Départ force de Cheick Modibo: Dioncounda Traoré aussi en position de faiblesse

12

En rappelant son pouvoir de nuisance, le chef de l’ex-junte, le capitaine Amadou Haya Sanogo, vient de nouveau saper du même coup les institutions maliennes.

 

“Le président Dioncounda Traoré est lui aussi en position de faiblesse face aux militaires. Le pouvoir de négociation du gouvernement se retrouve aujourd’hui considérablement affecté”, déplore Philippe Hugon, directeur de recherches à l’Iri. Une situation que regrettent aussi les Maliens, à l’intérieur du territoire ou réfugiés dans les pays voisins, qui voient les perspectives s’assombrir chaque jour davantage. Pis, certains Maliens soupçonnent désormais le président par intérim d’être de mèche avec les putschistes.

La démission forcée de M. Diarra a été vivement condamnée à l’international, notamment par le Conseil de sécurité des Nations unies, la France et les Etats-Unis. L’ONU a renouvelé ses menaces de “sanctions ciblées” contre les ex-putschistes. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est déclaré lui “troublé” par le coup de force au Mali, dont le Nord est aux mains d’islamistes armés, et a “appelé une nouvelle fois à la fin de l’ingérence des militaires dans la politique”.

Des voix se sont élevées également au Mali, où le Front uni pour la défense de la République et de la démocratie (FDR) a dénoncé une démission qui “rompt avec les règles du bon fonctionnement d’un Etat”. Le FDR est une coalition d’une quarantaine de partis opposés au coup d’Etat du 22 mars au Mali et favorables à une intervention militaire africaine dans le pays.

Ce nouveau coup de force des ex-putschistes est intervenu au lendemain de la décision de l’UE d’envoyer dans le pays 400 militaires début 2013 pour constituer l’armée malienne en vue de la reconquête du nord du pays, occupé depuis huit mois par des islamistes armés.

Abdoulaye Diakité

 

Commentaires via Facebook :

12 COMMENTAIRES

  1. Dioncounda ou pas, CMD, DJANGO, TINITA, SABATA. En tout cas, le MALI n’a pas 1 FCFA pour faire la guerre. Donc, le nouveau PM n’a pas 10 000 solutions: i)prélever 10 000 fcfa sur tous les salaires pendant un mois en faveur de l’effort de guerre, ce qui est peu probable ou ii) convaincre rapidement la communuaté internationale à voter la résolution qui va débloquer les 200 millions de dollars pour libérer le Nord. Sinon coups de marteau? Licenciement? En tout cas, le statu quo est inimaginable à long terme: poursuite des amputations, lapidations, enlèvements, arrêt de tout processus de développement, etc. Etc. Hors, c’est le statu quo que souhaite sûrement le CNDERRIERE (ne plus aller au front), et apparemment la communuauté internationale qui ne veut pas financer notre guerre parce que nous sommes insolvables et qu’il y a la crise fiancière chez eux, en même temps déclare qu’on ne peut pas négocier avec les terroristes/ pirates/ djihadistes. Autrement dit, les ”fous de dieu” abandonneront d’eux-mêmes le Nord Mali, la charia, les enlèvements, le terrorisme, se convertiront en nomades paisibles et iront béatement au paradis. C’est très joli tout ça, puisque la majorité des maliens aussi, à l’intérieur comme à l’extérieur, ne proteste guère, DE FACON COORDONNEE ET MASSIVE…

  2. Quand le nord sera liberer et que les nvlles elections sont organisées que deviendra t-il Sanogo et sa bande ? C’est là le vrai problème de la junte ( continuer d’exister à tout prix) qui continue d’ailleur de toucher la somme de 148 Millions par mois de la part du gouvernemnt.

    • L’objectif final c’est que SANOGO veut être PRESIDENT DU MALI, la Radio KAYIRA l’a martelé sur ses ondes l’autre jour et le weekend passé à Ségou lors du meeting au cours duquel Mariko a sérieusement insulté CMD.

