Silence de carpe et démissions au sein de la majorité : Où sont les soutiens du Président de la République ?

5

Ils étaient très nombreux, les associations, partis politiques et Mouvements religieux, à élever la voix pour non seulement dénoncer cette propension pour le M5 RFP de se targuer d’être le représentant légitime du Peuple, mais aussi pour soutenir sans ambages les institutions de la République à commencer par la première. Après plusieurs tentatives infructueuses de mobiliser la foule, certains leaders des Mouvements de soutien à IBK   se sont tus, tandis que d’autres ont pris la poudre d’escampette pour rejoindre le Mouvement du M5 RFP. Le mur de la Majorité s’est tellement  fissuré qu’il laisse transparaitre non seulement les divergences entre ses membres, mais aussi et surtout expose  les entrailles éparses du pouvoir qui semble être à son  crépuscule. La CFR, la CPM, l’EPM, l’ARP, l’Association pour la défense des valeurs traditionnelles ont-ils capitulé face à la machine  mobilisatrice du M5 RFP ? Ces mouvements ne faisaient-ils pas du boucan pour rien ?

Le Président de la République semble comprendre que ceux qui se font passer pour ses fervents  soutiens, ne sont  non  seulement pas capables de mobiliser, mais aussi et surtout sont, pour la plupart, des opportunistes en quête des dividendes et des strapontins. Ils se sont tus comme des carpes au moment où le Président de la République a le plus besoin d’eux pour équilibrer un peu le jeu politique.Si certains ne cachent plus leur pessimisme, d’autres sont tout simplement sur le point de rejoindre le Mouvement du 5 juin.

Le bateau de la Majorité se vide dangereusement alors qu’il navigue sur des eaux tumultueuses. Ce qui est aberrant c’est le mutisme des anciens ministres, qui partagent le bilan de sept ans de gouvernance. Seuls Amadou Koîta, Harouna Modibo Touré et Raky Talla  se sont battus un moment avant de lâcher devant la machine infernale du M5 RFP qui casse tout sur son passage. Les autres anciens ministres ont opté pour le silence et pourtant certains devraient accepter de  partager la souffrance que le régime endure. Notamment Mme N Diaye Ramatoulaye  Diallo, ancienne ministre de la Culture,  Mme Traoré Zeinabou Diop, celle des Travaux publics, Mohamed Ag Erlaf,  du commerce et de la concurrence, Moulaye Ahmed de l’Agriculture, pour ne citer que ceux-ci. Ces anciens  ministres qui ont fait des longues années au gouvernement ne devraient pas rester muets et inactifs quand le régime vacille.

Quant aux autres soutiens,  soit ils  se résignent impuissamment face au M5 RFP ou bien ils  virent à 180 degré à l’autre camp pour avoir une couverture en cas de chute.C’est le cas de Jeamille Bitar et d’autres. Un troisième groupe vient de voir le jour et il est composé d’Aliou Boubacar Diallo et Housseyni Amion Guindo. Ces deux fins calculateurs politiques ont décidé de s’éloigner d’IBK  pour ne pas être complice de ses bourdes.

En définitive, l’horizon semble se noircir davantage  pour IBK et ses soutiens.Et jusque-là, s’il n’est pas  resté seul c’est parce que certains espèrent toujours qu’il reprendra la main et ferait leur promotion. Le réveil risque d’être brutal pour ces vendeurs d’illusions.

Youssouf Sissoko

Commentaires via Facebook :

5 COMMENTAIRES

  1. Animata ou Aminata! ton Boua le ventru IBK est une honte nationale et Africaine, il a commis des crimes contre l’Humanite et doit repondre devant la CPI et tres vite, car Fatou l’attend de pleins pieds a la Hayes.

  2. Honte à ceux qui étaient à ces manifestations , qui ont appelés a brulé l’assemblée ils font la honte du Mali

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here