RPDM se démarque des pratiques politiciennes en cours dans notre pays. La politique, dit-il, n’est autre chose que de résoudre les problèmes de la cité. Elle n’est pas synonyme de mensonge, a-t-il indiqué. Par ailleurs, il fera savoir qu’à l’entame de  sa carrière politique, il a promis au peuple malien  qu’il serait intransigeant sur trois principes. « Je ne vous mentirai pas .Je ne vous trahirai pas. Je ne transigerai pas avec les principes de bonne gouvernance. Le bien public est sacré. Si on me le confie, je ne céderai pas, même avec une arme derrière ma tête», a-t-il précisé. Il faisait ainsi allusion à la mauvaise expérience qu’il a eue avec l’ex-junte de Kati qui l’aurait contraint à la démission  à cause de sa rigueur dans la gestion des derniers publics. Toutefois, il fera remarquer qu’un candidat qui achète la conscience des électeurs n’est plus redevable  envers eux une fois élu.

Boubacar SIDIBE  

PARTAGER