Non au référendum : Rien ne sert de courir…

5

Depuis qu’il a poussé son désormais ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, à la démission, nommé un nouveau, Boubou Cissé, mis en place un nouveau gouvernement, et un ministre des réformes, le président de la République, à travers tous ceux qui ont en charge de le faire, ne cesse, chaque jour que Dieu fait, de faire croire aux Maliens qu’il veut et peut changer la Constitution du 25 février 1992.

 

Lui, son Premier ministre et certains membres de son gouvernement ne manquent aucune occasion pour rassurer les Maliens et leurs partenaires, que la loi fondamentale de notre pays peut être changée. Ils sont si déterminés qu’ils feignent d’ignorer, totalement, toutes les contestations contre cette importante réforme.

 

On a beau dire que personne n’est contre la révision mais que c’est le contexte qui ne s’y prête pas ; vous avez beau expliquer à IBK, son Premier ministre et ses ministres, que rien n’a changé par rapport à 2017, que la situation s’est d’ailleurs aggravée, ils ne comprennent rien, ils ne vous écoutent pas, font les sourds, car, ce qui importe à leurs yeux, c’est tenir la promesse faite à leurs patrons de partenaires.

 

Malheureusement pour eux, la vérité implacable et l’impitoyable réalité du terrain finiront par les rattraper, si ce n’est déjà le cas. Cette implacable vérité et cette réalité impitoyable, ce sont les deux tiers du territoire qui ne sont pas contrôlés par l’Etat ; ce sont ces contestations et ces réunions préparatoires de contestation et de protestation qui se préparent, partout, à travers le pays. Cesont ces conditions sécuritaires qui se sont dégradées de 2017 à nos jours.

 

Makan Koné

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. IL FAUT RENDRE A CÉSAR CE QUI APPARTIENT A CÉSAR, MONSIEUR MAKAN KONE, SI TU POUVAIS OUBLIER UN TANT SOIT PEU TA RENCOEUR CONTRE ISSOUFOU, TU Y GAGNERAS EN PONDANT DES TRUCS CENSÉS COMME C’EST LE CAS AVEC CET ARTICLE. COMME LE DISENT LES BAMBARAS “LA VÉRITÉ NE SE PARTAGE PAS”. T’AS PARFAITEMENT RAISON ET AUX MALIENS DE DIRE ENCORE “ANTE A BANNA” ET QUE LE COMITÉ DE MAHAMOUD DICKO NE RESTE PAS EN MARGE CAR J’AI REMARQUE AUSSI QUE CE DERNIER NE FAIT PARLER DE LUI QUE QUAND LE SUJET EST UN PEU SPIRITUEL.

  2. Ceux qui imposent et exigent notre pays pour cette réforme constitutionnelle doivent être poursuivi par la justice Malienne car ceux sont des criminels !!!
    Les États occidentaux mettent la pression sur IBK pour qu’il la réalise au détriment de notre Pays.
    Tous nos soldats qui meurent jour pour jour n’est pas leurs problèmes, ce qui compte pour eux, c’est de détruire notre Nation pour profiter pleinement les ressources que notre pays possède.
    Les Bamakois(e)s doivent faire un appel aux habitants de Kati pour organiser une grande manifestation de Kati jusqu’à Koulouba contre cette révision constitutionnelle, au lieu de chercher à rétablir la sécurité dans notre Pays, IBK ne fait d’autres choses que de chercher à tout prix pour faire passer cette réforme.
    Les maliens doivent se mobiliser quelqu’en soit le prix à payer pour que président de la République mette ce projet dans un placard d’une façon définitive.
    Ils veulent la partition de notre pays et les Maliens ne se lairont pas faire

  3. PAS DE consultations référendaires EN SOL MALIEN AVANT 2050, OU SEULEMENT APRES LA DISPARUTION DE LA FRANCE DU TERRITOIRE MALIEN.!!!

    PAS DE consultations référendaires EN SOL MALIEN.

    NE JOUEZ PAS AVEC LE FEU.

  4. Merci M. Makan KONE . Il vaut mieux laisser ces idiots se fracasser le nez. La réalité du Mali , c’est que l’Etat n’existe pas depuis 2013. IBK fait croire à la France qu’il peut opérer la révision de la Constitution . Pourtant la France qui est présente dans tout le pays à travers ses espions sait très bien que le pouvoir de Bamako ne contrôle même pas le 1/3 du territoire . Maintenant qu’ils sont à pied d’oeuvre , ce n’est pas la peine de les alerter . Comme en 2017, ils apprendront que le peuple malien est digne même dans la douleur . Ils veulent changer la Constitution pour faire plaisir à la fameuse communauté internationale , nous les patriotes maliens seront débout pour dire NON !

  5. totalement d’accord.
    dans un pays séerieux, le conseil de ministres d’hier ne serait pas tenu, mais un conseil extra sur la situation.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here