Mali : Les inquiétudes du PARENA sur l’absence deu calendrier électoral et l’isolement diplomatique du pays

3

Dans un mémorandum publié hier mercredi  intitulé  ‘’ la crise institutionnelle et sécuritaire: comment sortir de l’impasse…comment préserver l’Etat…’’, le PARENA broche  un tableau négatif   de la gestion de la transition et émet des inquiétudes de l’isolement diplomatique du Mali.

Le Parti  pour la Renaissance  nationale dirigé par l’ancien ministre des affaires étrangères, Tiébilé Dramé, n’est pas allé par le dos de la cuillère pour décrier le bilan de la transition.  A quatre mois de l’échéance annoncée,  ce parti   dénonce  le  manque de volonté politique du gouvernement de Transition  de  pouvoir organiser les élections marquant la fin de la transition et son  impossibilité de produire un nouveau calendrier électoral.

Egalement  le PARENA déplore l’impasse  sécuritaire dans lequel le pays risque un nouvel effondrement. « la dégradation de la situation sécuritaire est devenue une grave menace pour l’existence même de l’État malien », a déclaré  le parti du bélier dans ce mémorandum, en rémunérant du Nord au Sud   les exemples de cas «  de villages assiégés, des villageois expulsés de leurs foyers, champs brûlés, enlèvement de milliers de têtes de bétail, ponts et puits dynamités, policiers exécutés, exactions en tous genres contre les civils, et les convois de l’armée ». Pour  les auteurs de ce mémorandum, l’extension continue de l’insécurité illustre l’échec du gouvernement de Transition que, selon lui, rien ne saurait cacher. L’éducation ; selon le PARENA,  paie un lourd tribut  à cause de la propagation de l’insécurité.   « Près de 1500 écoles étaient fermées avant la fin de l’année scolaire écoulée dans les régions du nord et du centre », cite le PARENA ajoutant que quelque 90 écoles étaient fermées dans les académies d’enseignement de Banamba et de Nara.

Sur le plan humanitaire, le PARENA estime que le nombre de Maliens ayant abandonné leurs foyers, du fait de l’insécurité, est passé de 119.000 en septembre 2012 à plus de 400.000 en septembre 2021 selon le HCR.

Pour  ce parti, le gouvernement de Transition  au lieu de prendre des mesures pour juguler  cette situation,  s’est engagé dans  les initiatives qui divisent telles que les «Assises de la Refondation » ou l’instauration d’un climat d’intolérance et d’atteintes aux libertés démocratiques fondamentales. En arrière-fond de ce triste tableau, selon le PARENA,  l’isolement  diplomatique   du Mali à cause  de la brouille des autorités les pays voisins de la Cédeao et  le reste du monde.

En conclusion, le PARENA a invité le Président de la Transition à créer les conditions du sursaut et du rassemblement autour du Mali et de son armée.  Ce,  en  renonçant à la tenue des « Assises de la Refondation » coûteuses et  qui divisent  davantage les Maliens. Aussi, il exhorte le chef de l’Etat à réunir  les forces vives de la Nation pour dessiner une feuille de route consensuelle sur la base «  d’’une réelle volonté politique, d’un nouveau calendrier électoral, d’un CNT et d’un gouvernement plus inclusifs  ainsi que le choix  d’un Premier ministre moins clivant, plus rassembleur et plus consensuel ».

SiakaDIAMOUTENE/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

3 COMMENTAIRES

  1. A force de tirer à boulet rouge sur les urnes, on finira par atteindre et remettre en cause le droit de vote du citoyen. C’est illusoire de vouloir réinventer la roue dans le Mali d’aujourd’hui, on ne peut que l’utiliser à bon escient. Nous devons impérativement organiser les élections selon le calendrier et laisser le choix aux citoyens de voter pour le candidat le plus patriotique et nationaliste.

  2. LE PETIT-MONSIEUR DE BOUA LE VENTRU IBK, MONSIEUR FRANCAFRIQUE D’ATT ET LE MINISTRE DES TERRES ARIDES D’ALPHA OMAR KONARE FAIT LE PROPHETE DE MALHEUR, TIEBLEN KONARE-DAME TU N’AS PAS DE SOLUTION POUR LE MALI, IL VAUT MIEUX T’EFFACER ET COMPLETEMENT!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here