N-Sukala : une irrégularité financière de plus de 8 milliards de FCFA, les faits transmis et dénoncés à la justice par le Végal

1

Le Bureau du Vérificateur général a examiné la gestion de N-Sukala-SA sur la période allant de 2016 au 30 septembre 2019. Les travaux de vérification ont permis de mettre en exergue des faiblesses et dysfonctionnements relevant du contrôle interne ainsi que des irrégularités financières s’élevant à plus de 8 milliards de FCFA. Le Vérificateur général a dénoncé et transmis les faits à la justice.

Plus de 8 milliards de Fcfa d’irrégularités financières. Ce sont les constats faits par le Bureau du Vérificateur général à N-Sukala- SA. Des manquements financiers qui concernent les achats de pièces de rechange non soutenus par des pièces justificatives pour un montant de 38 162 492 Fcfa ; les frais de gestion non payés à l’emprunteur pour un montant de 3 091 872 000 Fcfa ; à la commission d’engagement pour un montant de 1 545 936 000 Fcfa ; les charges d’amortissement non comptabilisées pour un montant de 1 225 455 414 Fcfa ; à la provision pour dépréciation de stocks de sucre pour un montant de 2 157 935 224 Fcfa.

Autres éléments : les achats fictifs de logiciels pour un montant de 29 802 753 Fcfa soit 23 950 318 pour le logiciel de paie et 5 852 435 Fcfa pour le DUA ; les achats de carburant non justifiés pour un montant de 326 774 008 Fcfa ; et enfin les paiements irréguliers d’un prestataire relatifs à la coupe mécanique pour un montant de 500 940 564 Fcfa.

Ces faits ont été transmis et dénoncés par le Vérificateur général au président de la section des comptes de la Cour suprême et au procureur de la République près le tribunal de grande instance de la commune III du district de Bamako, chargé du pôle économique et financier.

Selon le rapport du Bureau du Vérificateur général, consulté par le journal Le Wagadu, les irrégularités financières découlent, d’une part, des manquements aux engagements contractuels notamment le non-paiement des frais de gestion et de la commission d’engagement dus à l’emprunteur «État malien», des paiements d’intérêts indus lors du remboursement des emprunts et, d’autre part, de la constitution de provisions irrégulières, de la comptabilisation irrégulière des charges d’amortissement dans les comptes et des irrégularités dans l’exécution des commandes.

En ce qui concerne les dysfonctionnements du contrôle interne ou irrégularités administratives. Ils  comprennent, entre autres, le non-respect des règles de tenue de la caisse de N-SUKALA par le chef comptable, l’absence d’ouverture d’un compte spécial devant recevoir les fonds des prêts, le non-respect de la réglementation du travail au Mali, le non-respect de l’organigramme, l’absence d’autorisation préalable du Conseil d’administration pour la conclusion des conventions réglementées, entre autres.

Afin de corriger ces dysfonctionnements, la mission de vérification a formulé des recommandations adressées aux responsables de N-SUKALA SA. Toutefois, le Bureau du Vérificateur général se réserve le droit de suivre la mise en œuvre de ces recommandations.

Pour mémoire, il faut noter que la création de N-SUKALA SA est le fruit de la coopération sino-malienne qui remonte au 25 octobre 1960. Elle a permis la réalisation d’investissements considérables dans divers secteurs d’activités économiques au Mali.

Anne Marie Soumouthéra

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. 8 milliards a N-Sukal, et puis 7 milliards a l’EDM, et ensuite les ambassades d’Abu Dhabi, d’Abidjan, etc, ce pays est un pays de voleurs et de delinquents financiers, nous avons besoin de Maliden Kuraw qui sont patriotes, veruexux, citoyens, dignes et honnetes sinon ca ne va pas car depuis que Alpha Omar Konare nous a laisse derriere les fonctionnaires milliardaires, le Mali n’est jamais devenu le Mali de Modibo Keita!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here