Mamadou Blaise Sangaré, Conseiller spécial du président de la République :

0
Clash politique : Blaise Mogotigui attaque Ras Bath en justice
Blaise Sangaré (photo archives)

Bonjour Monsieur le Ministre !

Il est l’un des rares à ce jour, de tous les fidèles proches du Président de la République qui a accepté d’aller au charbon pour la gouvernance d’IBK qui en a bien besoin  

Si les pronostics sont justes, le Gouvernement AIM 2 se dessine, et s’impose d’ailleurs. Dans cette perspective, l’actuel Conseiller spécial et porte-parole du Président de la République, Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise, est l’un des potentiels futurs ministres dans le nouveau gouvernement. Bien de raisons plaident pour son choix pour détenir un portefeuille dans le prochain gouvernement. En tout cas, c’est l’un des noms les plus cités parmi les favoris du Président de la République. Ses points forts : Une fidélité sans ambiguïté au Président IBK, une forte expérience de la vie politique malienne, mais aussi un grand commis de l’Etat qui a l’art administratif.

L’on a vu l’homme à l’épreuve surtout à la faveur du projet sursis de la révision constitutionnelle. Il a égrené les principes de la démocratie basée sur le débat, la contradiction, les interrogations légitimes sans violence ni haine. Le président du parti CDS Mogotiguiya, Blaise comme l’appellent affectueusement certains, a accepté d’aller au charbon à cause d’IBK, notamment dans les médias en recadrant les actes et propos incongrus de certains. Il est l’un des rares à ce jour, de tous les proches du Président, à se risquer à cet exercice, tout comme le Secrétaire général de son parti, Me Zoumana N’Tji Doumbia, ou encore des ministres du gouvernement à l’exemple d’Adama Tiemoko Diarra, Housseini Amion Guindo pour sauver la gouvernance du Président IBK.

L’on a encore vu l’homme dans le contraste entre majorité et opposition sur l’An IV du Président de la République. Son débat télévisé avec Djiguiba Kéita dit PPR peut faire cas de référence.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en portant son choix sur lui comme son Conseiller spécial et son porte-parole, IBK a simplement eu la main heureuse et peut, sans crainte, lui renouveler sa confiance. Pour bon nombre d’observateurs, Blaise a une très bonne capacité d’analyse doublée d’une grande lucidité dans le débat politique. Il jouit d’un parcours élogieux. En effet, après ses études à l’École nationale d’administration (ENA) entre 1976 et 1980, Mamadou Bakary Sangaré devient fonctionnaire au gouvernorat du district de Bamako, puis à l’hôpital de Kati. En 1984, il est contractuel à la Banque mondiale, puis directeur administratif et financier au Conseil économique et social avant de devenir directeur national de la Caisse des retraites du Mali entre 1992 et 1996.

Engagé très tôt dans la politique, il est membre de l’Union nationale des jeunes du Mali (UNJM) de 1978 à 1989, sous le régime de Moussa Traoré. En 1991, il participe à la fondation du Parti pour la démocratie et le progrès (PDP) dont il assure la vice-présidence entre 1991 et 1996 avant de fonder la Convention démocrate sociale (CDS Mogotiguiya) dont il assure la présidence depuis 1996.

Digne fils du Banimonotié, « l’indétrônable à Bougouni » comme il aime lui-même le dire, Blaise est Conseiller communal, membre du conseil de cercle de Bougouni, membre de l’Assemblée régionale de Sikasso.

Sur le plan politique, l’on retient qu’il a été candidat à l’élection présidentielle de 2007, après avoir été investi par son parti, la Convention sociale-démocrate le 27 mars 2007. Lors de ce scrutin, il est arrivé en cinquième position avec 1,58 % des voix au premier tour qui voit la réélection du président sortant Amadou Toumani Touré. Il a réalisé son meilleur score dans la région de Sikasso avec 5,25 % des voix. En 2013, il sera également candidat à l’élection présidentielle de 2013 à l’issue de laquelle il est arrivé 11ème position sur 27 candidats avant de se rallier à la candidature d’Ibrahim Boubacar Kéita au second tour.

Daniel KOURIBA

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER