Présidentielle 2012 / Descente du Républicain dans les sièges de partis politiques

0

 A cinq mois de l’élection présidentielle, pour voir l’ambiance qui règne au siège des partis politiques, nous avons fait le tour de quelques uns d’entre eux, le mardi après midi et mercredi matin. L’atmosphère générale dans les sièges ne traduit pas l’effervescence. Mais certains s’y mettent. Reportage dans l’univers des partis politiques.

Parti pour le développement économique et la solidarité (Pdes), siège à l’Aci 2000. C’est l’après midi, nous trouvons sur place, Lassine Diawara, conseiller à la communication du parti. Qui est le candidat présumé pour porter les couleurs du Pdes aux élections 2012 ? A-t-il commencé les préparatifs ? Comment le parti s’y implique-t-il ? Gentiment, il essaie de répondre à nos questions. Il indique qu’il n’y a pas de candidat choisi pour l’instant, mais cela ne saurait tarder. De son point de vue, la première convention du parti est prévue les 17 et 18 décembre 2011 dans la salle polyvalente du stade du 26 mars de Bamako. Cette convention aura pour but « de mettre le bureau définitif en place » car jusqu’à présent il y a un bureau provisoire qui dirige le parti. Il a rappelé que le Pdes a un an et quelques mois d’existence, mais que le parti est implanté dans les huit régions et les quarante neuf cercles du Mali. Il a souligné que son parti est la troisième force politique du Mali après l’Adema Pasj (Parti Africain pour la Solidarité et la justice) et l’Urd (Union pour la république et la démocratie). Les locaux que le parti occupe appartenaient au Mouvement citoyen. A la création du Pdes, le nom du siège social a tout simplement changé. Pour notre interlocuteur, l’heure est aux préparatifs de la première convention du parti. Le Pdes fera-t-il l’unanimité autour d’un candidat ? Pour Diawara, « il n’y a pas de certitude en politique…». Les ambitions du parti pour le développement économique et la solidarité (Pdes) c’est d’avoir le pouvoir, mais le parti peut s’ouvrir à d’éventuelles coalitions.

Après le Pdes, notre équipe de reportage fait cap sur le parti ‘’Yelema’’ du jeune Moussa Mara. Il va cependant falloir que nous y revenions prochainement, car seul le gardien du siège était présent. Le siège n’était pas animé mais le gardien nous a fait savoir qu’il  y aurait une réunion dans la nuit. Comment à cinq mois des échéances électorales, un parti comme Yelema dont le président a déjà été investi par le parti come candidat à la présidentielle, n’a pas une permanence assurée à des heures comme 16h 30mn ? Nous ne sortons pas plus fortuné au siège du club des amis du Dr Cheick Modibo Diarra, président du parti RPdM (Rassemblement pour le développement du Mali) situé à côté de Malifoot à l’Aci.

Puis, nous voilà au siège du MIRIA à Bolibana, non loin de la Radio fr3. Deux responsables du parti en vue. Il s’agit du Secrétaire général du parti Hamidiata Ouattara et son adjoint. Là on a du mal à se retrouver car nous n’avons remarqué aucun emblème indiquant le siège du parti de feu Mamadou Lamine Traoré.

A Bamako-Coura où nous nous sommes rendus ensuite, une réunion était programmée par le parti de l’abeille. En vue des préparatifs de cette réunion, le jeune et ancien ministre Sékou Diakité était à l’œuvre, grimpant les escaliers avec une célérité qui nous laisse croire que l’Adema est dans les grandes combinaisons en vue de prendre le pouvoir en 2012. 

