Elections législatives 2020 : Des enjeux insoupçonnés mais de taille

2

Les prochains députés auront non seulement la lourde mission de traduire en textes de lois les nombreuses résolutions et recommandations du dernier dialogue national inclusif, mais ils auront la chance de survivre au départ d’IBK en 2023…

maliweb.net Seront-ils aussi faiseurs de roi ou influents acteurs du choix du successeur d’IBK au palais de Koulouba en 2023 ? Certainement ! Les députés de la prochaine législature seront déterminants dans leurs rôles de véritables objecteurs de conscience dans le processus de réforme de l’Etat malien.

Si la législature actuelle, la cinquième de l’ère démocratique a pu bénéficier de longs… arrêts de jeu (deux prolongations de six mois chacune), alors même que ses députés étaient plus que médiocres dans leurs fonctions, le prochain mandat parlementaire se doit être plus performant. Plus convaincant en termes d’audace, de courage et de patriotisme pour poser les jalons de la refondation de l’Etat.

En effet, la législature actuelle a fait regretter les belles interventions et prises de positions en séance plénière des députés comme Me Mountaga Tall, Me Kassoum Tapo, El Hadj Baba Haïdara dit Saandy, Konimba Sidibé et autres, d’un certain niveau intellectuel des législatures antérieures. L’on a dû se contenter de quelques fades éclairages de Me Zoumana N’Tji Doumbia, d’Oumar Mariko, de Mamadou Diarrassouba,  de Seydou Diawara, de Mody N’Diaye, d’Abdine Koumaré, dont le niveau était plus modeste.

On comprend donc que le peuple malien a vivement soif de retrouver à l’Hémicycle des représentants aguerris, dotés d’un certain bagage, capables de comprendre tout l’enjeu des textes de lois en discussion et des mesures interpellatives du gouvernement pour renforcer le débat démocratique dans le pays.

Les prochains représentants du peuple, élus pour un mandat de 5 ans, seront en fonction au-delà de 2023, année de la présidentielle qui verra le départ d’IBK du pouvoir. Cette présidentielle sera déterminante pour le pays en ce sens que ce sera l’occasion de réaliser un nouveau changement, une sorte de rupture dans le système de gouvernance du pays. Et, selon bien d’analystes et observateurs avertis, ce sera le tour d’une nouvelle génération d’acteurs politiques d’émerger au Mali.

Les députés, qui seront bientôt élus ou leurs alliances politiques éventuelles devraient être décisives dans cette élection présidentielle. L’on peut se demander si le leadership actuel du RPM va résister aux assauts des autres forces politiques pour compter en 2023. Rien n’est moins sûr. Surtout qu’il est fort probable que le parti présidentiel risque, lors des prochaines législatives, de perdre des plumes suite à la gestion largement insatisfaisante du pouvoir par leur mentor fondateur, IBK.

En outre, compte tenu de l’importance des chantiers de réformes à amorcer avec, du reste, la célérité requise, il est souhaitable que l’Assemblée Nationale s’honore de la présence dans ses rangs d’élus compétents et engagés pour la cause nationale. Il serait regrettable que ces élections fassent émerger à Bagadadji des élus plus intéressés par leurs indemnités que par autre chose.

Malgré ces enjeux, l’on n’observe pas pour le moment, aucun engouement particulier pour la tenue annoncée de ces élections législatives. Les difficultés financières des états-majors politiques, dont ceux de l’opposition, sont passées par là. Sans oublier que le contexte sécuritaire sera un handicap de taille à des élections paisibles. Gageons tout de même que les enjeux seront rapidement mesurés à leurs justes valeurs et le réveil sera au rendez-vous pour des élections législatives libres, transparentes et démocratiques.

Boubou SIDIBE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. “… le peuple malien a vivement soif de retrouver à l’Hémicycle des représentants aguerris, dotés d’un certain bagage, capables de comprendre tout l’enjeu des textes de lois en discussion et des mesures interpellatives du gouvernement pour renforcer le débat démocratique dans le pays… ” … ///…

    :
    Vivement que ça se passe sans
    discrimination liée aux Patronymes et aux origines
    sociales des Camarades qui aspirent à
    des Fonctions de Représentants de notre Peuple à l’Assemblée Nationale… !

    Le Peuple Malien a surtout envie de davantage de Justice Sociale dans leur Représentation à l’Assemblée Nationale.
    Et moins de Représentants corrompus qui se fichent de Justice Sociale
    et qui vont là où va
    l’Argent qui
    va au Pouvoir… !

    Or au Mali, pour tout ce qui est Poste important, il y a discrimination.
    Pour tout ce qui est poste électif, il y a discrimination.

    Ces discriminations favorisent tout le temps les même Familles aristocratiques au Mali.

    C’est toujours des Personnalités issues des familles aristocratiques qui
    sont choisies arbitrairement pour être en position éligible sur
    les listes électorales ou pour les Postes nominatifs.
    Cela doit changer… !
    L’un des pires Cercles du Mali où, il y a tant de discriminations liées aux origines sociales des Personnalités, c’est le
    Cercle de Bafoulabé.
    Je n’oublie pas les Cercles de Yélimané et de Diéma.
    C’est les Endroits où les Droits humains sont les plus bafoués au Mali.
    Même les Partis Politiques s’en accommodent…,
    surtout les Partis politiques. Peu importe
    qu’ils soient de ” GAUCHE ” ou de ” DROITE ” .
    Cela doit changer.

    Non au communautarisme.
    Non à l’ethnocentrisme.
    Non aux discriminations.

    Non à l’esclavage par ascendance…
    Non à l’esclavage sous toutes ses formes.

    Non au sectarisme.
    Non au racisme.
    Non à l’ostracisme.

    Non au séparatisme.

    Vivement le Mali pour nous tous.

  2. JE REPETE …A L ATTENTION DE EL HAJJ …EL Hajj Niyefôkoyésegou …QUI NOTONS LE …LA RAMENE TOUJOURS …
    ET QUI TOUT NATURELLEMENT ME VERRRAIT BIEN EN PRISON …
    EL HAJJ …EL Hajj Niyefôkoyésegou 9 Jan 2020 at 10:16
    Sauf que normalement Coco doit faire la prison……………..

    EH BIEN NON ….COCO N IRA PAS EN PRISON COUILLON BETE !
    NON …NON ….NON !
    MAIS CERTAINEMENT QUE QUELQUES UN DE CEUX QUE TU CONSIDERE “”TES GUIDES”” ..
    EUX …Y FINIRONT !
    REGARDES BIEN DU COTE DE CHEZ “”VOTRE AVOCAT”” BASSALIFOU SYLLA …
    REGARDES BIEN DU COTE DU VERIFICATEUR GENERAL SIDI SOSSO DIARRA …
    REGARDES BIEN DU COTE …….
    ET COCO RIGOLE MAINTENANT ….PARCE QU APRES BAMAKO ….AVEC AU NIVEAU DE LA COUR D APPEL NOTAMMENT LE PIEGE DE LA LOI PRIVILEGE DONT ONT USE TA COPINE BA AWA TOUMAGNON DIRECTRICE DU CONTENTIEUX DE L ETAT , ET LE PRESIDENT ISSOUFI TOURE …VOILA QUE A ABIDJAN LE PIEGE DE BAMAKO A CONTINUE PENDANT SEPT ANS OU NOS AVOCATS SE SONT VU “”REFUSER L ENTREE “” A LA CCJA ….
    CE QUI VAUT D AILLEURS ACTUELLEMENT A L EX PRESIDENT DE LA CCJA ….DE SE RETROUVER DEVANT UN JUGE SUR PLAINTE DE LA MEME CCJA ….
    DEVINES QUI A PAYE POUR QUE NOS AVOCATS NE PUISSENT PAS PRENDRE LA PAROLE PENDANT SEPT ANS A LA CCJA , COUILLON BETE ?
    DEVINE POURQUOI LES AVOCATS DE BHM SA ( BMS SA ) N ONT RIEN DIT , APRES SEPT ANS DE SILENCE DES NOTRES …QUAND , OFFFICIELLEMENT LE DOSSIER A ETE REOUVERT ?
    DEVINES , COUILLON BETE ?
    DEVINES DONC SI TU ES AUTRE CHOSE QUE COUILLON BETE ! ! ! ! !

    NB ….AS TU UNE IDEE DE CE QUI VA SE PASSER LE 22 JANVIER A 9 H DU MATIN …A LA BMS SA A ABIDJAN ?
    AS TU UNE IDEE DE CE QUI SE PASSERA A ABIDJAN CETTE SEMAINE ?
    DEVINES , COUILLON BETE ?
    DEVINES DONC SI TU ES AUTRE CHOSE QUE COUILLON BETE ! ! ! ! !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here