Marche unitaire du 30 décembre 1990 : La Comode exige la libération totale de Kidal

3

Pour commémorer le 25ème anniversaire de la Marche Unitaire du 30 décembre 1990, la Coordination Malienne des Organisations Démocratiques a choisi le mercredi 20 janvier, date de la Fête de l’Armée Malienne, pour organiser une conférence-débats, sur le thème « la marche unitaire du 30decembre 1990,25 ans après, bilan et perspectives ». C’était à la Pyramide du Souvenir, sous la présidence du Professeur Ali Nouhoum Diallo, Président de la COMODE. Animée par Mahamadou Touré et modérée par Rosalie Sidibé, respectivement secrétaire général et secrétaire à l’organisation de la COMODE, la conférence-débats a enregistré la présence de plusieurs acteurs du mouvement démocratique dont l’ancien premier  ministre Soumana Sako, Iba N’Diaye, Mme Sy Kadiatou Sow, Soumeylou Boubèye, Hamidou Konaté, Mamadou Diawara, Ousmane Sy, pour ne citer que ceux-ci.

Le président de la COMADE, Ali Nouhoum Diallo, a rappelé que la marche unitaire du 30decembre 1990 consistait pour le peuple Malien d’en finir avec le régime du parti unitaire de l’UDPM  et de l’autocratie  du Général Président Moussa Traoré. Selon lui, 25 ans après l’avènement de la démocratie, l’unité et la laïcité du Mali sont menacées. A ses dires, en dépit de la présence de la MINUSMA et de la force Barkhane, le Mali reste diviser en deux, sans oublier la gouvernance controversée du régime IBK. «A ce jour,  le drapeau du Mali ne flotte toujours pas à Kidal, capitale de l’Adrar. Le nord est cogéré par la MINUSMA, la CMA et Barkhane. Il urge que les moyens soient conjugués pour que le Mali sorte de cette impasse », a laissé entendre  Ali.

A l’entame de son exposé, le conférencier a dit que l’exercice consiste de donner un nouveau  souffle à l’encrage démocratique, au respect des droits de l’homme, et à la défense des acquis du 26 mars 1991. Mahamadou Touré, a parlé essentiellement des grands   repères qui ont marqué l’avènement de la démocratie jusqu’à la création de la COMODE en janvier 2010.La COMODE dira le conférencier, a pour mission de servir de sentinelle et de force de proposition pour la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit au Mali. Selon lui, il convient de procéder à un examen de conscience et des faits objectifs se projeter dans l’avenir. A cet effet, il a rappelé qu’au-delà de la symbolique historique, la marche unitaire du 30decembre 1990 était une conviction de toutes les forces vives engagées dans un idéal démocratique, contre la barbarie, l’arbitraire, la violence politique.

Parlant de la situation politique actuelle du pays, le conférencier a estimé l’existence d’une accalmie relative. Au plan économique, M. Touré a souligné que les indicateurs macroéconomiques ne reflètent pas les conditions réelles de la vie des citoyens. A l’en croire, le Mali se classe parmi les dix pays les plus pauvres de la planète. Avant d’affirmer que la situation de l’emploi est très critique, Mahamadou Touré a fait savoir que la corruption continue de gangrener notre pays avec son corollaire de multitude de services de contrôle.  Déplorant la position ambigüe de la MINUSMA, le conférencier a insisté sur un certain nombre de point, à savoir : «  la mobilisation des forces vives de la nation pour exiger sans condition la libération totale de Kidal et son retour dans un Mali uni, pluriel, et laïc ; l’application efficiente de l’accord pour la paix, et envisager une négociation avec Iyad  Agali, sans le diaboliser ;la tenue Pour terminer, Touré a inviter le gouvernement à prendre des mesures pour la tenue de la conférence d’entente nationale ». Au cours  de la conférence, des acteurs principaux du mouvement démocratique ont fait des témoignages et échangé avec la jeune génération sur leur rôle et responsabilité dans la situation actuelle du pays.

Rappelons que cette marche unitaire du 30decembre 1990 est parti des la place de l’indépendance pour prendre fin au stade Mamadou Konaté

JEAN GOÏTA

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Ce Ali Nouhoum Diallo est dans son soubresaut, il s accommode trop avec son comode, il est toujours pret à dire aux enfant d autrui faites ceci , faites cela mais ou sont vos enfants, madame SY vous n’ avez plus rien n’ a approuvé car vous n avez prouvé que de la desolation pour ce pays, tous les deux s’avent qu ils ne peuven,t pas s opposer a IBK, il essaye de caresser juste pour se faire entendre, aussi ils sont pas capables de dire a la munisama Dehors, ils veulent se laver sans se mouiller le dos, vous etes entrain de deambuler entre les ministeres pour vos bons d essence,Aly vous ne pouvez plus manipulé les gens c est fini et notre generation ne fait de grande difference entre vous et ce pouvoir vous avez baliseé ce terrain d aujourd hui a tous ces avanturiers d aujourd hui, nous ferons notre revolution la revolution que nous avons voulue et dont vous avez transformé en convulsion
    ça ne marche plus vos histoire DEUX BALLES, ou vous vous opposez clairement et avec vos enfants nous sortirons tous pour donner conscience à tous les gens qui ne croient pas , ou vous continuez a vous soulagez les consciences a chaque instant.
    TANGARA

  2. Vous vous fatiguez pour rien, rien ne peut changé le comportement désastreux du vieux loup et ses vautours. Seul le soulèvement et les fusils qui vous avez peur peuvent résoudre la situation actuelle de cet pays, c’est à dire il nous faut un carnage pour pouvoir sentir le changement digne de son nom que nous imaginons tous. A nous de jouer, vive la révolution progressive.

    • Pharaon
      NON pas de soulèvement ni de fusils, le changement doit venir de notre carte de vote .Chaque carte est une dignité est un “DAMBE” elle ne doit pas être achetée ni influencée par une quelconque autorité religieuse ou partisanne . Le MERITE doit être et rester la solution de tous les problèmes qui minent notre PAYS.

Comments are closed.