Des Cadres du PDES à la rencontre des militants de Baraoueli : Ratisser large avant la mise en place de la section

0

A la tête d’une forte délégation du bureau provisoire du parti pour le développement économique et la solidarité (PDES), le secrétaire national chargé des associations professionnelles et de la société civile du parti présidentiel, Djibril Tall, a mené une opération de charme politique en direction des populations de Baraouéli, le samedi 22 janvier 2011. Cette descente sur le terrain des responsables du PDES leur a permis de poser les bases de la prochaine mise en place de la section locale du parti qui se réclame héritier du président Amadou Toumani Touré.

Comportant le vice-président du parti et non moins maire de Ségou Ousmane Karamoko Simaga, du secrétaire chargé des droits de l’homme et de la citoyenneté, Oumar Hamidou Soumaré, du député élu à Ségou Arsiké Touré et d’autres cadres du parti, la délégation, conduite par Djibril Tall, devrait avoir à sa tête le 2ème vice-président N’Diaye Bah. Celui-ci n’a pas pu faire le déplacement pour cause de sommet de l’UEMOA.

C’est un accueil enthousiaste que les populations de Baraouéli ont réservé à la délégation à la place publique près du marché de la localité. Femmes, jeunes et personnes âgées sautaient de joie sur le rythme endiablé de divers instruments du riche terroir de Baraoueli.

Dans son intervention, le Secrétaire national du PDES chargé des associations professionnelles et de la société civile, Djibril Tall a remercié vivement les militants et sympathisants du parti présidentiel pour leur mobilisation. Il a transmis à l’assistance la reconnaissance du président de la République pour avoir voté massivement le candidat ATT lors des élections présidentielles de 2002 et de 2007.

Djibril Tall a rappelé que le Chef de l’Etat est plus que soucieux du bien-être des populations de Baraoueli. C’est pourquoi, a-t-il ajouté, il ne ménagera aucun effort pour édifier plusieurs infrastructures dans le Cercle de Baraoueli en particulier et dans la région de Ségou en général. Il a cité quelques exemples d’infrastructures de développement dont le projet de construction de l’autoroute Bamako-Ségou en faveur des populations de la région.

Et M. Tall d’expliquer que c’est dans le but de poursuivre et de pérenniser ces actions de développement que le PDES est créé.

Il a expliqué "le souci constant pour ATT dont le parti se veut l’hériter d’assurer un mieux-être à tous les Maliens où qu’ils se trouvent et en particulier les populations de Baraouéli et de ses environs". Le PDES, a assuré Djibril Tall, est un grand parti qui veut faire du Mali un pays où il fait bon vivre pour tous ses fils et toutes ses filles. Il a alors invité les populations à adhérer au PDES dont la section locale et la coordination régionale de Ségou seront installées très prochainement.

Le chef de la délégation du PDES à Baraoueli n’a pas manqué d’expliquer en détails les objectifs et la vision (contenus dans les statuts et règlement intérieur) du parti que dirige le ministre Ahmed Diané Séméga aux populations. Aux délégués des différentes communes du cercle, M. Tall a demandé de parler du parti dans les villages et hameaux de la contrée.

Pour le 16ème vice-président, le maire de Ségou Ousmane Karamoko Simaga et l’honorable Arsiké Touré, membre du bureau national du parti (dont on dit beaucoup de biens dans la localité), "le PDES est un nouveau parti qui a des personnes ressources de taille. Il est dans l’ordre normal des choses de venir voir les militants à la base pour leur expliquer notre volonté de voir les actions du président Amadou Toumani Touré continuelles. Une maison peut être belle ; mais si la fondation n’est pas solide, elle peut s’écrouler. Nous sommes venus renforcer la fondation du PDES, renforcer les acquis d’ATT dans les consciences des populations".

D’autres intervenants dont le point focal du PDES à Baraoueli, la présidente du groupement des femmes de la localité, le représentant des jeunes du parti ont témoigné leur détermination à travailler pour promouvoir le PDES dans le cercle de Baraoueli.            

Bruno D SEGBEDJI

Envoyé spécial      

Commentaires via Facebook :