Pour l’adoption de la loi d’entente nationale : L’honorable Mahamadou Diarassouba consulte la population du Baninco

0

Le Mali a toujours été un pays de pardon, un pays du vivre ensemble. C’est pourquoi, les autorités le président de la République El Hadj Ibrahim Boubacar Keita  en tête  ont décidé d’instituer une loi d’entente nationale pour que les fils et filles de ce pays puissent  se retrouver autour de l’essentiel qui est le Mali. Pour que cette retrouvaille en famille soit une réalité, il faut que les uns et les autres acceptent de se regarder en face pour que les bourreaux et les victimes se disent les quatre vérités et se  pardonnent. C’est pour faire comprendre à la population du Banico que l’honorable Diarassouba à la tête d’une forte délégation est allé à la rencontre des forces vives de la région de Dioila. Pour que l’événement soit une réussite, il a associé les autorités administratives et politiques  de la région, le gouverneur Dedeou Bagna Maiga  et le 1er adjoint   au Maire du Kaladougou Soumaila Koumaré .

Dans ses propos, l’honorable Diarassouba n’est pas allé avec le dos de la gamelle, pour faire comprendre à la population de la région, les raisons qui ont motivé le gouvernement a opté pour cette loi d’entente nationale. A, l’en croire, il s’agit de recoudre le tissu social qui a été mis à mal par la crise multidimensionnelle  du 22 mars 2012. Partant il a fait la genèse du projet de loi d’entente   nationale. Avant de rappeler que c’est la raison pour laquelle le gouvernement a organisé la conférence d’entente nationale qui a abouti à l’élaboration de la charte d’entente nationale. Selon, l’honorable Diarassouba ce projet reste sensible, dans la mesure où les plaies des différents événements de  2012  à nos ne se  sont toujours pas cicatrisées. Et, l’honorable d’expliquer à la population que cette charte d’entente  nationale  sera gage de stabilité pour le Mali.  Pour plus de détail, le président du collectif des députés de la région de Dioila dira   que le projet portera sur trois mesures : les mesures juridiques, financières, sociales et économiques.  Tout en reconnaissant que la charte a fait l’objet de plusieurs attaques, il a indiqué  qu’elle a des fortes chances de passer lors de la prochaine  session. C’est le député Daouda Coulibaly  qui aura le privilège  d’expliquer les critères pour bénéficier des retombées de la loi d’entente nationale. Le chef de l’exécutif régional Dedeou Bagna Maiga  a fait un véritable réquisitoire pour que la population du Banico comprenne et accepte la charte. Pour le gouverneur sans cette loi d’entente nationale la paix sera lointaine et incertaine. Le Gouverneur d’expliquer au peuple du Banico tous les efforts déployés par le président El Hadj Ibrahim Boubacar Keita pour que le Mali redevienne un havre de paix. « Nous devons avoir à l’esprit le respect des lois nationales. La charte d’entente nationale de 2017 cherche et cultive la paix au Mali, c’est pourquoi  ce projet  a vu le jour a-t-il expliqué. Et de poursuivre le visage plein d’espoir   : « nous sommes dans une situation qui n’est pas rose pour le Mali, il faut l’implication de tout le monde afin de restaurer la paix », a plaidé le premier gouverneur de la région de Dioila. Après les questions réponses  on peut dire que le Banico a prêché la paix.

Badou S. Koba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here