RPM-URD : La campagne présidentielle en marche

2

Que des médias sénégalais tentent de ternir l’image du chef de file de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé, passe encore. Mais que le RPM, parti au pouvoir, veuille tirer le meilleur parti de ce qui n’est ni plus ni moins qu’un ‘’non événement’’, cela ne peut relever que de l’amnésie politique. Sans préjuger du fond de l’affaire accusant le président de l’URD, un certain nombre de faits sont là, qui montrent à suffisance le caractère farfelu des accusations portées. D’abord, l’article publié dernièrement n’est qu’une vieille sauce datant de 2012, donc avant la dernière présidentielle malienne. Ensuite, la BCEAO n’est pas une institution qui travaille avec  les particuliers. Si l’on ajoute à tout cela les résultats obtenus par Soumaïla Cissé à la Commission de l’UEMOA, qui lui ont valu les félicitations des chefs d’Etat, il y a de quoi s’interroger sur les motivations réelles de la diffusion d’un tel article pour la deuxième fois. Et quelque deux ans avant la prochaine présidentielle au Mali… Est-ce dans la perspective de ce prochain scrutin que ‘’Le Bureau Politique National du RPM interpelle vivement Monsieur Soumaïla Cissé… ?’’ Tout porte à le croire. La démarche aurait été acceptable venant d’un parti en mesure de donner des leçons en matière de bonne gouvernance. En la matière, le RPM et le pouvoir en place se sont jusque-là illustrés de la pire des façons. Aussi, un bref rappel nous paraît-il nécessaire pour parer à l’amnésie qui semble frapper le BPN-RPM. Entre autres, il y a eu l’affaire Tomi qui implique pas mal de choses dont l’achat de l’avion présidentiel, selon Mediapart. Il y a le marché d’équipements-ou plutôt d’habillements-de l’armée qui a impliqué des plus proches collaborateurs du président de la République, jamais inquiétés à ce jour. Il y a eu les marchés douteux d’engrais frelaté et de tracteurs jamais élucidés, etc. La liste est longue et tout cela s’est passé en trois ans environ, l’achat de l’avion étant intervenu à moins de trois mois du pouvoir IBK. Si malgré toutes ces évidences, le RPM veuille en rajouter à la farce de médias sénégalais, c’est à se demander si la campagne pour la succession d’IBK n’a pas démarré. Sauf que le RPM a raté le coche cette fois.

S .Haidara

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Eh bien, Tienkafo, qui n’est pas malien, nous le sommes tous et nous sommes tous issue d’une formation ou d’une société. Es-ce-que s’il y’a un mauvais membre de ta famille d’origine, cela te rend aussi mauvais alors meme que vous avez les memes gènes.
    IL faut reconaitre que tout n’a pas été mauvais sous l’ADEMA, bien que c’était des apprentis démocrates. ET alors pourquoi imputé les erreurs, les fautes,les échecs et les manquements de tout une société à une personne? IL faut louer aussi les bonnes actions.
    Qu’avez-vous peur? Du changement? De la rigueur et de la discipline dans la gestion de l’état? De la promotion de l’exelence? Du banissement de la corruption? De l’arret systématique du détournement de déniés publics.
    NOUS VOULONS UN PRESIDENT POUR LE MALI, MAIS PAS POUR UNE FAMILLE, NI POUR UN CLAN.

  2. Que ce cas soit vrai ou non je ne n’en sais rien, mais Soumaila CISSE n’est pas du tout au-dessus de telles pratiques. Ce sont les gens du Grand ADEMA, connu pour les detournements, le népotisme, l’affairisme, l’enrichissement illicite. Le Grand ADEMA comprend l’ADEMA actuel, le RPM actuel, l’URD actuel. Ceux qui voulaient plus d’honnêtété dans la politique ont formé le MIRIA, sans être exemplaire dans la gestion.

Comments are closed.