Transition : Le PRVM FASOKO propose une durée de 18 mois et un civil comme Chef de l’Etat

0

Le Bureau exécutif national du Parti pour Restauration des Valeurs du Mali (PRVM FASOKO), sous la houlette de son secrétaire général, Yaya Coulibaly, a animé un point de presse le jeudi 3 septembre dernier au siège dudit parti sise à la Cité Unicef. Objectif : donner la position du parti sur la situation sociopolitique actuelle du pays et  faire des propositions concrètes pour une Transition réussite avec une durée maximum de 18 mois dirigée par un civil. C’était en présence de plusieurs autres responsables et militants de PRVM FASOKO.

Dans sa déclaration, le secrétaire général de PRVM FASOKO, a précisé qu’à la suite d’une réunion tenue le mercredi 2 septembre 2020 sur la situation actuelle du pays que son parti a décidé, conformément à son engagement de contribuer à la consolidation de la paix et de la cohésion sociale au Mali, de donner sa position par rapport à la gestion de la Transition au Mali. Soucieux de la réussite de la Transition, le PRVM Fasoko par la voix de son secrétaire général, Yaya Coulibaly, propose entre autres organes, la mise en place d’un Conseil national de Transition, une présidence de la Transition de 18 mois dirigée par un civil faisant office de Chef de l’Etat, une Assemblée constituante et un Gouvernement d’une nationale.

Selon Yaya Coulibaly, les objectifs de ces organes de Transition seront de mettre en place un Gouvernement d’union nationale pour conduire l’action publique et organiser les élections générales et référendaire. Les missions des organes de la Transition, selon les propositions du parti PRVM Fasoko sont, entre autres : assurer la défense et la sécurité sur l’ensemble du territoire national ; renforcer l’état de droit et garantir les conditions favorables à un jeu démocratique ouvert et transparent. Gérer le front social, notamment la crise scolaire ; organiser une concertation spéciale pour la révision de certaines dispositions de l’Accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger ; commencer la mise en œuvre des conclusions et résolutions du Dialogue National Inclusif ; mettre en place d’un organe unique de gestion des élections ; rendre la justice indépendante et diligenter des enquêtes sur les crimes politiques et économiques figurant au nombre de ces missions.

Par ailleurs, le PRVM Fasoko se réjouit de l’initiative du CNSP d’organiser deux jours de concertations nationales sur la gestion de la Transition. Le PRVM Fasoko, a enfin salué l’engagement de la CEDEAO, l’UA, de la Minusma et des pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU pour une sortie de crise au Mali.

AMTouré

Commentaires via Facebook :

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here