Rencontre IBK- Soumi: Quels enjeux? Décryptage avec l’écrivain Mamadou Diallo

4

Dans la nuit du mardi au mercredi 27 février 2019, le président malien Ibrahim Boubacar Kéita et son « cadet», Soumaila Cissé le chef de file de l’opposition se sont rencontrés au palais de Koulouba. C’est une première depuis la réélection du chef de l’État, sur fond de crispation politique et de tensions sociales exacerbées. Mamadou Diafara Diallo , l’auteur du Mali Contemporain : fragilités et possibilités,  un observateur avisé de la scène politique malienne nous décrypte cette rencontre aux enjeux multiples. Il est interrogé par Maliweb.net

Maliweb.net : Que peut-on  attendre de la rencontre entre IBK et Soumaila Cissé en termes de décrispation de la situation politique?

Mamadou Diafara Diallo : Cette rencontre était devenue inévitable pour la décrispation de la situation au niveau national. Il n’est pas possible de faire face à tous les défis (mise en œuvre de l’accord, nombreuses réformes institutionnelles, la gestion des grognes sociales et la relève de la situation économique ).Tout en verrouillant l’espace politique. Cette rencontre est un début.

D’autres certainement suivront avec les religieux et autres.

Ce serait un énième rappel de la nécessité d’une union sacrée autour de la patrie. Mais cette rhétorique ne suffira pas. Il  va aussi falloir faire des propositions concrètes.

Quels impacts sur la crise socio-économique?

Le seul fait de vider le fameux contentieux va satisfaire une bonne partie de la population en ce qui concerne la bonne foi du président de la République. La rencontre va aussi donner du souffle à une opposition qui sentait l’usure également.

Je pense qu’on s’attendrait à des changements dans les prochains jours. Que  ce soit au gouvernement ou dans d’autres institutions de la République une ouverture va s’opérer.

La diplomatie malienne pourrait en récolter quelques fruits. Nos voisins soutiens de Soumaïla mais aussi d’autres plus loin y verront une bonne évolution de la situation. La règle : l’ami de mon ami est mon ami va commencer à faire son effet.

Après Soumaïla et la classe politique ce serait facile de rapprocher les familles fondatrices pour éviter le clash avec Dicko et alliés. On va sans doute voir un nouveau PM arriver aux affaires pour satisfaire ceux qui grognent.

Les maliens vont saluer cette initiative et se dire que  IBK serait dans la peau du faiseur de paix.

Le Premier ministre est présenté comme un  vas-t-en guerre.

Les scénarios possibles de sortie de crise?

Beaucoup de tractations les semaines à venir. Avec la possibilité de voir l’ URD et le RPM faire alliance contre l’ ASMA.

Donc beaucoup d’options ouvertes. L’impact sera positif : sur le plan de l’affichage politique, la sensibilisation de l’opinion nationale, rassurer les investisseurs éventuels.

L’héritage de l’ADEMA pourrait se reconstituer sans oublier un acteur important de la scène Dioncounda Traoré.

Propos recueillis par Aly BOCOUM/Maliweb.net

Commentaires via Facebook :

4 COMMENTAIRES

  1. Pourquoi pas une cohabitation à la Malienne Souni premier ministre deux projets de société deux visions réunies pour sauver enfin le Mali.Le Mali a aujourd’hui besoin d’un PM en temps de crise profonde qui rassemble tous les maliens au dèlas de nos divergences le MALI.

