Hostilité contre Boubeye à la primature : L’autre combat de survie du RPM

1

Pour certains hauts cadres du Rassemblement pour le Mali (RPM), aucun sacrifice n’est de trop quand il s’agit du…Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga. Et ils sont prêts à toutes les compromissions, même avec quelques leaders religieux, pour atteindre cet objectif égoïste. Sauf que leur mentor, le président IBK ne l’entend pas de cette oreille !

Porté à la tête du gouvernement depuis le 30 décembre 2017 par le président Ibrahim Boubacar Kéita, Soumeylou Boubèye Maiga fait l’objet d’une certaine hostilité plusieurs semaines. Ce qui crispe à nouveau la situation socio politique du pays. Cette campagne en vue d’obtenir le limogeage du chef du gouvernement serait l’œuvre, selon des sources bien informées, de certains hauts cadres du RPM adossés à une frange de leaders religieux.

Malgré la confiance à lui maintes fois renouvelée par le président de la République, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga semble rejeté par une frange de la population. Nommé ministre de la Défense dans le gouvernement de Moussa Mara, avant d’être promu Premier ministre en 2017, le chef de la Primature malienne n’est plus en odeur de sainteté avec plusieurs autres barons de la mouvance présidentielle, surtout du parti au pouvoir le RPM. Cette dissension à l’intérieur de la “case” pourrait assurément créer des conséquences fâcheuses à l’intérieur du regroupement Ensemble pour le Mali, dans les jours à venir.

Selon nos sources, un jeune député influent du parti présidentiel et le président de cette formation politique, Bocary Tréta, seraient en train de concocter un plan pour éjecter Soumeylou Boubèye Maiga, avec la complicité du Chérif de Nioro, qui manipule à sa guise l’iman Mahmoud Dicko. Ce plan consisterait à faire jeter de l’opprobre sur le chef de la Primature quand à ses prises de décision impopulaire, quant à la gestion des affaires de la République.

Et pour réussir leur coup, ces blasphémateurs de Soumeylou Boubèye Maiga, ne lésinent point sur les moyens financiers et le chantage. Et tous les coups sont permis, car le harcèlement bat son plein en ce moment au niveau de certains députés et chefs des partis politiques membres de la mouvance présidentielle. Les pressions seraient en train de s’intensifier sur les députés afin qu’ils soient dans la dynamique d’une motion de censure contre le Premier ministre, contre de fortes sommes d’argent.

Il nous revient aussi que l’actuel Premier ministre prend ces agitations tellement au sérieux qu’il aurait tenu une réunion de crise, la semaine dernière, afin d’étudier la conduite à tenir pour chaque cas de figure.

Notons que les tractations sont donc en cours au sein des différentes formations politiques, membres de la majorité présidentielle pour se trouver des alliés sûrs en vue des prochaines échéances électorales.

Le temps nous édifiera sur cette affaire!

Wait and see!

Kassoum Togo

 

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. Bon cas meme quand on parle de la paix dans ce pays Mali, donnons-nous la main dans la main, et évitons surtout de jouer quoi que ce soit comme les plus malins.
    J’appel tout le monde; femmes , enfants, jeunes, vieux etc.. Qu’il est temps vraiment de ceder certaines choses et de faire des choses qui ont des avantages pour notre pays.
    Ne penssons jamais que tous ce resoudres avec de l’argnet, mais surtout la dignité.
    Mais presentement ici au Mali, tel n’es pas le cas, tout est devenus de l’argent.
    Mais que nous les maliens et maliennes, ouvres vraiment les yeux, imagine un peut avec le Nord, il font de n’importe quoi a se niveau, sans parler de nos produits qui sont au sous sol la-bas.
    Mais en realité cette zonne est carrement pourrie avec des choses imaginables.
    Prochainnement je sais comment aboutir ce que j’ai a dire, et n’oublier pas surtout que ce Mali est un pays laic et indivisible.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here