Dossier de l’avion présidentiel et des équipements militaires : Quand le silence d’IBK devient de plus en plus assourdissant

14
Résolution de la crise du septentrion : Ladji Bourama perd les pédales ?
Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta

En ne prenant pas sa responsabilité pour s’adresser à la nation dans ce qui apparaît désormais comme le plus grand scandale de l’histoire du Mali, le plus que sulfureux dossier de l’achat de l’avion présidentiel et du contrat des équipements militaires, le président de la République laisse libre cours à toutes les supputations des plus accusatoires les unes que les autres.

 

Qui ne dit mot consent “. La maxime est bien connue. Selon toute vraisemblance et à en croire les témoignages de ceux qui l’ont côtoyé de près depuis longtemps, le président de la République ne saurait orchestrer toutes les malversations qui entourent l’achat de l’avion présidentiel et les contrats d’équipements militaires qui défraient la chronique depuis plusieurs mois. Il semble donc qu’il ait fait aveuglement confiance à certains de ses collaborateurs et membres du gouvernement pour “gérer” ces dossiers pour “ l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens “. Même si l’ancien ministre de la Défense, Soumeylou Boubèye Maïga, assure que «le chef de l’Etat a donné son accord à toutes les étapes du processus» d’acquisition de l’avion et des matériels de guerre, on peut supposer qu’IBK ait simplement manqué de contrôler la transparence de tous les actes posés dans ces transactions. C’est à ce niveau que les puristes du Droit diront volontiers que le chef de l’Etat a commis une culpa in vigilando. Un manque de vigilance d’IBK censé savoir plus que tout le monde que ces contrats engageaient de façon significative les finances d’un Mali largement sous perfusion internationale. Et puisque gouverner c’est prévoir, le premier magistrat du pays doit savoir, lui, qui bat le record de longévité primatoriale au Mali (six ans d’affilé) que des marchés publics de telle envergure aiguisent toujours l’appétit vorace de ministres et autres hauts cadres de l’administration.

Hémorragie financière sans précédent

Or il est établi depuis des semaines que ce sont ces personnalités et leurs intermédiaires, choisis de façon non-désintéressée qui se sont, visiblement, rempli les poches sur le dos du peuple malien, meurtri par la plus grave crise de son histoire. Les rapports d’audits du Bureau du Vérificateur général et de la Section des comptes de la Cour suprême le démontrent à suffisance. Ainsi la société-écran créée, les expertises fournies et les autres interventions pour l’immatriculation de l’avion, sa licence, sa fréquence, etc ont provoqué une importante hémorragie financière à nulle autre pareille.

En outre, l’aéronef fait lui-même l’objet d’une abondante littérature. Même si l’opportunité de son acquisition a été largement contestée du fait de la disponibilité de l’avion présidentiel utilisé par le président ATT, sa valeur réelle est encore ignorée par tous. De 17 milliards F CFA pour le chef de l’Etat, ce Boeing aurait coûté 20 milliards à en croire le Premier ministre. Alors que le ministre des Finances parle de 21 milliards, l’ex-ministre de la Défense assure que l’aéronef a coûté moins de 7,5 milliards de nos francs. D’où la confusion totale dans les esprits des Maliens concernant le coût réel de cet avion.

 

«Catastrophe nationale»

Seule une intervention spéciale comme message à la nation doit éclairer la lanterne des Maliens sur ce que l’opposition URD appelle déjà “une catastrophe nationale”. Cette rupture du silence de plus en plus assourdissant du chef de l’Etat aura trois vertus essentielles. Elle permettra d’abord de dire à haute et intelligible voix tout ce qui s’est tramé sur le dos du peuple malien, sur ses finances publiques, depuis que la décision a été prise d’acheter cet désormais célèbre avion et les équipements militaires.

Cette adresse sera l’occasion pour lui de situer de faire son mea culpa quant à son manque de vigilance en laissant ce dossier dans les mains de responsables peu soucieux du respect du brave peuple du Mali et de ses maigres ressources financières. Ce sera le moment de s’expliquer sur les non-dits du dossier en précisant jusqu’à quel niveau lui-même s’est impliqué dans ces marchés. En outre, en tant que président du Conseil supérieur de la magistrature, premier magistrat de la République, le message d’IBK donnera un coup d’accélérateur à la procédure judiciaire en cours pour que des sanctions exemplaires soient prises à l’encontre de tous ceux qui seront confondus de malversations.

