Issa Kaou N’Djim : «Nous sommes dans la dynamique d’accompagner le CNSP»

2

Le coordinateur général des Mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS) donne son appréciation sur les conclusions de la concertation nationale sur la Transition. Aussi, il explique les raisons de sa différence de vue avec certains responsables du M5-RFP sur la conduite de la Transition

L’Essor : Quelle est votre appréciation sur les conclusions de la concertation nationale sur la Transition qui vient de s’achever ?

Issa Kaou N’Djim : Pour moi, le combat du peuple a été porté par le M5-RFP, à travers le leadership des organisations au départ comme la CMAS, l’EMK (Espoir Mali Koura) et le FSD (Front pour la sauvegarde de la démocratie). Nous étions les trois entités à demander le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta et son régime.

L’implication de la communauté internationale et le fait de se conformer aussi aux valeurs démocratiques universelles ont fait qu’à un moment donné, le Cheick respecté l’imam Dicko avait pris l’option du dialogue. Et les événements ont évolué dans le sens que nous savons tous.

On a pris acte de l’intervention du Comité national pour le salut du peuple (CNSP). Donc les trois organisations qui signent toujours, à travers Dr Choguel Kokalla Maïga de FSD, Cheick Oumar Sissoko de l’EMK et moi-même, ont décidé de faire un meeting de remerciement au peuple malien. Ce rassemblement, organisé le 11 août, avait pour but de remercier le peuple et de se féliciter aussi du travail qui a été accompli par le CNSP notamment le parachèvement de ce combat de la population malienne, porté par le M5-RFP.

Donc, à partir de cet instant précis, se féliciter d’un acte nous mettait dans une logique d’accompagnement et de responsabilité. Les partis politiques n’ont pas d’autre vocation que de conquérir et exercer le pouvoir. Le souci des syndicats qui composent le M5, c’est l’aboutissement de leurs revendications. Alors que nous (la CMAS), sommes une entité homogène.

Nous nous sommes donnés comme objectifs de partager la vision de l’imam Dicko sur des questions religieuses et de bonne gouvernance. Le patriotisme, selon la vision de notre parrain, est de promouvoir les valeurs du vivre ensemble dans le pays. Donc, nous sommes cette organisation politique qui est homogène au sein du groupe. Tout le monde sait que les prises de position et la présence de l’imam sur le terrain ont été très décisives.

L’imam a fait une déclaration sur les médias publics, notamment l’ORTM, en disant que le CNSP a fait un travail de parachèvement, et qu’on doit tenir compte du combat que le M5 a mené au nom du peuple. Il a souhaité également qu’il y ait l’inclusivité positive, c’est-à-dire en impliquant même ceux qui étaient avec l’ancien pouvoir. Si ces derniers sont d’accord pour qu’on tourne la page, qu’on aille de l’avant, pourvu que cela n’entrave pas la justice.

………LIRE LA SUITE SUR LESSOR.SITE

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Tout porte à croire que Issa Kaou Djim ne mesure pas l’étendue de ses différentes interventions fracassantes. Nous ne sommes pas à une émission télé réalité; il s’agit bien de l’avenir de notre pays. Ces agissements indiquent qu’il porte des ambitions politiques cachées derrière sa CMAS et, de ce fait, compte tirer des faveurs en se rapprochant aveuglément à la junte militaire…
    Il se peut qu’il ait un accès privilégié à certaines informations sur les démarches des jeunes militaires dont le Malien ordinaire serait privé. Mais en me fiant uniquement aux faits, je ne vois aucun élément qui pourrait réellement susciter de l’espoir quant aux vraies intentions de ces jeunes militaires cagoulés en braqueurs de banque ou du trésor du Mali.

  2. Il faut absolument mettre en place un système de veille citoyenne sinon vos efforts seraient sans équivoque vains et sans aucune suite, ce qui reste certain, avec cette manière de réfléchir, nous venons de rater un autre tournant surtout avec la pression de cette CEDEAO avec sa pensée irréfléchie buscorrnue et irresponsable, ce qui veut dire sans risque de se tromper que ce mouvement a raté ses objectifs et que le Mali va vers exactement la situation de 2012 qui permettrait à l’ancien régime de s’asseoir confortablement encore pendant au moins une décennie et nous allons directement vers un autre coup d’état, le cinquième est déjà annoncé. 2012 est déjà reproductible car toutes les données sont là pour reconduire ce système IBK dans la quatrième République. Sans équivoque, nous allons vers une autre République à l’horizon 2030, c’est dommage car les leaders du M5-RFP n’ont rien compris dans leurs combats et la guerre est gagnée mais le même système serait reconduit et déjà la situation est perdue donc le Mali n’aurait pas bougé d’un iota à l’horizon 2030. Comment peut-on dire que les acteurs de l’ancien système soient reconduits tout de suite? Alors que nous avons vu comment ils se comportaient? C’est désolant et incompréhensif de la part de ces mauvais leaders du M5-RFP et de ces militaires qui veulent reconduire l’ancien système sans équivoque, pourtant il est très facile de voir les choses à cet effet, mais Issa KAO DJIM et ses militaire ne voient rien de ça, c’est regrettable.
    Ce qui reste certain aussi, d’autres scénarios pourraient être plausible, car des remous seraient possibles à l’intérieur des camps sur la base du scénario de 2012 rendant Assimi GOITA vulnérable en le poussant à agir comme Amadou Haya SANOGO, ce scénario peut pousser le Mali dans une guerre inter-armées capable de mettre à genou notre pays pendant très longtemps.
    Rien n’est fini encore.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here