  2. C’est toujours une bonne chose si les maliens se rencontrent pour se donner la main afin de batir un Mali uni, solide et fort!!!
    Le PM SBM est une partie integrante de cette reconciliation nationale qui est obligatoire pour la survie de notre faso! LE PRESIDENT IBK CONTINUE A’ TENDRE LA MAIN FRATERNELLE A’ TOUTES LES MALIENNES ET TOUS LES MALIENS DESIREUX DE LA PAIX ET L’UNITE’ AU MALI!!! C’EST TANT MIEUX SI SOUMAILA CISSE’ DECIDE DE LA SAISIR!!!!
    LE PM SBM NE DOIT EN AUCUN CAS ETRE SACRIFIE’! IL ETAIT TRES IMPORTANT DANS LA VICTOIRE D’IBK POUR LE SECOND MANDAT. IL NE DOIT PAS ETRE ABANDONNE’ AU PROFIT QUE CEUX QUI ONT TOUJOURS DEMANDE’ LA TETE DU PRESIDENT! LA RECONCILIATION NATIONALE DOIT SE FAIRE AVEC TOUTES LES MALIENNES ET TOUS LES MALIENS!!!!

    NB.
    Au frere Chouala,
    Nous les Coulibaly ne sommes jamais des … WALIDJOUW. Nous preferons nos KOMOW!!! Je te conseille de laisser la soeur Assetou Coulibaly en paix! Je ne la connais pas mais a’ partir de son nom de famille, il est evident qu’elle et moi avons le meme sang dans nos veines! JE LA DEFENDS!!!! LA PETITE EST TRAUMATISE’E. IL FAUT LA LAISSER EN PAIX!!!!
    CHOUALA, VOUS ET MOI SOMMES TOUS DEUX DES SUPPORTERS D’IBK! MAINTENONS CETTE ALLIANCE. JE SAIS POURQUOI RAS DIAL A AGI AINSI.
    INA ALLAH GHAVOUR WA RAHIM!!!!!

  3. les responsables de ce département de se ressaisir et surtout au nouveau syndicat dudit ministère DORES ET DEJA , de se résoudre à défendre les intérêts des travailleurs et à les protéger contre les abus et les injustices qui tuent l’administration et divisent les travailleurs.
    Affaire à suivre

  4. MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES : LES MEDAILLES DE LA FARCE

    l’injustice et la brimade à l’encontre des cadres qui ont décidé contre vents et marées de maintenir leur dignité et de rester debout et fiers face à l’injustice et au clientélisme, continuent encore de plus belle au Ministère des Affaires étrangères comme en témoignent les récentes décorations dans ledit département où des cadres plus jeunes ; moins expérimentés et de loin moins compétents ( la plupart ayant à peine franchi la deuxième classe de la catégorie A) se sont vus attribuer des distinctions honorifiques de ‘chevalier de l’ordre national’ pendant que leurs ainés non moins directeurs, Conseillers techniques et même anciens ambassadeurs des services centraux et des Missions diplomatiques et Consulaires, sont tout simplement ignorés . Parmi les heureux « chevaliers sans chevaux » de 2019 figurent même deux agents qui ont servi successivement l’un comme secrétaire et l’autre comme chef de département sous le Directeur d’un des services centraux du ministère qui a été tout simplement et superbement ignoré.
    L’on en vient à se demander comment de telles décisions peuvent être prises par la hiérarchie de ce département au mépris des règles les plus élémentaires de gestion du personnel et des pratiques en vigueur
    Se sont- ils mis un seul instant à la place de ces braves cadres ainsi brimés et ostracisées et pendant combien de temps se permettront-ils de fouler au pied les principes d’équité et de justice ?
    Il y a lieu de rappeler qu’une première vague de ces jeunes avait déjà été nommée par l’ancien ministre Diop dans les services centraux et dans les ambassades du Mali notamment à Addis Abeba, New- york et Washington qui Ministre conseiller, qui ambassadeur, en lieu et place de leurs ainés d’age et de profession qui attendaient, et en violation flagrante du Plan de carrière dudit département déterminant les modalités d’accès aux fonctions et emplois dans les services centraux et les missions diplomatiques. Ces nominations avaient suscité de vives protestations de la part du bureau syndical d’alors, lequel avait même esté le ministre en justice.
    Puisque ces cadres de par leur éducation ont décidé malgré tout de maintenir leur calme et leur sérénité dans la dignité, il est grand temps pour les

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here