Election: de l’attention à la dérive

2

Loin de nous, toute vanité ou ingratitude de parler d’ingérence dans les affaires intérieures du pays de la Mission multidimensionnelle intégrée pour la stabilisation du Mali (MINUSMA). Parce que quand l’ambassadeur français aux Nations Unies ralliait le monde entier à la cause du Mali, très peu de critiques acerbes étaient audibles.

Mais l’exercice du mandat évolutif de la Mission onusienne n’est pas sans soulever des interrogations. Quelques faits justifient cette réserve. Parmi ceux-ci, l’onction donnée par elle, à travers la signature d’un document devant servir de projet de Loi électorale, à l’issue d’un atelier de validation.

Pourtant, dans la résolution 2364 (2017), la priorité stratégique de la Mission demeure l’appui à la mise en œuvre par le Gouvernement, les groupes armés des coalitions Plateforme et Coordination, ainsi que par d’autres parties prenantes maliennes, de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Et ce, en particulier dans ses dimensions politiques et ses aspects liés à la sécurité, notamment le rétablissement et l’extension progressifs de l’autorité de l’État.

Sans l’accuser d’outrepasser son mandat qui inclut effectivement l’appui au processus électoral, il faudrait tout de même reconnaître qu’il y a là un excès d’attention à l’égard du Mali, si ce n’est du zèle. Il y a fort à parier que c’est dans cette brèche que tente de s’engouffrer vaille que vaille le Chef de file de l’Opposition, Soumi champion, lorsqu’il déclare à l’issue de la rencontre avec le Secrétaire général des Nations-Unies, António GUTERRES : « nous avons insisté sur la certification des résultats. Il nous paraît important pour notre pays d’éviter toute crise post-électorale. Et pour éviter une crise post-électorale, il faut s’assurer que les résultats sont sincères, le scrutin est crédible et transparent. C’est pour ça que nous avons souhaité que les Nation-Unies se penchent sur notre cas ; de pouvoir certifier les résultats et que les résultats obtenus soient des résultats partagés par tout le monde et que tout le monde puisse les accepter ». C’est la dérive totale.
La preuve que Soumi champion a opté pour un passage en force d’une telle bouffonnerie politique aux relents de félonie est qu’il affirme quand même : « je pense qu’ils nous ont écouté. Ils vont regarder ce qu’ils pourront faire, mais nous restons à l’écoute et nous sommes particulièrement inquiets ».

Or, le Secrétaire général de l’ONU, António GUTERRES, au cours de la conférence de presse, à l’issue de sa visite de 48 h dans notre pays (29-30 mai 2018), n’est pas passé par quatre chemins : « les Nations Unies ne sont pas un arbitre. Le Mali est un pays souverain. Les Nations Unies sont et seront un ami fidèle du Mali, nous sommes à la disposition du Gouvernement et de l’Opposition pour appuyer la réalisation des élections, pour qu’il y ait des élections exemplaires ».

Si cette sèche mise au point devait pouvoir tempérer les prétentions d’un Soumi champion aux abois, il n’en demeure pas moins que des brèches sont ouvertes dans les domaines des droits de l’homme, de l’assistance humanitaire, qu’il faudrait songer à colmater. Parce qu’il est évident que l’attention poussée de la Mission onusienne pour la stabilisation du Mali semble servir de passe-droit à certains politiques qui entendent en faire un raccourci pour accéder au pouvoir.

Enfin, ceux qui ne jurent que par une certification des résultats par l’ONU devraient se réveiller : l’ensemble des institutions du Mali est sur pied et fonctionne normalement. De surcroît, si le Mali a pu organiser des élections, en 2013, sous une Transition, ce n’est pas en 2018 qu’elle ne le pourrait pas. Et surtout, il est important de bien garder à l’esprit que la situation au Mali n’est pas aussi désespérée pour que l’ONU élise un Président de la République au nom du peuple souverain du Mali.

Par Bertin DAKOUO

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Une transition écarte tous ceux qui sont aux affaires. En 2013, il n’y avait pas de souci, mais en 2018 OUI! IBK est dans la course, il détient tous les moyens de l’Etat. Alors un sujet d’inquiétude , la certification des Nations Unies allait meme tout le monde a l’abri. Mais si jamais IBK et son clan fraudaient l’élection présidentielle , lui ira en exile forçait comme ATT.

  2. Certifier veut dire «que l’ONU elise un président de la république au nom du peuple souverain du MALI »
    Vraiment!
    La demande de la certification est la conséquence du manque de confiance que l’opposition a envers le régime d’Ibk.
    L’ élection organisée par son régime a vu son administration annulée ses victoires pour les donner au parti au pouvoir ou ses alliés.
    LES FAITS SONT INCONTESTABLEMENT VÉRIFIÉS ET VÉRIFIABLES,L’ADMINISTRATION MALIENNE EST SOUMISE AUX DESIDERATA DU POUVOIR EN PLACE.
    Il a comme crédo :ON ORGANISE PAS UNE ÉLECTION POUR LA PERDRE.
    La crise post électorale est souhaitée par le pouvoir pour faciliter la confiscation du pouvoir.
    C’est la stratégie de tous les dinosaures du continent.
    IBK est sur le chemin de OUMAR BONGO et de EYADEMA ses idoles.
    C’est l’opposition qui se bat pour ÉVITER la crise post électorale en exigeant la certification de l’ ONU.
    Est on sûr qu’ ALASSANE DRAMANE OUATARA serait président aujourd’hui,si l’ONU n’avait pas certifié les résultats?
    Certifier veut dire permettre le RESPECT du choix du peuple.
    Certifier ne veut pas dire s’ingérer dans les affaires du Mali,si l’ONU est déjà là pour assurer la sécurité des maliens.
    Elle fait maintenant partie de notre quotidien permettant qu’ elle soit un des nôtres.
    Le refus de l’ONU est la conséquence du calcul géopolitique comme son acceptation l’était en côte d’Ivoire .
    On peut imaginer qu’ en acceptant la certification en côte d’Ivoire les grandes puissances occidentales ont signifié qu’elles ne veulent plus Gbagbo au sommet de L’ÉTAT ivoirien.
    Le refus au MALI signifie que,pour le moment,IBK est L’HOMME des occidentaux.
    Pour le moment!car les États-Unis commencent à s’intéresser au cas du Mali permettant à l’opposition MALIENNE d’espérer .
    LE REFUS DE LA CERTIFICATION EST INDÉNIABLEMENT UN AVEU DU POUVOIR.
    Aveu qu’ il ne peut pas gagner dans la transparence des élections.
    Aveu qu’ IBK est réellement impopulaire au MALI.
    Aveu que les tenants du pouvoir ne servent pas le MALI,mais leurs intérêts personnels .
    IBK doit dégager pour la stabilité du MALI.
    Sa réélection est le début d’une nouvelle aventure d’insécurité au MALI comme l’Irak l’a connu avec le premier ministre MALIKI imposé par les américains permettant le renforcement du JIHADISME par les partisans de Saddam Hussein facilitant la naissance de L’ ÉTAT ISLAMIQUE.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here