Les petites phrases de Pinochet

0

‘’Quand je me sens incapable d’accomplir la haute fonction que le président m’a confiée, je vais me démettre. Je suis un Premier ministre de terrain, d’action. Je n’ai pas peur des débats. Je ne fais pas de la politique, je suis un technocrate. Je suis un homme transparent. Notre école a trop souffert par le fait de nous, Maliens et Maliennes’’. Parole de Pinochet. No comment !

Pinochet a-t-il confiance en Mala ?

C’est un secret de polichinelle : la gestion de la crise par nos gouvernants est révélatrice d’une autre crise : celle existant entre eux-mêmes. Ainsi, apprend-on des méchantes langues, le courant ne passerait pas entre le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga et son ministre de l’Education nationale, Pr Mamadou Lamine Traoré. Plus grave, on s’interroge si le premier fait désormais confiance au second. En tout cas, certains signent le laissent croire : tels que l’absence de Mala à la rencontre entre le PM et le Synesup et la mise à écart de son département lors de la mise en place de la commission nationale chargée d’examiner l’octroi de primes de logement.

‘’Vous avez été piégés !’’

Selon le Secrétaire général du Synesup, Dr Adbou Mallé, le Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga a été piégé dans cette affaire. Il faisait allusion au ministre de l’Education nationale qui, pendant sept mois, Pinochet tire, Mme Siby redresse !

Sans pourtant faire le procès du Conseil de l’Université, le Premier ministre avait fustigé son attitude dans la gestion de la grève illimitée du Syndicat national de l’enseignement supérieur. Estimant qu’il a été inactif, Pinochet a déclaré que c’est le Conseil de l’université qui devrait jouer le rôle de médiation. Dans sa brève intervention, le Recteur de l’Université de Bamako, Mme Siby Ginette Bellegarde, a fait savoir que le Conseil s’est beaucoup investi dans la résolution de cette crise. Mais, dit-elle, toutes ses tentatives ont été vouées à l’échec.

‘’Mallé, assumez votre responsabilité !’’

‘’J’ai assumé ma responsabilité. Vous devriez assumer votre responsabilité. Il faut décider de lever le mot d’ordre de grève même si ils vont te brûler après’’. Pinochet exhortait ainsi Dr Mallé à faire une déclaration invitant ses camarades à reprendre les cours.

‘’C’est la dictature !’’

‘’C’est donc la dictature !’’ Les syndiqués de l’enseignement supérieur n’ont pas hésité à qualifier ainsi le fait que le Premier ministre ait suggéré à Dr Mallé d’accorder une interview à l’Ortm allant dans le sens de la levée du mot d’ordre de grève.

Commentaires via Facebook :

PARTAGER