Développement du NORD MALI : Ce que Tiébilé Dramé promet de réaliser

0

Le Nord Mali est un enjeu majeur dans notre pays. Le Parti pour la renaissance nationale (Parena) en fait sa priorité et dispose de mesures stratégiques pour un développement durable de cette partie du pays. Le candidat à la pérsidentielle d’avril 2007 du parti du Bélier blanc, Tiébilé Dramé, était face aux associations des ressortissants du Nord et à la presse pour échanger sur le sujet.rn

Dans le cadre de la série de débats sur les questions d’intérêt majeur pour notre pays, le candidat du Parena à l’élection pérsidentielle du 29 avril prochain, Tiébilé Dramé, a chosi d’expliquer son programme sur le développment du Nord. Il a invité le mercredi 28 mars 2007 au CICB les représentants des associations de ressortissants de cette localité en présence de la presse et des représentations diplomatiques.

rn

« Sécurité, stabilité, développement ». Ce triptyque constitue le socle de la politique de développement envisagée par le président du Parena en faveur du Septentrion, s’il est élu président de la République au soir du 29 avril 2007. Une politique fondée en grande partie sur l’unité, la cohésion et l’intégration nationale. Tiébilé Dramé entend sortir de « l’amateurisme, de l’improvisation et du pilotage à vue » qui ont, selon lui, caractérisé l’action gouvernementale ces cinq dernières années. Il se propose de s’investir avec déterminationation, esprit de suite et responsabilité.

rn

Une autre politique est possible

rn

Tiébilé Dramé va du constat selon lequel Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka, ne sont ailleurs qu’au Mali. Il est convaincu que si un autre Mali est possible, une autre politique du Nord est possible et nécessaire pour éviter d’autres convulsions, d’autres crises qui finiront par entamer la stabilité, le développment et la coexistence entre les communautés de notre pays.

rn

« Si je suis élu président de la République, je créerai dès le 9 juin 2007 un grand ministère chargé du Développement des régions sahariennes et sahéliennes afin que les problèmes du Nord soient, chaque semaine, autour de la table du gouvernement. Si je suis élu président de la République, je mettrai en place à la présidence une cellule stratégique chargée de l’unité et de l’intégration nationales », a déclaré le candidat Dramé qui s’est dit choqué par le fait que nos frontières sont devenues des passoires pour des groupes armés étrangers et même pour des armées étrangères sous l’autorité d’un chef de l’Etat, général d’armée de surcroît.

rn

Coopération transfrontalière dans les zones nomades, création d’internats dans les lycées de Tombouctou, Gao et Kidal pour favoriser le brassage entre les générations nomades et celles d’autres régions du pays, la restauration de l’Etat et de sa crédibilité, le renforcement de ses symboles dévalués, la fin de l’Etat insouciant qui fait du Mali la risée de ses voisins, sont des stratégies muries par Tiébilé Dramé. Le chef du Parena pense aussi à l’équilibre des relations entre le Mali et les pays d’Afrique du Nord et ceux du Moyen-Orient. Tiébilé s’insurge contre les types de relations à géométrie variable tantôt avec la Libye en oubliant l’Algérie, tantôt avec l’Algérie en mettant à l’écart le Maroc.

rn

Les conclusions du Forum de Kidal doivent, selon M. Dramé, s’appliquer conformément à la politique d’unité, de cohésion et d’intégration nationales qu’il a prônée.

rn

Reconnaître la spécificité de Kidal

rn

Deux associations de ressortissants du Nord étaient représentées à cette rencontre. Le secrétaire général du Collectif des associations du Nord (Tombouctou, Gao, Kidal et Mopti) à Bamako, Abdoulaye Dicko s’est réjoui de l’invitation qui leur a été faite. « Le Collectif remercie le Parena de l’invitation pour assister à un tel débat sur notre terroir. Nous avons ici des gens qui sont toujours prêts à se battre quand il s’agit du Nord », a indiqué M. Dicko. Ce drenier a promis de faire parvenir à la direction du parti leurs remarques et suggestions.

rn

Pour le président de l’Alliance inter-régionale (Air-Nord), Me Harouna Toureh, les propositions faites par Tiébilé ne peuvent que l’enchanter. « (…) Le message du Parena a son importance et aura son importance. C’est quand le 23 mai 2006 que des gens ont pris les armes qu’il y a eu le Forum de Kidal. On n’avait pas besoin de cela. Des canaux comme ceux qui ont été proposés par le candidat du Parena existent », a souligné Me Toureh.

rn

« Si on a un ministère chargé des Questions sahelo-saheliennes, cela ne peut qu’être salutaire. La misère est réelle dans ces régions où l’Etat est inexistant », a déploré Me Toureh. Il a fait remarquer que c’est la première fois que les associations et la société civile sont invitées par un parti politique, à la veille des élections.

rn

El Meydi, membre d’une association de gestion de conflit au Nord, ressortissant de la Commune rurale de Salam, a pour sa part déclaré, qu’il faut reconnaître la spécifité de la région de Kidal, où il ne croît même pas au développement. Selon lui, les intégrés ont perçu 250 000 F CFA sans être formés. « C’est de l’argent qu’ils vont empocher et renter en Algérie », a-t-il dénoncé. Il pense en outre que « sur 300 milliards de F CFA, 177 milliards auraient été investis au Nord ces dix dernières années ». Il veut bien savoir où est passé le reste de cette manne.

rnAbdrahamane Dicko

Commentaires via Facebook :

PARTAGER