Présidentielles 2022 : Les chances de Seydou Coulibaly

2

On n’y est pas encore, mais c’est tout comme : les échéances politiques de 2022, qui doivent concrétiser la fin de la transition, par le truchement d’élections crédibles et propres, ne sont pas encore à l’ordre du jour. Mais n’empêche que des noms circulent pour le grand rendez-vous à venir. L’un des candidats en vue, qui part dans la compétition avec l’handicap d’être moins connu du grand public, mais qui garde toutes ses chances de figurer parmi les grands, pour sa compétence à transformer la structure de son pays, comme il a réussi dans les affaires, c’est bien Seydou Coulibaly, opérateur économique de renom, qui n’a pas encore dit son dernier mot.

Sans doute, la bataille de la prochaine élection présidentielle sera épique. D’après des avis éclairés, pas mal de candidats s’afficheront dans la course infernale. Des plus connus ; les habitués, aux grands inconnus, en passant par les nouveaux challenges, ceux-là qui pourront créer la surprise, il est évident que l’on s’attend que ces joutes 2022 seront âprement discutées.

Il en faut d’ailleurs, le jeu en vaut la chandelle : la prochaine présidentielle, pour le contexte très préoccupant de notre pays, confronté à de nombreux défis de son développement, sera décisive. En tout cas, bon nombre de nos compatriotes l’en appréhendent dans ce sens, en se disant que ce seront les joutes de la dernière chance pour le Mali.

Pour cela, on mise sur des candidats sérieux, valables et qui peuvent à eux-seuls, par leur compétence intrinsèque, leur capacité à transformer les choses, nous tirer d’affaire. Là, ne compte pas le facteur novice, ou peu connu du grand public. Ce qui compte en fait, c’est la capacité de résilience de l’homme, de son intelligence à fédérer autour de lui des compétences diverses et multiformes et de sa volonté à transformer durablement et plus efficacement la structure même du pays, pour le rendre plus compétitif et plus attrayant.

A l’évidence, Seydou Coulibaly, cet ancien de l’ENI, patron de Cira, qui a réussi à forger au fil des âges, dans un environnement compétitif, une entreprise qui compte parmi les grands, au Mali et même à l’extérieur, et qui ambitionne de transformer son pays en un pays émergent qui peut se développer à partir de ses atouts, sera l’un des plus conquérants des joutes politiques à venir.

A son détriment, on parle de plus en plus de son inexpérience politique. On dit de lui qu’il n’est pas connu d’une grande chapelle politique et qu’il est peu connu du grand public. Certes, l’entrepreneur hors pair, qu’il représente, et qui a déjà fait valoir ses galons dans de nombreuses rencontres internationales, tant au Mali qu’à l’extérieur, n’est pas le chouchou du public, en tant que tel. Mais, voilà, ce n’est pas en soi un handicap insurmontable qui doit empêcher ce capitaine d’entreprise, fort en management des hommes et des institutions, à faire prévaloir ses qualités d’actions et d’initiatives pour la transformation structurelle de notre pays, pour les années à venir.

Et c’est de là qu’il s’agit, pour les enjeux du futur : le Mali, ce grand pays à potentialité économique énorme doit pouvoir se développer par ses propres atouts, en comptant sur ses hommes et la bonne disposition de ses institutions. Et c’est justement là où l’apport de ce créateur de richesses peut être décisif pour le futur du Mali.

Il lui sera une grande opportunité de s’engager, pour le futur de son pays, s’il réussit à se tisser un faisceau de relations politiques importantes, comme déjà il en a l’étoffe, tant dans son pays qu’à l’extérieur, en se montrant, en toute circonstance, comme ce nouveau challenge, ayant une profonde et parfaite maitrise des enjeux de développement tous azimuts, auxquels son pays est soumis, et sur la concrétisation desquels son apport intrinsèque est un atout capital pour sa candidature prochaine.

Ailleurs, des parfaits inconnus au grand public ont provoqué l’onde de choc dans les joutes politiques, en se rendant incontournables dans la gestion des affaires publiques. Opérateurs économiques, acteurs sportifs, magnats des affaires, artistes chevronnés, généralement peu enclins au clivage populaire, ont pu tirer leur épingle du jeu, lors des compétitions électorales importantes, à l’issue desquelles ils ont pu s’imposer comme de véritables champions politiques, remportant tout sur leur passage.

Pourvu qu’il gagne davantage en confiance sur le terrain, en allant à l’écoute de ses compatriotes, partout sur les quatre coins du pays, pour découvrir, avec eux, le poids de leurs ambitions pour leur pays, Seydou Coulibaly, le patron de Cira, ce parfait connaisseur des arcanes économiques et financiers, à l’échelle du monde, peut être une alternative crédible, pour le Mali, en termes de plus-value opérationnelle et structurelle à imprimer pour la refondation du pays.

Comme quoi tout est ouvert, pour lui, pour le grand rendez-vous face à l’histoire…

 

Oumar KONATE

Commentaires via Facebook :

2 COMMENTAIRES

  1. Ce monsieur n’a rien fait au Mali. Il a certes des milliards depuis des années mais on a entendu aucun geste de sa part envers les plus démunis à Bamako qu’à l’extérieur.
    C e genre de personne n’aime pas le Mali car il n’a fait que des réalisations au Canada et une bonne partie de l’argent sert à financer ce pays au détriment du Mali.
    Il a des maisons partout au Canada, il paye les impôts labas, etc…..
    Vous savez les maliens doivent maintenant ouvrir les yeux et aimer le Mali.
    Vous ne verrez jamais un senegalais, un ivoirien même très riche aller investir autant au Canada, dans ces pays la. Les cas de GOUDAIBY au senegal est là, il a dit que tous ces investissements seront au Senegal.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here