Retour de notre équipe de reportage à Bolibana, rue Soundiata. Le panneau bleu au bélier blanc est visible à 100 m et le portail ouvert. Il est 18 heures. Restait à faire le constat de présence de responsables du parti. Au siège du Parti pour la Renaissance nationale (Parena) la présence deux vétérans du parti du bélier blanc, Me Amidou Diabaté, Vice président et Djiguiba Kéita dit PPR, Secrétaire général du parti, et non moins ministre de la jeunesse et des sports, mais aussi de nombreuses autres personnalités du parti était assez indicatrice pour nous. Ils sont sans doute sur des stratégies de préparation des élections présidentielles de 2012. Une rencontre des jeunes du parti était prévue, selon Baguiba BAH, secrétaire général de la jeunesse du Parena.

Le lendemain mercredi matin, cap sur le siège de l’Urd (Union pour la République et la démocratie) aux environs de 10 heures. En vue, Modibo Camara, secrétaire à la communication du parti. Lui se veut légaliste et déplore l’affichage publicitaire de certains hommes politiques alors que la campagne proprement dite n’a pas commencé. Au niveau de l’Urd, les préparatifs sont en cours car la semaine dernière le parti a fait une sortie à Ansongo. L’Urd, le parti qui a déjà investi son candidat Soumaïla Cissé, aura un siège spécial en plein cœur de l’ACI 2000 à Hamdallaye pour la campagne électorale. Selon lui, chaque six mois, le parti tient ses conférences régionales. A l’en croire, le parti est la deuxième puissance politique du pays car il est représenté dans les huit régions et les quarante neuf cercles du Mali aussi bien qu’à l’extérieur avec 20 sections. L’une des actions qui entre dans les préparatifs est l’identification des sections où il y a des problèmes pour pouvoir les résoudre car le pays est très vaste, a-t-il dit. Modibo Camara a signalé que chaque lundi le secrétariat exécutif de son parti fait des réunions et évoque des problèmes à résoudre. Il n’a pas manqué de dire que le programme de campagne du candidat du parti est en cours d’élaboration.

Au siège du CNID Faso yiriwaton, le permanent adjoint Modibo Konaté était seul à veiller  au poste. Selon lui, une importante réunion du parti aura lieu le jeudi à 18 heures au siège du parti à Niarela.

Au siège du parti Um-Rda à l’Hippodrome, c’est le président du parti Bocar Moussa Diarra lui-même qui nous a reçus. L’Um-Rda fait partie de la coalition IBK Mali 2012. Il a souligné que son parti est le fruit de la fusion Us-Rda, Bdia faso Jigi et Mali Jô Ton (Mjt). L’Um-Rda est le patrimoine du Mali, nous dit-il.

Au siège de Rpm (Rassemblement pour le Mali) toujours à l’Hippodrome, la mobilisation était perceptible, nous avons été accueillis par des jeunes du parti qui nous orientent vers Mamadou Diarassouba, Secrétaire à l’organisation du parti.  Cet interlocuteur a tenu à nous témoigner  du bon fonctionnement du Rpm. La conférence régionale du parti est prévue le week-end prochain à Koutiala (Sikasso). En attendant, c’est la sérénité qui règne au siège du parti. On a besoin d’un homme fort comme Ibrahim Boubacar Kéita pour pouvoir bâtir un Etat fort, a-t-il dit. Diarassouba a fait savoir que beaucoup de regroupements sont en train d’adhérer au parti Rpm dont « les portes sont grandement  ouvertes pour d’autres adhésions. Le moment est venu, waati se ra », a-t-il conclu. Au siège du parti du tisserand, on se rend compte que les élections se préparent sereinement. Le siège donnait l’impression d’être un service public dont le personnel était présent et en mouvement aussi bien dans la cour que dans les bureaux.

Vers 13 heures 20 minutes hier, nous sommes au Parti Sadi (Solidarité Africaine pour la démocratie et l’indépendance) où Mamadou Dembélé, président de la commission contrôle était présent. Le parti est dans les préparatifs qui se font normalement. Selon Mamadou Dembélé, le parti SADI est implanté dans les huit régions et les quarante neuf cercles du Mali, ainsi qu’à l’extérieur du pays notamment aux Etats Unis d’Amérique. 

Moussa Samba Diallo et Aguibou Sogodogo

Commentaires via Facebook :