Contre une rallonge de la Transition : Des anciens dignitaires en embuscade !

2

Le Premier ministre de la Transition, Choguel Kokalla Maïga,  a,  lors  de lsa présentation de son Programme d’Action Politique (PAG), tenue le vendredi 30 juillet, promis de renforcer les moyens de l’armée. Il a aussi annoncé des réformes institutionnelles tout comme  la mise en place d’un organe unique de gestion des élections. Mais plusieurs partis et analystes  politiques sont pessimistes pour sa réalisation. Des anciens dignitaires, certainement des politicards très soucieux de leur avenir politique que de l’intérêt supérieur de leur pays, ont décidé de se mettre en embuscade. Parce qu’ils estiment craindre  une prolongation de la Transition.

 

Ainsi, après la présentation du PAG de Choguel, axée sur la Sécurité, les réformes institutionnelles, l’accord de paix, l’organisation des élections, la gestion de la crise sociale…,  des réactions politiques ne se sont pas fait attendre. Elles sont très critiques pour ne pas dire amères chez les partis politiques et les anciens dignitaires  du pouvoir  déchu et leurs alliés réunis autour d’une Plateforme politique. Or Choguel Kokalla Maïga s’est  pourtant engagé à tenir compte « des délais temporels de la transition ». En l’occurrence, à organiser les élections générales qui marqueront le retour à l’ordre constitutionnel dès février prochain, comme prévu.

 

Toutefois du côté de l’ancienne majorité,  l’on n’est très inquiet que le PAG   ne  puisse respecter les dates préétablies.   D’après Sidi El Moctar Kounta  du Parena, il pose  problème. « Aucune proposition concrète. Les Assises nationales de la refondation auxquelles ils tiennent tant ne seront qu’un remake de toutes les concertations qui ont eu lieu et qui ont produit des conclusions pertinentes. On ne lui demande pas de régler tous les problèmes du Mali en six mois. Vouloir organiser des Assises de la refondation, ce n’est en réalité que pour acter qu’il faudra prolonger la transition. C’est le but recherché. », S’est-il exclamé.

 

Même son de cloche  au Rassemblement Pour le Mali (RPM).  L’ancien parti au pouvoir, ne  croit pas aussi à la mise en œuvre de ce PAG. D’autant qu’il n’y trouve pas  un chronogramme détaillé avec des dates claires et nettes pour l’organisation des différents scrutins.  Leurs dirigeants s’inquiètent  et trouvent que « Le discours était très flou. Certains éléments nous ont vraiment inquiétés. Toutes les actions qui sont programmées, ce sont des actions sur le long terme. Par exemple, quand il parle du retour des déplacés, ça ce n’est pas pour demain. Cela veut dire que derrière le programme présenté, il y a une volonté cachée de prolonger la transition. ». 

 

Mais Pourquoi ces anciens dirigeants du pays ont-ils si peur d’une rallonge de la durée de la Transition ? Ignorent-ils que la majorité de  leurs compatriotes ne peuvent pas, pour des raisons d’insécurité notamment en cette période d’hivernage, accéder  à leurs champs, paître leurs troupeaux,  aller à leur lieu de travail, etc ? Le fait de programmer  le retour des réfugiés, peut-il faire soupçonner un Gouvernement de vouloir  rallonger la durée de la Transition ? Quoi qu’il en soit, le RPM et ses alliés politiques, vent débout, assurent d’une même voix obsessionnelle  qu’ils seront en embuscade  pour s’opposer à toute éventuelle rallonge de la durée de la Transitiondirigée par Choguel Kokalla Maïga. Mais, s’il cela devenait  nécessaire,  auront-ils les moyens de s’y opposer ? Wait and see !

 

Falaye Keïta 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Toute prolongation serait périlleuse pour le Mali. Il faut passer aux élections, et rien vous dit que ce sont ces anciens “dignitaires” qui vont les remporter. Pousse-pousse s’arrête au mur.

  2. Dites plutôt l’anciens voleurs sont contre de prolongation de transition, Le Mali appartient au peuple malien n’appartient pas de parti politique .

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here