Coopération : L’axe Bamako-Moscou prend du volume

1

À la coopération militaire qui semble satisfaire les deux parties, le Mali et la Russie entendent ajouter le développement des échanges commerciaux. L’entente cordiale entre Maliens et Russes confirme aussi la consolidation du processus de changement d’alliance et de stratégie dans la lutte contre le terrorisme au Sahel

«Merci d’avoir consacré du temps à nous écouter», lance Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, alors que le déjeuner de travail offert par son homologue russe des Affaires étrangères tire vers sa fin. «Nous ne comptons pas notre temps lorsqu’il s’agit d’échanger avec vous», répond Sergueï Lavrov.

Cet échange aux accents diplomatiques en dit long sur la volonté des Maliens et des Russes de donner une dimension plus importante à leurs relations bilatérales. L’hôte russe n’a en effet pas ménagé les prévenances pour afficher son intérêt pour la visite de la délégation malienne qu’il a reçue vendredi dernier à Moscou. 

Pendant presqu’une demie journée, Sergueï Lavrov et Abdoulaye Diop ont eu des échanges, d’abord en tête-à-tête, ensuite au cours d’une séance de travail élargie aux collaborateurs du chef de la diplomatie russe et aux autres ministres maliens présents à Moscou pour la circonstance. Un point de presse et un déjeuner ont clôturé les assauts d’amabilités, les marques de solidarité et les expressions de positions partagées sur bien des dossiers de la scène internationale.

Le ministre Diop a d’entrée de jeu fait comprendre que sa visite à Moscou était motivée par la recherche de solutions à des défis très pressants dans l’approvisionnement correct et durable de notre pays en biens de consommation comme les hydrocarbures, le blé, le ciment, les engrais. Le Mali a également besoin de l’expertise et la technologie russes dans la perspective de la relance des activités au niveau de la Régie du chemin de fer.

«Notre délégation a eu des rencontres avec des structures publiques et des compagnies privées russes concernées. Mais nous avons besoin de l’appui de l’état russe pour faire accélérer les accords en vue», a expliqué le chef de la diplomatie malienne, ajoutant que le souhait du Mali est d’élargir la coopération au commerce des biens de consommation.

En réponse à la préoccupation malienne, Sergueï Lavrov a assuré que la Russie est prête à continuer à apporter son appui au Mali dans le domaine militaire et aussi pour le développement des échanges commerciaux.

«Les dossiers seront examinés avec diligence et nous ferons connaître notre réponse favorable», a promis le chef de la diplomatie russe. Sergueï Lavrov a ajouté que la Russie est satisfaite des résultats obtenus sur le terrain par l’armée malienne grâce au matériel et à l’expertise militaire russes. «Nos échanges commerciaux ont connu une croissance de 20% mais le montant reste modeste. Il faudra l’améliorer. Nous encourageons les contacts en cours avec les entités russes», a souligné M. Lavrov.

SOUTIEN MUTUEL- Sergueï Lavrov a tenu aussi à exprimer la haute appréciation de son pays quant à la solidarité affichée par le Mali en faveur de la Russie dans le dossier de la crise ukrainienne. «Nous n’avons eu d’autre choix que d’intervenir pour assurer la sécurité des populations russophones et empêcher que l’Ukraine n’accueille des bases militaires aux portes de la Russie», a-t-il expliqué, ajoutant que son pays a besoin du soutien de ses amis pour faire face à l’hostilité des Occidentaux.

De son côté, Abdoulaye Diop a rappelé que le Mali apprécie hautement le soutien diplomatique de la Russie pour contrecarrer les actions visant à l’isoler sur la scène internationale. Aussi bien dans le cadre des divergences avec la Cedeao que sur le dossier de la brouille diplomatique avec la France, le Mali bénéficie du soutien indéfectible de la Russie. Les deux chefs de la diplomatie partagent l’avis que les sanctions ne permettent pas de trouver des solutions idoines aux crises. 

«Nous assistons à une maladie des sanctions à la grande déception de la Russie», a lancé le ministre russe. En écho, son homologue malien a répondu que son pays compte davantage sur les vertus du dialogue pour régler les différends. «Les sanctions contre le Mali avaient manifestement pour objectif de provoquer des soulèvements. Tel n’est pas le cas», a-t-il fait remarquer, soulignant qu’elles n’ont pas permis d’obtenir des avancées sur le dossier de la crise malienne.

Aux Nations unies, l’appui de la Russie a permis au Mali d’échapper aux actions hostiles de la France, s’est également réjoui Abdoulaye Diop en saluant la décision de Sergueï Lavrov de soutenir le Mali de la manière la plus ferme contre les actions hostiles de l’ancienne puissance coloniale au niveau du Conseil de sécurité.

L’entente cordiale entre Maliens et Russes est la manifestation d’un changement d’alliance et de stratégie dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. La mésentente entre le Mali et la France, principal partenaire depuis près d’une décennie, ouvre de bonnes perspectives pour les Russes de prendre pied au cœur du Sahel et de perturber la domination française. Visiblement, du côté de Moscou, on entend bien profiter de cette opportunité en surfant sur la réputation d’efficacité de la Russie en matière de stabilisation des pays en crise.

Cette nouvelle donne se manifeste par la montée du rejet de la présence militaire française dans les pays du Sahel et l’affaiblissement des structures organisationnelles à travers lesquelles la France exerce son influence. Le retrait du Mali du G5 Sahel est un coup dur à cet effet car l’ancienne puissance coloniale était le parrain de cette organisation sahélienne qui peine d’ailleurs à faire la preuve de son efficacité.

Ce nouveau développement éloignant davantage le Mali de son ancien partenaire stratégique n’est que la suite logique du départ de la force française Barkhane et de la force européenne Takuba du Mali et même de la fin de la mission de formation EUTM. Dans ce contexte, quid du mandat de la Minusma ? Il sera sans doute renouvelé en juin prochain. Même si la mission onusienne est loin de satisfaire notre pays aujourd’hui.

Le Mali joue donc à fond la carte de la coopération avec la Russie aussi bien dans le domaine militaire que dans le cadre du commerce des biens de consommation. Et la Russie semble bien décidée à poursuivre l’extension de sa sphère d’influence en proposant des solutions novatrices à même de satisfaire un pays à la recherche de voies de sortie d’une crise qui le mine depuis une décennie.

Envoyé spécial

B. TOURÉ

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Pourvu que cette visite ne soit pas comme celle d’IBK en 2018 en Chine, à son retour il a été promis aux maliens ciel et terre, mais enfin rien n’a été obtenu. En tout cas les maliens espèrent aujourd’hui sur cette visité même si tous les contenus n’ont pas encore été dévoilés, nous nous en tenons aux simples promesses. Nous souhaitons de tout cœur que cela soit une réalité.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here