Présidentielle à l’Adema-Pasj : Les pro-modibo isolés

0

Le comité exécutif de l’Adéma refuse toujours de sanctionner les soutiens de la candidature de Modibo Sidibé qui provoquent des remous en son sein. Il a plutôt décidé d’isoler ces militants « indisciplinés » qui s’agitent depuis plusieurs mois au sein de plusieurs structures locales à Bamako, Ségou et Sikasso au profit de l’ancien PM. Pour la mise en place de son état major de campagne, le parti majoritaire les a tous mis en quarantaine.

 La  direction nationale de l’Adema-PASJ continuera de gérer la question du soutien de certains de ses membres et militants à la candidature de l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, notamment à Bamako, Ségou et Sikasso. Ainsi, la section des jeunes de la commune III fait l’objet de querelles malgré la suspension depuis le 7 juillet 2011 au cours d’une réunion extraordinaire, du secrétaire général, le Dr. Faran Sinaba et son secrétaire adjoint aux finances, Mody Sidibé pour activités fractionnelles. Il leur est  reproché d’être des pro-Modibo Sidibé et d’aller à contre courant de la position du parti qui a déjà investi Dioncounda Traoré pour la présidentielle de l’année prochaine. Ceux-ci se défendent en arguant  que le 24 mars 2011, c’est à l’unanimité que la section des jeunes de la commune III avait adressé une correspondance au secrétaire général de la section, Adama Sangaré pour l’informer de la décision prise par elle lors de sa réunion extraordinaire du 23 mars 2011 au siège du parti à N’Tomikorobougou de soutenir la candidature de Modibo Sidibé.

Il en est de même dans d’autres structures locales comme à Ségou où des membres de la section travaillent pour l’ancien PM le candidat de l’Adéma-PASJ. Et le trésorier général de la section de la capitale des balanzans ne cache plus ses activités de soutien à Modibo Sidibé. A Sikasso, des responsables ne jurent toujours que par l’ancien collaborateur des présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré. Et ceux-ci auraient la bénédiction  du ministre Tièmoko Sangaré qui a été accusé, il y a quelques mois, lors d’une réunion du comité exécutif d’avoir  extorqué la signature des secrétaires généraux sans passer par les conférences nationales pour réclamer un report des primaires, donnant ainsi le temps et les moyens d’imposer »le frère régional » qui bénéficierait également des faveurs de l’Adéma-PASJ dans sa ville natale de Bafoulabé.

 Dioncounda refuse de sanctionner les indélicats militants.

 Comme quoi, son spectre continuera à peser sur le parti majoritaire qui est quand même arrivé à se soumettre à un exercice démocratique pour choisir son candidat pour l’élection présidentielle de 2012. Un choix responsable, mais dont il faut gérer les conséquences jusqu’au bout. Avec beaucoup d’intelligence, soulignent les proches du candidat investi, Dioncounda Traoré qui refuse d’ailleurs de prendre des sanctions contre les leaders et les militants indisciplinés. Il a refusé de suivre la logique d’exclusion des pétitionnaires de la commune III qui demande la tête de l’actuel maire du District de Bamako. Tout de  même, des mesures ont été prises pour éviter que leurs agissements ne nuisent pas beaucoup au fonctionnement du parti et à la conduite de la campagne présidentielle. La direction mise en place la semaine dernière pour cette bataille électorale a entériné  la mise à l’écart de tous les proches de l’ancien PM.

Après avoir confié les postes-clés de la direction de campagne à ses véritables soutiens, Dioncounda Traoré a presque ignoré Zoumana Mory Coulibaly, pourtant grand concepteur du budget de campagne de 7 milliards de FCFA en décembre dernier et le maire du district de Bamako, Adama Sangaré, le secrétaire à l’organisation du comité exécutif. « Nous ne pouvons pas mettre des adversaires au cœur  de notre stratégie pour qu’ils nous combattent. Nous avons tiré les leçons de la mésaventure de 2002 au cours de laquelle notre candidat avait  été trahi par ceux-là même à qui il avait placé entièrement sa confiance. On ne va exclure personne pour qu’ils se donnent bonne conscience», explique un des soutiens de Dioncounda Traoré dans la région de Ségou. Il ajoutera d’ailleurs pour conclure que « nous savons que nous n’aurons pas avec nous tous les militants de l’Adema, mais il faut faire avec ». Comme quoi, le candidat officiel du parti majoritaire et ses proches ne se font pas beaucoup d’illusions.

Abdoulaye Diakité

 

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER