Pour combler le déficit énergétique au Mali : Modibo Sidibé dévoile ses recettes !

2

Face à la question récurrente de l’accès à l’électricité et l’eau au Mali, l’ancien Premier ministre Modibo Sidibé a partagé ses analyses sur la question à travers un document intitulé “Les engagements de Modibo Sidibé pour l’accès à l’électricité et l’eau au Mali”, tiré essentiellement de son programme présidentiel Mali Horizon 2030, présenté en 2013.

Dans ce document, il propose de poursuivre et renforcer l’effort national pour augmenter l’offre d’électricité. Ainsi, dit-il, le taux d’accès à l’électricité dans les zones rurales comme au niveau du pays tout entier sera multiplié par deux. “Nous développerons des alternatives crédibles et durables aux énergies traditionnelles : barrages, énergie solaire, biomasse, biocarburant, qui devront représenter à terme 70% de l’électricité produite dans le pays”.

Selon lui, les projets d’interconnexion avec les réseaux électriques des pays de l’Uemoa et de la Cédéao seront privilégiés et réalisés. Parallèlement, il dira qu’il faut inciter les entreprises à améliorer leurs performances énergétiques et travailler à alléger la facture d’énergie des ménages. “Ma vision pour 2030 est que 80% de la population ait alors accès à l’électricité”, propose-t-il.

De son point de vue, il faut mettre la priorité sur les énergies renouvelables, pour que la filière “énergie solaire” change d’échelle, car elle aujourd’hui encore très artisanale.

Selon l’ancien Premier ministre, l’objectif est que d’ici 2030 les forages, les écoles et les centres de santé des zones rurales produisent grâce au solaire l’électricité qui leur est nécessaire. “Cet objectif s’inscrira dans un programme intégré de développement d’une économie verte, qui inclura formations, création d’emplois et mise en valeur d’autres énergies renouvelables”.

À le croire, dans son schéma, en 2018, 90% de la population devait avoir accès à l’eau potable en poursuivant et approfondissant les efforts considérables développés ces dernières années dans ce domaine, avec des performances qui avoisinent les Objectifs de développement du millénaire. “Nous poursuivrons la réhabilitation et le renforcement du réseau d’adduction d’eau potable et l’équipement des localités de plus de 3 000 à 5000 habitants non pourvues en châteaux d’eau. Nous renforcerons l’efficacité de ces actions en mettant en œuvre des partenariats public-privé, en maîtrisant la consommation des services publics, en incitant les particuliers à faire de même, en réhabilitant les équipements qui le nécessitent et en favorisant l’émergence des petits opérateurs.

Les collectivités territoriales qui gèrent la fourniture d’eau potable et l’assainissement seront soutenues dans cette action par des programmes leur permettant de renforcer leurs capacités techniques, managériales et financières”, a-t-il laissé entendre.

Pour l’ancien Premier ministre, il faut étendre de façon significative l’alimentation en eau des localités rurales en poursuivant la réalisation de forages équipés et de châteaux d’eau et en favorisant l’installation de grandes adductions d’eau, de manière à desservir tous les villages satellites sur un rayon d’au moins 5 km.

Et d’ajouter que les localités isolées de moindre importance seront dotées prioritairement de puits équipés de pompes solaires ou de pompes à motricité humaine. “L’utilisation de systèmes de traitement de l’eau sera préconisée dans les zones où la qualité des eaux souterraines est mauvaise, par des procédés de dessalement ou de traitement des eaux de surface”, a-t-il conclu.

                          Boubacar PAÏTAO

 

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Lastus
    “Ce type” n’a jamais été président de la république pour mettre en ourvre sa VISION POLITIQUE.
    L’ANALPHABÉTISME POLITIQUE de trop de cadres maliens ne leur permet pas de comprendre qu’un ministre est limité à exécuter les instructions du président de la république qui est seul responsable des ACTES POSÉS pendant son mandat.
    Il a été premier ministre pendant 3 ans,non 6 ans.
    Mais 3 ans à exécuter les instructions du président de la république car il n’avait ni majorité à l’assemblée nationale pour contester les instructions du président,ni la PERSONNALITÉ POLITIQUE puisqu’il n’était pas encore à la tête d’un parti pour OBLIGER ATT à changer de trajectoire.
    Le seul CHEF DE GOUVERNEMENT qui avait le pouvoir d’influer sur les décisions du PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE était IBRAHIM BOUBACAR KEITA car il était le président du parti majoritaire.
    Arrêtons de juger les hommes politiques par rapport aux résultats du mandat d’un PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE,mais par rapport à leurs attitudes dans la fonction occupée et aux IDÉES qui les animent.
    Si un PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE travaille bien,on peut se tromper gravement en élisant un de ses ministres en croyant qu’il va faire aussi bien que lui.
    De même,on peut refuser d’élire un homme politique très compétent en l’associant aux mauvais résultats d’un PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE alors qu’il a certainement tout fait pour l’obliger à changer de trajectoire.
    On n’est pas courtisé par deux présidents de la république,si on n’est pas un des cadres exceptionnels du pays.
    Le travail de MODIBO SIDIBE a été apprécié et par ALPHA OUMAR KONARÉ et par AMADOU TOUMANI TOURÉ.
    Même le dictateur MOUSSA TRAORÉ a bien parlé de MODIBO SIDIBE.
    Après les deux quinquennats d’ALPHA OUMAR KONARÉ,il a été courtisé par l’ONU quand ATT a dit qu’il a besoin de ses services.
    En patriote,il a naturellement abandonné les délices de la fonction onusienne pour souffrir aux côtés d’un président qui posait des ACTES qui le genaient énormément notamment accepter de travailler avec n’importe qui pourvu que le pouvoir soit stable.
    ON A ENTENDU TROP D’HOMMES POLITIQUES SE PLAINDRE DE LA RIGUEUR DE MODIBO SIDIBE QUAND IL ÉTAIT SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA PRÉSIDENCE.
    Ces mêmes personnes ont contribué à les éloigner car il n’était pas son CANDIDAT pour le succéder contraire à ce qu’on vehiculait à la fin de son deuxième quinquennat.
    Le BILAN d’ATT n’est pas de MODIBO SIDIBE.
    Il a contribué à l’aider à réaliser sa VISION POLITIQUE pour laquelle il a été élu par les maliens.
    OSER LUTTER,C’EST OSER VAINCRE!
    La lutte continue.

  2. Je regrette de l’écrire mais ce type a sa place en prison…….. Il a été premier ministre pendant 6 ans et c’est aujourd’hui qu’il vient nous présenter ses solutions ???!!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here