Formations : Des journalistes à l’école des assurances transports

0

Le Comité des compagnies d’assurances du Mali vient de former une vingtaine de journalistes  dans les concepts de l’assurance transport.

 Une session de formation d’une vingtaine de journalistes sur les assurances transports et l’obligation d’assurances des marchandises à l’importation au Mali s’est déroulée le 21 novembre 2016 à la Maison de la presse. La formation a été assurée par Mamadou Boubacar Sissoko, chef de service transports de Saham-Assurance/Mali.

  1. Sissoko a fait la genèse de l’assurance qui, à l’en croire, existe depuis l’antiquité avant de connaître un essor particulier au 19e siècle avec la plus grande organisation d’assurances mondiale ; à savoir : le “Cabinet Edouard Lloyd”.

Au Mali, la première compagnie d’assurance fut la Caisse nationale d’assurances et de réassurances (Cnar). Elle a vu le jour en 1968. Aujourd’hui, le Mali compte une douzaine de compagnies agréées (neuf compagnies assurances vie et trois compagnies assurances non-vie).

Parmi les assurances, on compte des intermédiaires, notamment les courtiers et les agences générales. En 2015, les sociétés d’assurances ont financé l’économie malienne à hauteur de 664,8 millions F CFA, soit une prestation totale de plus de 12 millions de F CFA.

L’assurance transports semble être très bien structurée. Elle se divise en quatre polices : police voyage, police à alimenter, police d’abonnement et police tiers chargeurs. Ces polices sont régies par deux garanties : la garantie tous risques et la garantie événements majeurs. La garantie minimum est fixée à 0,15 %.

Les journalistes ont été édifiés sur les textes de loi et règlements que le Mali a ratifiés, mais aussi sur l’exécutif des assurances comme le ministère de l’Economie et des Finances, la direction nationale du commerce et de la concurrence.

Impressionnés par la qualité des échanges, les compagnies d’assurance ont proposé la création d’un réseau de journalistes pour ce secteur aujourd’hui en pleine croissance.

Zoumana Coulibaly

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER