Intervention de Me Mamadou Ismaila KONATE à la cérémonie de passation ce jeudi 30 Novembre 2017

7
Mamadou Ismaila KONATE
Mamadou Ismaila KONATE

Mot de départ du Ministre de la Justice Mamadou Ismaila KONATE

Monsieur le Ministre,

Monsieur le Secrétaire General,

Monsieur le Chef de cabinet,

Messieurs les Directeurs de services centraux,

Madame la Directrice de la CPS,

Monsieur l’Inspecteur en chef de l’inspection des services judiciaires,

Madame et Messieurs les Conseillers techniques,

Madame et Messieurs les chargés de mission,

Mesdames et Messieurs les cadres et agents du Ministère de la Justice,

Mesdames et Messieurs,

En votre nom et en mon nom personnel, je voudrais souhaiter la bienvenue au nouveau ministre désormais en charge de la justice dans notre pays.

Monsieur le Garde des Sceaux, recevez plus personnellement mes vives et chaleureuses félicitations pour la confiance placée en vous. Cette confiance est à mon sens, méritée eu égard à vos qualités de magistrat, vos qualités d’homme, d’homme de droit et permettez-moi de le dire d’homme droit.

Monsieur le Ministre, j’ai eu plaisir à servir la justice avec les hommes et les femmes en service au sein de ce département.

C’est le moment de les saluer. De saluer leurs mérites individuels et collectifs. De saluer leur courage. De reconnaître leurs mérites et leurs talents.

Suivant une tradition bien de chez nous, qu’ils reçoivent mon profond regret de les quitter en si bon chemin. Les relations humaines et même professionnelles sont appréciées entre les défaillances et les excès des hommes et femmes qui se rencontrent, se côtoient, s’apprécient plus, peu ou moins. J’ai dû avoir un comportement et/ou une attitude défaillants ou excessifs à leur égard et qu’ils veuillent bien accepter mes excuses.

Sous tous les cieux, le principal trait de caractère d’un ministre de la justice est l’impopularité et vous comprendrez tous pourquoi.

Monsieur le Ministre de la justice, la justice reste un sujet majeur dans notre pays. La justice peine à se faite accepter par la qualité de ces décisions. La justice souffre des influences et surtout des influences négatives, qu’elles soient d’origine politique, sociale. D’autres types d’influence ont été jadis cités par un garde des sceaux que je salue au passage. En justice, le comportement des acteurs est essentiel et ultime.

Malgré tout, la justice même insuffisante ne doit nullement être absente dans la gestion de nos terroirs, de nos communautés, des affaires de la cité. La justice est et demeure la première réponse à la situation de crise que traverse douloureusement notre pays et qui la menace jusque dans son socle social.

La justice est un rempart absolu contre les violations, contre les excès et elle est le remède des contradictions. La justice est l’obstacle face au politique. La justice est le rempart puisqu’elle limite le politique dans son dessein d’abuser du pouvoir et contre les excès des gens de pouvoir. Elle est le bouclier qui doit protéger les faibles. Elle est l’épée qui doit frapper les puissants lorsque ceux-ci dévient du droit chemin au mépris du bien commun.

Monsieur le Ministre, le réveil du juge est nécessaire dans un tel contexte. Pour peu qu’il veuille prendre conscience de sa mission et de ses prérogatives et reprendre du service, il observera la loi dans la cité et appliquera le droit aux gens de la cité. Il sévira contre les violations et rétablira l’équilibre social. Il limitera le pouvoir et ramènera le politique au service de l’intérêt général. Il jugera les faits au regard du droit et non de l’individu.

Aucune société ne peut se contenter d’apparences et de subterfuges. Il est impossible de substituer la vérité au mensonge, de confondre l’intérêt général à un intérêt particulier.
Aucune société ne peut vivre et se développer sereinement sans justice. Aucune société ne peut connaître paix, concorde et harmonie, sans justice.

La justice est pour tous et tous pour la justice.

Monsieur le Ministre, je n’ai pas le moindre doute que vous entendez bien ce message pour l’avoir compris jadis.

Monsieur le Ministre, je n’ai pas le moindre doute que vous agirez pour faire entendre aux juges à même de le comprendre encore qu’ils sont les plus utiles et les plus essentiels pour l’équilibre social. Que leurs absences et leurs défaillances donnent l’occasion à d’autres de se prendre pour ce qu’ils ne sont pas.

La mosquée à l’imam et la paroisse au curé.

Monsieur le Ministre en vous remettant les clés de ce département que l’on m’a confiées il y a seize mois, je forme le vœu que vous ferez plus et mieux que ce que j’ai fait, pour faire tout ce que je n’ai pu faire et que j’aurais voulu faire,

Faute de temps,
Faute de moyens,
Faute de volonté,
Faute d’engagement,
Faute d’accompagnement et de soutien(s),
Faute d’accompagnants…

Monsieur le Ministre, bonne chance, bon vent sous la seule protection divine.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Me Mamadou Ismael Konate n’est pas un diable venu de loin. Le gars avait sans aucun doute la sincérité requise de faire du bien en matière de maintien de la justice dans notre pays. MAIS! Il a fait une erreur mortelle!: OUBLIER que les fondements même de l’état malien fonctionnent sur l’injustice. La Justice = a la mort au Mali! Donc la sincérité et la bonne foi de Me Konaté pour servir le maliens ne pouvaient pas remplacer sa sincérité envers SOI-MEME. Il avait le devoir d’aller au miroir dès le début: suis-je prêt a maintenir la justice sur MOI-MEME, sur ma famille et sur mes amis ??? Si la réponse était NON pour des raisons ou d’autres donc il ne fallait pas accepter ce poste de Ministre de la Justice. Comment peut on oublier que l’INJUSTE ne peut pas maintenir la JUSTICE! ? Me reconnait exactement le scandale duquel
    tous ces problèmes son partis!
    Cependant, l’erreur humaine… Me Konaté n’est un diable ni criminel ni fils indigne de ce pays. Je lui pardonne pour ces erreurs. Le travail de la JUSTICE au MALI est plus le travail des ministères des finances et celui des domaines et foncier que du ministère dit de JUSTICE. Je crois bien qu’en mettant des mécanismes de blocage a l’injustice et crime au niveaux de ces deux ministères on parviendra beaucoup plus a maintenir la Justice que de compter sur un ministère dit de la justice. Ça ne marchera jamais au Mali! Les maliens du haut en bas sont foutus a tel point que seule la justice en forme préventive peut leur fait un effet. Dans ces conditions, un ministre sage ne songerait pas apporter un changement total et immédiat au risque de ne RIEN réaliser; il va plutôt viser une ou deux choses pour y installer efficacement mécanisme viable de changement. C’est pour cela qu’il faut apprécier Dr Boubou CISSE qui est en train de viser très loin avec certains mécanismes de changement viable … ainsi que le ministre Bathily etc. le malien est reellement foutu au-delas de toute reparation … L’espoir qui reste est qu’il y aura toujours quelques hommes integres … et de temps en temps on a la chance soit par erreur ou par providence de les avoir la tete de notre service national… C’est notre devoir alors de les reconnaitre afin de les soutenir… et c’est leur devoir en rerour d’etre conscient de la gravite de la situation de la gestion au Mali .. de ne pas chercher de polemiques … de simplement etre sages et intelligents pour viser seulement une ou deux choses et installer des mechanismes de changement viables qui ne pourront etre remis en cause par la corruption de l’homme malien. Les generations futures vont apprecier ces mecanisme de changementMe Mamadou Ismael Konate n’est pas un diable venu de loin. Le gars avait sans aucun doute la sincérité requise de faire du bien en matière de maintien de la justice dans notre pays. MAIS! Il a fait une erreur mortelle!: OUBLIER que les fondements même de l’état malien fonctionnent sur l’injustice. La Justice = a la mort au Mali! Donc la sincérité et la bonne foi de Me Konaté pour servir le maliens ne pouvaient pas remplacer sa sincérité envers SOI-MEME. Il avait le devoir d’aller au miroir dès le début: suis-je prêt a maintenir la justice sur MOI-MEME, sur ma famille et sur mes amis ??? Si la réponse était NON pour des raisons ou d’autres donc il ne fallait pas accepter ce poste de Ministre de la Justice. Comment peut on oublier que l’INJUSTE ne peut pas maintenir la JUSTICE! ? Me reconnait exactement le scandale duquel
    tous ces problèmes son partis!
    Cependant, l’erreur humaine… Me Konaté n’est un diable ni criminel ni fils indigne de ce pays. Je lui pardonne pour ces erreurs. Le travail de la JUSTICE au MALI est plus le travail des ministères des finances et celui des domaines et foncier que du ministère dit de JUSTICE. Je crois bien qu’en mettant des mécanismes de blocage a l’injustice et crime au niveaux de ces deux ministères on parviendra beaucoup plus a maintenir la Justice que de compter sur un ministère dit de la justice. Ça ne marchera jamais au Mali! Les maliens du haut en bas sont foutus a tel point que seule la justice en forme préventive peut leur fait un effet. Dans ces conditions, un ministre sage ne songerait pas apporter un changement total et immédiat au risque de ne RIEN réaliser; il va plutôt viser une ou deux choses pour y installer efficacement mécanisme viable de changement. C’est pour cela qu’il faut apprécier Dr Boubou CISSE qui est en train de viser très loin avec certain mécanismes de changement Me Mamadou Ismael Konate n’est pas un diable venu de loin. Le gars avait sans aucun doute la sincérité requise de faire du bien en matière de maintien de la justice dans notre pays. MAIS! Il a fait une erreur mortelle!: OUBLIER que les fondements même de l’état malien fonctionnent sur l’injustice. La Justice = a la mort au Mali! Donc la sincérité et la bonne foi de Me Konaté pour servir le maliens ne pouvaient pas remplacer sa sincérité envers SOI-MEME. Il avait le devoir d’aller au miroir dès le début: suis-je prêt a maintenir la justice sur MOI-MEME, sur ma famille et sur mes amis ??? Si la réponse était NON pour des raisons ou d’autres donc il ne fallait pas accepter ce poste de Ministre de la Justice. Comment peut on oublier que l’INJUSTE ne peut pas maintenir la JUSTICE! ? Me reconnait exactement le scandale duquel
    tous ces problèmes son partis!
    Cependant, l’erreur humaine… Me Konaté n’est un diable ni criminel ni fils indigne de ce pays. Je lui pardonne pour ces erreurs. Le travail de la JUSTICE au MALI est plus le travail des ministères des finances et celui des domaines et foncier que du ministère dit de JUSTICE. Je crois bien qu’en mettant des mécanismes de blocage a l’injustice et crime au niveaux de ces deux ministères on parviendra beaucoup plus a maintenir la Justice que de compter sur un ministère dit de la justice. Ça ne marchera jamais au Mali! Les maliens du haut en bas sont foutus a tel point que seule la justice en forme préventive peut leur fait un effet. Dans ces conditions, un ministre sage ne songerait pas apporter un changement total et immédiat au risque de ne RIEN réaliser; il va plutôt viser une ou deux choses pour y installer efficacement mécanisme viable de changement. C’est pour cela qu’il faut apprécier Dr Boubou CISSE qui est en train de viser très loin avec certain mécanismes de changement
    Me Mamadou Ismael Konate n’est pas un diable venu de loin. Le gars avait sans aucun doute la sincérité requise de faire du bien en matière de maintien de la justice dans notre pays. MAIS! Il a fait une erreur mortelle!: OUBLIER que les fondements même de l’état malien fonctionnent sur l’injustice. La Justice = a la mort au Mali! Donc la sincérité et la bonne foi de Me Konaté pour servir le maliens ne pouvaient pas remplacer sa sincérité envers SOI-MEME. Il avait le devoir d’aller au miroir dès le début: suis-je prêt a maintenir la justice sur MOI-MEME, sur ma famille et sur mes amis ??? Si la réponse était NON pour des raisons ou d’autres donc il ne fallait pas accepter ce poste de Ministre de la Justice. Comment peut on oublier que l’INJUSTE ne peut pas maintenir la JUSTICE! ? Me reconnait exactement le scandale duquel
    tous ces problèmes son partis!
    Cependant, l’erreur humaine… Me Konaté n’est un diable ni criminel ni fils indigne de ce pays. Je lui pardonne pour ces erreurs. Le travail de la JUSTICE au MALI est plus le travail des ministères des finances et celui des domaines et foncier que du ministère dit de JUSTICE. Je crois bien qu’en mettant des mécanismes de blocage a l’injustice et crime au niveaux de ces deux ministères on parviendra beaucoup plus a maintenir la Justice que de compter sur un ministère dit de la justice. Ça ne marchera jamais au Mali! Les maliens du haut en bas sont foutus a tel point que seule la justice en forme préventive peut leur fait un effet. Dans ces conditions, un ministre sage ne songerait pas apporter un changement total et immédiat au risque de ne RIEN réaliser; il va plutôt viser une ou deux choses pour y installer efficacement mécanisme viable de changement. C’est pour cela qu’il faut apprécier Dr Boubou CISSE qui est en train de viser très loin avec certains mécanismes de changement.. Ainsi que le ministre Bathily. Le malien est corrompu au-delas de toute reparation et seule une justice préventive peut avoir un effet sur lui. L’espoir reste qu’il y’aura toujours quelques hommes intègres et avides a bien faire… de temps en temps ces hommes soit par coïncidence ou par providence viennent a la tete de nos services nationaux. Il est donc de notre devoir de les reconnaitre et soutenir… Il en retour de leur devoir d’être conscients de la situation desesperee et catastrophique de notre pays et surtout d’être sages et intelligents en se focalisant sur un ou deux projets de changement viable! Dans ce sens un ministre n’aura pas le temps pour des polémiques. Seule cette approche incrémentale pourra apporter un changement au Mali… Les maliens ne pourront jamais changer le Mali vu qu’ils ont une volonté collective corrompue. Mais des maliens peuvent ( des individus comme Boubou, Bathily etc..) en installant lentement mais surement les edifices d’un système dont les mécanismes seront trop rigides pour être manipulés par qui que ce soit! Il y aura un jour où personne ne rêvera plus de surfacturer l’etat, où personne ne pourra plus manipuler la passation des marchés publics, où personne ne pourra plus voler les terres en complicité avec les maires au Mali etc… I have a Dream!

    Dilan tchogo tè malien na ni Allah yérè tè!

  2. “…La mosquée à l’imam et la paroisse au curé…!
    Erratum M le Ministre, depuis le Concil Vatican II, la paroisse n’appartient plus au Curé, mais à l’Assemblée de Dieu, et puisque notre Justice émane de la civilisation Judéo-Chrétienne, alors il fallait en tenir compte, qu’un tribunal est aussi comme une Eglise, avec un juge qui comme le Curé, fait face à toute une population…!!

  3. L”affaire Ras bath a révélé un homme qui se consacre au service d’une personne (IBK)que de la justice.
    L’ arrestation de Ras bath a étonné tous les professionnels des médias tant il a violé les textes régissant ce domaine.
    Personne ne peut penser qu’ étant un juriste méritant et reconnu,il ignorait les textes.
    Le faisant sciemment,il voulait faire plaisir au grand chef en neutralisant le chroniqueur,l’ empêcher de communiquer,pour permettre à la famille présidentielle de moins souffrir.
    Il réussissait son coup,il serait le ministre le plus apprécié d’Ibk.
    C’était son objectif.
    Non seulement il a échoué,entre temps le père de Ras bath gagnait des points dans son ministère.
    C’est ce dernier,en réalité,qui a poussé maître KONATE à la sortie.
    À l’approche du procès de son fils,il a engagé un bras de fer médiatique contre son homologue obligeant IBK a tranché.
    Le président de la république a tranché par la décision de justice.
    Maître KONATE l’a parfaitement compris,c’est pourquoi il est parti.
    Ce n’est pas une démission digne allant dans le sens de la lutte contre l’impunité.
    C’est une démission qui exprime son échec dans l’une des batailles des LAQUAIS du président IBRAHIM BOUBACAR KEITA.
    Un homme digne ne peut pas travailler avec IBK sauf quand on fait partie de la famille.
    En dehors de la famille tous les autres sont traités comme des esclaves.
    Il faut courber l’échine pour durer dans le gouvernement,disons dans les allées du pouvoir.
    C’est l’une des caractéristiques des pouvoirs personnels qu’ IBK est le digne défenseur,qu’ il assume parfaitement en allant saluer,après sa victoire à l’élection présidentielle ,les tombes de deux de ceux qui ont marqué l’Afrique :OUMAR BONGO et EYADEMA .
    Que les maliens le sachent,il n’est pas prêt de lâcher le pouvoir comme l’ a fait ALPHA OUMAR KONARE.
    Maître MAMADOU I KONATE n’a pas été un grand ministre.

  4. Tous ceux qui détiennent un porte feuille clé dans ce Mali en lambeau, excepté un ou deux, se trouvent dans la même position que le ministre de la justice sortant avant sa démission. Vous acceptez ce qu’on vous dicte ou vous allez prêcher dans le désert.

  5. A dire vrai la seule bonne volonté de IBK ne suffit pas et s’il en a conscience il est grand temps pour lui de se ravisser au risque de démoraliser davantage ses soutiens encore nombreux. Qu’il sache enfin que le ver dans le fruit va le faire échapper à la consommation.

  6. Quelques petits 16 mois au gouvernement ont fini d’user le pauvre Konaté qui ressemble à un vieillard. Il parait même plus vieux que le Ministre rentrant déjà à la retraite.

    Seigneur qu’est ce qui ne va pas dans ce gouvernement. Il faut les voir seuleument à la télé mais pas en chair et en os. Minables pour la plupart….. des souffre douleur….. contrairment à un autre ministre konaté qui ne fait que se gonfler comme le cous cous.

  7. Le ministre sortant a dit :”
    “Aucune société ne peut se contenter d’apparences et de subterfuges. Il est impossible de substituer la vérité au mensonge, de confondre l’intérêt général à un intérêt particulier.
    Aucune société ne peut vivre et se développer sereinement sans justice. Aucune société ne peut connaître paix, concorde et harmonie, sans justice.”

    Ces propos sont révélateurs sinon confirment ce que tout le Mali sait et vit déjà , à savoir l’injustice et l’impunité notamment sous le règne Jo Brin.

    Si l’on raproche ses propos aux termes de sa lettre de démission on comprend aisément que dans le cas du Mali le vrai probleme se touve au niveau du premier Magistrat, c’est à dire IBK.
    Apres une profonde analyse je comprends et félicite Me Konaté pour avoir jeté le tablier, encore que je pense qu’il aurait dû le faire bien longtemps; mais mieux tard que jamais.

    Dans ces conditions je me demande si le nouveau Ministre connu pour sa rigueur et son intégrité va durer un printemps si on lui refuse de s’attaquer aux vrais dossiers de justice qui dorment dans les tiroirs , au lieu de se focaliser seulement sur une serie de formation ou de reformes cosmétiques de la justice. Il doit avoir le courage de sortit au moins un des grand dossiers de justice, des crimes de sang ou crimes économiques.

    C’est la seule maniere pour lui de mériter le poste et de servir honnêtement son pays comme il l’a toujours fait et probablement de rentrer par la grande porte de l’histoire de notre pays.
    Si c’est pour régler les affaires courantes avant le prochain remaniement, le jeu n’en vaudrait pas la chandelle.
    Bonne chance au Ministre rentrant et felicitations au sortant pour avoir ouvert davantage les yeux de notre peuple sur l’injustice erigee en systeme de gouvernance par régime IBK sacrifiant ainsi le caractere sacre de la Republique.

    Vive le Mali

Comments are closed.