 

Magouilles malodorantes

Au plan politique, il faut aussi préciser que l’intervention du président de la République sur ce sulfureux dossier est réclamée à cor et à cri par les partis aussi bien de l’opposition que de la majorité. Même au sein du RPM, des cadres ne cachent plus leur souhait de voir le chef de l’Etat sortir de sa réserve pour ne serait-ce qu’édifier les militants et les sympathisant sur sa non implication personnelle dans ces magouilles malodorantes. Faut-il rappeler que dans une récente déclaration rendue publique la Coordination de la majorité présidentielle exigeait des sanctions à l’encontre de tous ceux qui seront reconnus coupables de ces malversations ? Au même moment, l’URD de Soumaïla Cissé tient personnellement IBK pour “principal responsable de cette catastrophe nationale” et Tiébilé Dramé du PARENA demande que le chef de l’Etat veuille bien dire quelque chose au peuple malien dans ce “scandale des scandales “.

Pour toutes ces raisons, il urge qu’IBK s’adresse à son peuple en cette année 2014 décrétée celle de la lutte contre la corruption. Histoire de prouver qu’il respecte son peuple et reste à son écoute.

                                     

    Bruno D SEGBEDJI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

14 COMMENTAIRES

  1. Comme quoi, bien qu’il ne soit pas très rapide en terme de réflexion, notre mégalo-voleur a au moins fini par retenir une leçon de base, à savoir:

    Quand tu te fais prendre SUR LE FAIT et que tu ne peux pas nier, le mieux, c’est encore de fermer ta G…! 😆 😆 😆 😆

    La dernière fois, il n’avait toujours pas compris cette règle; Quand il s’est fait stupidement surprendre à paris en compagnie d’un voyou international et que le journal Le Monde l’a relaté dans un article, il a bombé fièrement le torse, dressé son index menaçant, et clâmé haut et fort QU’IL ATTAQUAIT LE MONDE EN DIFFAMATION!!! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Un mois plus tard, il s’est retrouvé bien forcé de dire, la queue basse, “qu’il abandonnait finalement ses poursuites” :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Cette fois-ci, il n’ose plus s’exposer à un tel ridicule dans la mesure où comme pour Tomi il ne peut RIEN nier, donc……IL LA FERME!

    C’est dejà un progrès! :mrgreen:

  2. “Quand le silence d’IBK devient de plus en plus assourdissant”

    Pas facile de parler, communiquer, dresser l’index, déclarer etc. quand on s’est fait prendre comme un con LA MAIN DANS LE SAC, et donc… QU’ON A PLUS RIEN DIRE! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    Celui “qu’on ne trimballe pas” s’est fait déculotter par la nation d’abord et par le FMI ensuite, qui lui, lui a collé une magistrale fessée pour avoir volé de façon aussi honteuse! 😳 😳 😳 😳

    Le pire, c’est que Camara de funès, lui-même dans les souçis jusqu’au cou, ne peut même pas pondre un communiqué débile comme il faisait au temps où il s’occupait de la com’!… 😥 😥 😥

    Un adage populaire dit: “Qui ne dit mot CONSENT!” Or, depuis le 1er jour de cette avalanche de montants détournés, de fraudes dévoilées, de complices identifiés, Ibk jusqu’ici en prend plein la g…. mais NE DIT MOT!

    Et pourtant, lui, on ne le trimballe pas d’habitude, hein! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  3. I.B.k a bien du mepris pour son peuple. Rappel: quand il a meprise toute une population de basse dans les annees 90 en disanr que seuls les enfants pauvres ne vont pas avoir d’education adequate et de qualites que sinon les enfants comme les tiens il les envoie juste a l’exterieur pour faire leurs etudes. Certes il y a une part de verite dans ces ditons mais la facon dont il a meprise le peuple malien, son peuple me degoute.
    Quand aux scandals de son oiseau et ses armements de l’armee avec des surfacturations a outrance, il sait tres que ces proteges et lui en premeir qui en beneficie. Donc il va sortir pour dire quoi au peuple, il est mieux de rester dans sa taniere de loup ou de serpent sinon le peuple est aux aguets.

