CNSP aux affaires : Attention à la liberté de presse

1

Une junte militaire est aux affaires depuis la démission du président IBK et de son gouvernement, le 18 Aout 2020, à la suite d’une mutinerie au Camp militaire de Kati. Si le Colonel Assimi Goïta et compagnons du Comité National pour le Salut du Peuple ont rassuré les politiques à travers plusieurs rencontres, les journalistes n’ont réuni aucune garantie de la liberté d’expression. En effet, dans aucune de ses déclarations le porte-parole Ismaël Wague n’a mentionné la liberté de presse et d’expression. Oublié ou pas, cette omission a attiré l’attention des faitières de ladite profession, à travers le président de la Maison de la Presse.

En effet, Dramane Aliou Koné, au nom de l’ensemble des associations et organisations des journalistes et acteurs des médias, dit avoir pris « acte de la tournure prise par la situation politique ainsi que de la prise du pouvoir par le Conseil national pour salut du peuple (CNSP). Tout en notant, par ailleurs, que la première déclaration de celle-ci ne fait aucune mention de la garantie des libertés fondamentales, dont celles relatives à la presse et à l’expression.

Et de plaider auprès des nouvelles autorités pour l’allègement du dispositif de couvre-feu instauré de 21 h à  5 h du matin, moment crucial pour les journaux, les radios et les télévisions. Si la junte est revenue sur son décret relatif au couvre-feu, repoussé ente 00 et 05 heures du matin, elle n’a jugé nécessaire de rassurer la presse de la liberté d’expression ».

Comme quoi, les journalistes ne seraient à l’abri de revivre le scénario de 2012. Pour qui se rappel, en 2012, le Mali a enregistré 62 violations de la presse, selon l’ONG Committee to Protect Journalists. Il s’agissait d’attaques, menaces, tentatives d’assassinat, arrestations arbitraires. Conséquence du 25e rang mondial en matière de liberté de la presse par Reporters Sans Frontières le pays a dégringolé de 74 places.

 

Amidou KEITA

Commentaires via Facebook :

1 commentaire

  1. MANGWANA KANYON COMPAORÉ, MAITRE FÉTICHEUR Á M'PETIONA, COMMUNE RURALE DE SOMASSO, CERCLE DE BLA, RÉGION DE SÉGOU, MALI JAMANA

    QUE LA PSEUDO-PRESSE MALIENNE SACHE:

    – PAS DE LIBERTÉ SANS RESPONSABILITÉ.

    Á PARTIR DE MAINTENANT, CECI SERA LE PREMIER AXIOME DU FONCTIONNEMENT DE LA PRESSE AU MALI.

    SÁÁNÉÉ ANI KONDOLON…!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here