  3. La parole de Philipe Hugon n’est ni l’Évangile, ni la Thora encore moins le Coran. Il s’assoit et répète ce que les gens qui financent son institut lui demandent de dire. Mr Diakité, tu es au Mali chez toi et tu dis “selon un tel” qui est à 10 mille lieues d’ici. Va te chercher un autre job.

  4. Quelqu’un peut-il me donner la différence entre le Ministère de la Défense et des Forces Armées et de Sécurité (MDFAS) et le Comité Mensonger de Suivi de la Refonte des Forces Armées et de Sécurité (CMSRFAS). Qui coiffe qui??? C’est la descente aux enfers!

    • Adama accepte que CMD est parti pour de bon. Oublies le et cherches Dieu. C’est lui qui pour contourner la réalité a créé ce comité que tu fustiges aujourd’hui. Il fallait comprendre très tôt la réalité incontournable des choses. Ne jouez pas à la victime.

    • Sanogo est au dessus de toute cette affaire et c’est la le problème… surtout qu’il a pris goût a arreter impunément les gens.

      Que sont devenus les maliens qui ont renversé le dictateur GMT. Le silence est le plus gand echec des forces dites démocratiques…

  5. CMD était un homme qui aimait le Mali et c’est ce que cachait ses ambitions personnelles pendant et au-delà de la transition. Le seul tord de CMD fut de couper les millions régulièrement versés à quelques kilomètres de Bamako depuis mars 2012. Voici les principales raisons du limogeage de CMD. N’en déplaise à ses détracteurs, CMD reste un technocrate et le seul (débutant) politique qui a réellement aimé et travaillé pour le Mali sans chercher à ménager ses détracteurs ennemis du Mali et de la République. Je parle ici de la mafia qui mis le Mali à genou y compris bon nombre d’acteurs actuels dont l’un (coq) est une façade à la tête d’un poulailler dont le maître réel demeure et reste le propriétaire du poulailler (ayant débarquer le rival de notre Monsieur), et les opportunistes/profiteurs paresseux de quelques kilomètres de la capitale, auxquels CMD avait couper les vivres pour mettre fin au fléau dévastateur de la république. Ces opportunistes ont pour slogan “l’opportunisme ou la mort nous vaincrons à quelques kilomètres de Bamako” mais “le patriotisme pour le Mali et la mort à plus tard car nous ne sacrifierons jamais une seule vie de nos soldats dans un pays où si tu meurs, tu meurs cadeau parce que chacun cherche sa poche”. Alors, Bye Bye ainsi “Opération MALIBA”. Que Dieu Tout-Puissant bénisse le Mali! Aux questions posées sur le nord, le propriétaire de notre poulailler s’en est plutôt pris à la population qui doit plutôt aider en donnant les renseignements, qui doit soutenir l’armée, et l’histoire nous le dira, qui doit aller libérer le nord (sous-entendu à la lumière des réponses). Aucune information concrète n’a été donnée sur les dispositions prises par l’armée! Wait and see!

    • Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Plus opportuniste que ce CMD tu meurs. Si Sanogo a laisse le pouvoir a Dioncounda, ce n’est pas pour voir un gibon bafouer ce pouvoir, sous pretexte qu’il est de “plein pouvoir”. Son p[lein pouvoir ne peut depasser les prerogatives du president de la republique.

  6. Bonjour,
    Pour être stable, un gouvernement d’union nationale nécessite un ÉQUILIBRE entre les différentes sensibilités en incluant toutes les forces vives de la nation sans oublier la société civile.

    L’INDISPENSABLE SOUTIEN de tous les Maliens dépendra de cet équilibre.

    Aidé par un Président conciliant et fédérateur, compte-tenu des enjeux, en homme de loi, aimant la justice et la médiation, le nouveau premier Ministre, Giango Cissoko, saura-t-il réaliser efficacement cette première vraie médiation publique, à travers la constitution du gouvernement d’union nationale, pour sortir, DURABLEMENT, le Mali de cette crise ?

    Espérons-le.

    Bon courage et bonne médiation pour une vraie union des Maliens.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC ET GOUVERNANCE
    E-mail: [email protected]

Comments are closed.