  4. DIRE QUOI A’ LA NATION?
    JE SUIS LE VOLEUR EN CHEF ET JE DEMANDE PARDON AUPRES DE VOUS?
    IL FAUT COMPRENDRE CE QU’UNE FAUSSE FIERTE’ ET UNE ARROGANCE DEMESURE’E PEUVENT FAIRE A’ UNE PERSONNE POUR COMPRENDRE LE SILENCE PRESIDENTIEL! POUR IBK, LE MALI EST SA PROPRIETE’ PRIVE’E! IL EN FAIT CE QU’IL VEUT ET IL N’A DE COMPTE A’ RENDRE A’ PERSONNE! MAIS IL SE TROMPE LOURDEMENT!!!!!

  5. ibk est un voleur,tout ces surfacturation sont faite avec sont plein accord, donc ne chercher pas d’autre persone

  6. Que voulez-vous que le président fasse dans un dossier scandaleux qui lui perce de plein fouet? Son régime serait au cœur de cette sale affaire donc point besoin de chercher un bouc émissaire.
    Quand on remonte un peu le fil de l’histoire, le président IBK aurait dû se tirer une balle dans la tête pour faire honneur à ses progénitures.

    IBK aurait personnellement pillé les deniers publics dans ce macabre de détournement soit ses subordonnés auraient pillé pour son seul et unique compte ce qui aboutirait au même résultat. Il n’y aura aucune sanction à hauteur de souhait dans cette affaire.

  7. IBK est un voleur et il l’initiateur de toute la chaîne de surfacturation. Il ne s’agit pas seulement des équipements dernièrement mais depuis qu’il est premier Ministre son nom était sur la liste de 21 Milliadaires

  8. “Il semble donc qu’il ait fait aveuglement confiance à certains de ses collaborateurs et membres du gouvernement pour « gérer » ces dossiers pour « l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens «”

    “Je ne connais pas ce homme…” avait jure un homme en pointant sont doigt au ciel comme pour le prendre en temoin.
    “Tomi Michel est mon ami, un frere(dans l’Omerta?)” chantait la meme personne quelques temps apres.
    Qui croire, Mr SEGBEDJI?
    Si tu n’as pas de reponse, alors ne nous prends pas pour des cons et garde tes idioties pour toi meme.

  9. Il n’a rien a dire ou il ne peux rien dire car il a tout dit au maroc et ailleurs a propos de ces deux affaires. A moins qu’il ne soit comme son PM “C’est regretable, nous allons tirer les conséquences”
    On le connait c’est le spécialiste des mensonges ”’IN CHALLA”’

  10. la plus grande réussite des ennemies a été de corrompre les africains eux même la corruption arrange les ennemies de l’Afrique comme sa ils pilleront nos ressources tranquillement au moment ou nous nous serions préoccupe a éradiquer la corruption

  11. Plus pressé que la musique on danse mal ; serte IBK parlera au moment venu soyez patient . Et il sera à la hauteur de nos ententes inchala

  12. je viens de lire le rapport du vérificateur général, non, les maliens ne sont pas dans un état.
    autres choses, les cadres maliens n’ont aucune rigueur.
    impossible d’imaginer les pratiques décrites dans ce rapport.
    hier, c’est la rébellion, demain, ce sera à coup sûr le peuple.
    avec un tel état, tout est possible sauf l’assurance des lendemains meilleurs. ce sont les hommes de la démocratie; avec tout ça, on continue à chanter la révolution de 1991.
    je sais que le mali est corrompu, mais à ce niveau, je suis de m’imaginer.
    ça donne de vomir.

    • Vraiment degueulasse.Degoutant.HORRRRRRRRRRRRRRIIIIIIIIIIIBBBBBBBLLLEE
      ‘HORRIBLEMENT HORRIBLE’.

  13. Mai’s c’est lui meme qui est l’instigateur. C’est lui qui a authorise Sont frere Tomi a piller les resources de l’Etat Malien. Toi journalist tu nous prend pour qui? Ce Prisident n’aime pas le Mali. Il Vera bientot les consequences de sa trahison. Merci

Comments are closed.