Primaires de l’ADEMA-PASJ : Les cracks, les demi-cracks et les tocards

0

Depuis le lundi dernier, 20 juin, on connaît les postulants à la procédure devant aboutir au choix du candidat de l’ADEMA-PASJ aux futures élections présidentielles de 2012. Ce sont au total huit dossiers de candidatures qui ont été enregistrés au niveau du secrétariat permanent du parti. Huit candidats, un seul poste. Une compétition interne ouverte qui verra s’opposer les personnalités les plus connues de l’ADEMA-PASJ aux militants de base qui nourrissent des ambitions nobles pour leur parti. Qui sont-ils réellement et quel est leur poids politique dans la ruche ?

Les cracks :                                                                                                                             
Deux  candidatures se détachent nettement  des autres à cause de leur sérieux et surtout de leur envergure nationale. Cette position de grand favori de ces primaires revient au président du parti Dioncounda Traoré et son premier Vice-président Ibrahim N’Diaye, plus connu sous l’appellation de Iba N’Diaye.

Dioncounda Traoré :  
                                                                             
   L’enfant de Nara est annoncé comme le grand favori de ces primaires pour deux raisons fondamentales : sa longévité à la tête de l’Adema-PASJ et surtout depuis 2007 à la tête de l’Assemblée Nationale. Le trésor de guerre qu’il a pu amasser lui permet aujourd’hui de manœuvrer, pourquoi pas d’instrumentaliser, les structures de base du parti en sa faveur.  

Est-ce pour cette raison que beaucoup de voix dans la Ruche plaident pour le compromis autour de sa personne. Compromis  et non consensus, un amalgame qu’il faut éviter.                                                                                          

 La tenue même de ces primaires ne constitue-t-elle pas un échec cuisant pour le professeur Dioncounda Traoré qui est à la tête de l’Adema-PASJ depuis bientôt 11 ans? Est-ce parce qu’il n’a jamais pu s’imposer comme un vrai leader politique que les Abeilles n’ont jamais voulu faire de lui leur candidat naturel? Si on ajoute à ces deux arguments, sa gestion opaque des fonds du parti, il y a de forte chance que le réveil soit brutal pour le professeur au soir du 30 juillet prochain, jour de l’investiture du candidat de l’Adema-PASJ à la présidentielle de 2012.      
          
   IbaN’Diaye:                                                                                                            
    Après une première tentative ratée en 2002 où il avait désisté au profit de feu Mandé Sidibé lors des primaires, l’ancien Maire du District de Bamako revient dix ans plus tard avec des ambitions affichées : devenir enfin le porte-flambeau de son parti, Adema-PASJ,  lors des présidentielles de2012.                                                                                               
   

Militant bon teint et artisan principal de la dynamique actuelle de la Ruche, Iba peut aujourd’hui compter sur  sa base de Kayes et de nombreux soutiens à Bamako comme à l’intérieur du pays pour remporter hauts les mains ces primaires ADEMA.                                                                                                          
   

A la différence des autres candidats en course, l’actuel 1er vice président de l’Adema-PASJ nourrit de réelles ambitions pour son parti. Il est en effet porteur d’un paquet de projets qui seront très bénéfiques pour la création d’emplois et aussi de valeur ajoutée. 
                                                                          
LesdemiCracks :                                                                                                    
 Seul l’ex-Ministre  du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées peut prétendre aujourd’hui véritablement à ce statut. Comment peut-il en être autrement d’ailleurs si on sait que Sékou Diakité, malgré son jeune âge, est membre fondateur de l’Adema-PASJ. Son parcours politique peut aussi plaider largement en sa faveur. Secrétaire à la communication du Comité Exécutif de l’Adema-PASJ, il s’est confortablement installé dans le fauteuil de 2e Vice-président du parti lors du dernier congrès de 2008.      
                                                                  
Dans cette bataille, Sékou Diakité peut compter sur de nombreux  soutiens. D’abord sur le mouvement des femmes et sur celui des jeunes de l’Adema-PASJ. En outre, sur ses liens très étroits avec l’ancien président Alpha Oumar Konaré qui, selon certaines indiscrétions, serait aujourd’hui son parrain. Et enfin,  sur Me Abdoulaye Garba Tapo, 8e Vice-président, du Député de Mopti, Kassoum Tapo, Secrétaire chargé des affaires juridiques et de l’ex-Ministre Mme Fatoumata Guindo, Secrétaire chargé de l’emploi et de la promotion de la jeunesse, tous des responsables du RND qui ont fait leur entrée au CE de l’Adema-PASJ suite à la fusion entre les deux formations politiques.                                                      
 

Mais, son jeune âge ne constitue-t-il pas un handicap majeur pour ses ambitions? Le peuple ADEMA accepterait-il de lui donner une si lourde charge à 46 ans seulement? Toute la question est là.                                                    

Ses manœuvres au moment du débat sur le report des primaires suscité par les pro-Modibo Sidibé sont restées à travers la gorge de beaucoup d’adémistes bons teints. Et ces derniers, sont aujourd’hui ses plus grands détracteurs.                                                                                                                      
 Les Tocards :                                                                                                             
      Il s’agit de tous les autres qui se sont lancés  à corps perdu dans ces primaires sans véritable ambition. Leur objectif, c’est de sortir de l’anonymat. Le plus célèbre d’entre eux est sans nul doute Harouna Bouaré, Secrétaire politique adjoint de la section de la commune IV de l’Adema-PASJ et non moins Secrétaire chargé de la sous section de lafiabougou. Là s’arrête tout le parcours politique de Harouna Bouaré qui, faut-il souligner, peine à s’imposer dans sa propre commune.                    

Quant aux autres, Tiéoulé Koné, un agent de la présidence de la République et non moins militant de base de la section de Kati, de Ousmane Traoré de la section V de Youssouf Kamaté, consultant travaillant à Sadiola, on peut dire qu’ils sont dans ces primaires uniquement pour amuser la galerie.                                                                             

On ne peut clore ce chapitre des tocards  sans faire référence à la candidature de l’actuel secrétaire général du parti Marimanthia Diarra.  Son attitude, a en effet surpris plus d’un dans la Ruche. Pourquoi s’est-il lancé dans la course sachant bien qu’il n a aucune chance de passer. Toujours est-il que Marimanthia ne pèse plus lourd dans la configuration actuelle de l’Adema-PASJ.                                                                                      
 Birama FALL            

Commentaires via Facebook :

PARTAGER